La Folie-Couvrechef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Folie Couvrechef)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Folie.

La Folie-Couvrechef
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Ville Caen
Canton Caen-2
Fonctions urbaines ZAC
Étapes d’urbanisation Années 1970
années 1990
Géographie
Coordonnées 49° 12′ 06″ nord, 0° 22′ 49″ ouest
Altitude Min. 54 m
Max. 67 m
Superficie 240 ha = 2,40 km2
Localisation
Localisation de La Folie-Couvrechef

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Folie-Couvrechef

Géolocalisation sur la carte : Caen

Voir sur la carte administrative de Caen
City locator 14.svg
La Folie-Couvrechef

La Folie-Couvrechef est un quartier au nord de Caen. Longtemps espaces agricoles, ce territoire a été urbanisé depuis les années 1970 par le biais d'une zone d'aménagement concerté.

Le périmètre de la ZAC couvre un dixième du territoire communal (240 ha) ; il est délimité par :

Histoire[modifier | modifier le code]

Les deux hameaux avant l'urbanisation[modifier | modifier le code]

Ancienne ferme, rue de la Folie

Le nom de Folie Couvrechef vient de la fusion du nom de deux hameaux - la Folie et Couvrechef - situés à peu de distance l'un de l'autre le long de la route menant d'Épron à Saint-Germain-la-Blanche-Herbe (actuelles rue d'Épron et de la Folie) de chaque côté de la route de Mâlon (hameau dépendant de Saint-Contest).

Le hameau de la Folie faisait partie de la paroisse Saint-Martin, dépendante de Bourg-l'Abbé, alors que le hameau de Couvrechef et la chapelle Saint-Nicolas de Couvrechef faisaient autrefois partie de la paroisse Saint-Gilles. La famille de Couvrechef, également seigneur de Cresserons, existait au moins depuis le XIIe siècle[1]. Selon le cartulaire du prieuré du Plessis-Grimoult, c'était une branche de la famille de Mathan. En 1260, Alexandre de Couvrechef fit donation à l'abbaye d'Ardenne d'une rente de blé in villa de Kevrecheio ("sur sa terre de Couvrechef")[2].

Les hameaux de la Folie et de Couvrechef se trouvaient sur le plateau au-dessus de la basse vallée de l'Orne dans laquelle se développait la ville de Caen. Exempt de relief[3], ce territoire est resté pendant longtemps consacré à l'agriculture. Des carrières furent également creusées pour exploiter la pierre de Caen ; on peut encore aujourd'hui en voir des traces dans la Vallée du Mémorial, aménagée dans une ancienne carrière. Lors de la prise de Caen de 1346, les troupes d'Édouard III d'Angleterre campèrent dans les plaines d'Ardenne, de Couvrechef et d'Hérouville.

Au XIXe siècle, la Folie n'était encore qu'un petit village s'étendant de part et d'autre des limites communales entre Caen et Saint-Contest ; l'habitat, assez diffus, s'organisait le long de la route d'Épron à Saint-Germain entre la route de Mâlon à l'est et la route de Caen à Creully par Saint-Contest (vers l'actuel parc de la Fossette) à l'ouest. Le village de Couvrechef, plus compact, était quant à lui structuré par les actuelles rues de Couvrechef et du Grand clos Saint-Marc[4]. En 1875-1876, une ligne ferroviaire entre la gare de Caen-Saint-Martin et la gare de Luc-sur-Mer, prolongée en 1876 jusqu'à la gare de Courseulles est établie à l'est de Couvrechef. En 1878, les habitants de Couvrechef, de la Folie, de Malon et d'Épron adressent au conseil général deux pétitions réclamant la création d'une halte au nord de Caen[5]. Financée par le département du Calvados et la ville de Caen[6], la halte de Couvrechef est ouverte le 25 mars 1880[7] à la limite entre Caen et Épron. Malgré cela, l'urbanisation reste très limitée.

La Folie et Couvrechef sur une carte d'État-major de 1848
La Folie
Hameau de la Folie
Couvrechef
Hameau de Couvrechef

L'urbanisation dans la seconde partie du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la situation avait peu changé. De 1956 à 1960, les Bénédictines se font construire au sud du hameau de Couvrechef un nouveau monastère pour remplacer l'ancien, situé en centre-ville et détruit pendant la bataille de Caen. Construit par Jean Zunz, le monastère des bénédictines était alors visible de loin au milieu des champs. Mais le monastère va être très rapidement rattrapé par l'urbanisation galopante. Au début des années 1970, la ville de Caen, qui connait alors une forte croissance démographique (+26%/an), décide de créer une zone d'aménagement concerté. La ZAC de la Folie-Couvrechef est créée le et son plan d'aménagement est approuvé le . Au cours des premières années, Guillaume Gillet est l'architecte en chef de la ZAC[8]. Le quartier a d'abord été prévu pour accueillir des logements. De nombreux équipements, comme le Mémorial, sont venus ensuite diversifier ce quartier et le plan d'aménagement a dû être revu en conséquence le .

Un Contrat urbain de cohésion sociale a été mis en place sur le territoire de la Folie-Couvrechef en priorité 2 pour l'Ilôt Ribot et en priorité 3 pour le quartier des Boutiques[9].

En septembre 2012, un programme de réhabilitation thermique est lancé pour une durée de 2 ans. Il concerne 730 logements datant des années 1970 et coûte 21 millions d'euros[10].

Équipements et espaces verts[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le quartier est alimenté en eau par les forages du Bassin de la Mue (Thaon-Fontaine-Henry)[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au XIIe siècle, Guillaume de Couvrechef offrit au prieuré de Brewton (diocèse de Bath) la dîme de son fief de Cresserons.
  2. Voir Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, Gervais de La Rue, Caen, Poisson, 1820 [(fr) texte intégral]
  3. Le seul élément de relief visible aujourd'hui dans le quartier, la Colline aux Oiseaux, est totalement artificiel, puisqu'il résulte de l'accumulation de déchets d'une décharge publique.
  4. Cartes topographiques des cantons du Calvados, 1836, 7e feuilles
  5. Département du Calvados - Conseil général - Délibérations - Sessions d'avril 1878, Caen, Pagny, 1878, pp. 31–32 [lire en ligne]
  6. Département du Calvados - Conseil général - Délibérations - Sessions d'août 1879, Caen, Pagny, 1879, pp. 31–32 [lire en ligne]
  7. « Chemin de fer de la mer », Le bonhomme normand,‎
  8. Ouest-France, 10 février 2010
  9. Lettre de cadrage / Appel à projet 2010 [lire en ligne]
  10. « Folie-Couvrechef à Caen : une rénovation à 21 millions », Tendance Ouest,‎ (lire en ligne)
  11. Source : atlas 2005 des zones d'activités de Caen la mer
  12. Voir la notice du ministère de la culture [(fr) texte intégral]
  13. Source : mairie de Caen [lire en ligne]
  14. Source : Conseil général du Calvados
  15. Source : Zones de distribution des eaux