La Maladrerie (Caen)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Maladrerie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Ville Caen
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 16″ nord, 0° 24′ 00″ ouest
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Caen

Voir la carte administrative de Caen
City locator 14.svg
La Maladrerie

Géolocalisation sur la carte : Caen

Voir la carte topographique de Caen
City locator 14.svg
La Maladrerie

La Maladrerie est un quartier du nord-ouest de Caen à proximité de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Maladrerie sur l'Atlas de Trudaine.

Jusqu'au XXe siècle, la Maladrerie est un hameau sur la route de Caen à Bayeux à proximité de la Maladrerie de Beaulieu qui lui a donné son nom.

Tous les 28 octobre, se tenait une foire dite « de Saint-Simon et Saint-Jude », « de Beaulieu », « des Malades » ou « de Bicêtre » à partir de la fin du XVIIIe siècle. Elle se tenait à l'origine dans l'enclos même, puis à l'extérieur dans le « champ sur Venoix »[1]. La dernière foire commerciale se tint en 1913.

La Maladrerie de Beaulieu au centre pénitentiaire de Caen[modifier | modifier le code]

La Maladrerie de Beaulieu[modifier | modifier le code]

En 1066-1070, Lanfranc fonde à l'intérieur d'un enclos de 12 acres une maladrerie dépendante de l'abbaye aux Hommes. Elle était chargée de soigner, ou du moins d'accueillir, les malades du Bourg-l'Abbé, de Venoix et de Saint-Germain-la-Blanche-Herbe. Elle prend le nom de « maison des lépreux dans le Bourg-l'Abbé » ou d'« hôpital Saint-Étienne », mais elle est plus couramment appelé Petite maladrerie pour la distinguer de la Grande maladrerie fondée à proximité par Henri II d'Angleterre en 1161.

La Grande maladrerie était une « merveilleuse maison de lépreux » dédiée à la Vierge, d'où ses différentes dénominations (« Notre-Dame de Beaulieu » ou « Sainte-Marie de Beaulieu »). Elle était réservée aux habitants de Bourg-le-Roi (actuel centre-ville ancien de Caen). Elle était constituée d'un clos de 4 hectares et 86 acres dans lequel on entrait soit par la porte des champs, soit par la porte de la ville. À l'intérieur, un ensemble de bâtiments, séparés par des jardins plantés d'arbres, formaient un rectangle. Au nord, se trouvait une chapelle, dite « du Nombril-Dieu ». Composée d'une nef et d'un chœur de dimension similaire, elle était longue de 15 mètres[2]. Construite à la fin du XIIe siècle, elle était de style roman de transition[2]. Elle était surmontée d'un clocher-mur et la porte latérale était ornée d'une archivolte parée d’étoile[2]. La cour à l'intérieur de l'espace central correspond peut-être à l'ancien cimetière, des squelettes humains ayant été mis au jour lors de travaux pendant la Reconstruction. Le logis du curé se trouvait au-dessus de la porte de la ville. Au milieu de la cour, un puits a subsisté jusqu'à aujourd'hui. Cet agglomérat était cerné par un ensemble de douze cellules. À l'extérieur de l'enclos, on pouvait trouver au nord-est une mare, transformée plus tard en lavoir, et au sud-est un cimetière.

La charte de fondation de l'établissement ayant été perdue, Charles V de France reconnait en 1364 les échevins de Caen comme fondateurs et patrons de la Grande Maladrerie. En 1540, on ne dénombre que quatre malades dans la maladrerie[3]. En , les deux maladreries sont confiées par Louis XIV à l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem. Quinze ans plus tard, elles sont rendues à la ville de Caen, mais les deux hôpitaux sont rattachés à l'Hôtel-Dieu de Caen.

La prison[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centre pénitentiaire de Caen.

Au XVIIIe siècle, la Grande maladrerie est en ruine. En 1765-1768, on construit à son emplacement un dépôt de mendicité afin d'y enfermer les pauvres, les malades et les délinquants. Beaulieu devient le principal centre de détention de la ville[4]. Elle accueille également des personnes détenues par lettres de cachet. Après la destruction de la Tour Chastimoine en 1795, la prison accueille les malades mentaux qui y étaient enfermés[5]. Ce dépôt baptisé de Bicêtre est transformée en 1812 en maison centrale de force et de correction. L'établissement perd tout usage hospitalier en 1820 puisque les malades mentaux sont désormais envoyés au Bon-Sauveur[6]. De 1812 à 1851, l'administration pénitentiaire transforme radicalement les locaux. La chapelle du Nombril-Dieu, vendue en 1791 comme bien national et transformée en école, en magasin à bois, puis en boulangerie, est finalement démolie vers 1874-1875 pour agrandir l'établissement.

À partir de 1873, la prison est réservée aux réclusionnaires et plus tard aux condamnés politiques[7]. La maison centrale est officiellement mis en service en 1907[7]. Alors que l'évacuation de la ville est décidée le , la Gestapo ouvre les portes de la maison d'arrêt de la Maladrerie et 87[N 1] des 116 prisonniers politiques et otages — parmi lesquels trois femmes — sont amenés dans les courettes de promenade et fusillés. En application des dispositions « Nuit et brouillard », les corps sont transportés et les archives de la prison détruites, si bien que les corps n'ont jamais été retrouvés[8],[9], La prison est plusieurs fois bombardée durant la bataille de Caen et en partie reconstruite dans les années 1950[7]. En 1975, il devient centre de détention pour longues peines[7] Le bâtiment du XIXe siècle fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 29 octobre 1975[10]. Depuis 2000, l'établissement dispose d'un service médico-psychologique régional (SMPR)[7].

Équipements et espaces verts[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon la plaque commémorative présente sur le mur, mais il est difficile de certifier ce chiffre, Raymond Ruffin en mentionne 85.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Théodore Raulin, « La foire de saint Simon et saint Jude », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, Caen, 1892, t. 16, pp. 199–308 [lire en ligne]
  2. a, b et c J. Jullien, « La Maladrerie », dans Le mois à Caen, , p. 19
  3. T. Raulin, Les Derniers malades de la léproserie de Notre-Dame de Beaulieu, ou grande maladrerie de Caen, aux XVIe et XVIIe siècles, d'après des documents inédits, Caen, H. Delesques, 1891, p. 12
  4. Claude Quetel, « Lettres de cachet et correctionnaires dans la généralité de Caen au XVIIIe siècle », Annales de Normandie, 1978, Volume 28, no 28-2, p. 132
  5. Ibid., p. 149
  6. Pierre-François Jamet, « Congrégation du Bon-Sauveur » dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, Caen, A. Hardel, 1836, p. 391 [lire en ligne]
  7. a, b, c, d et e Site du ministère de la Justice
  8. Raymond Ruffin, Le Prix de la liberté, éditions Cheminements, 2004, p.48-49
  9. Raoul Nordling et Fabrice Virgili, Sauver Paris : mémoires du consul de Suède, 1905-1944, Collection "Histoire du temps présent", éditions Complexe, 2002, p.80
  10. « Prison Beaulieu », notice no PA00111193, base Mérimée, ministère français de la Culture

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :