La Chaux (Doubs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chaux.

La Chaux
La Chaux (Doubs)
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Ornans
Intercommunalité Communauté de communes de Montbenoît
Maire
Mandat
Gilles Bolle-Reddat
2014-2020
Code postal 25650
Code commune 25139
Démographie
Population
municipale
528 hab. (2016 en augmentation de 23,08 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 26″ nord, 6° 26′ 00″ est
Altitude Min. 864 m
Max. 1 113 m
Superficie 16,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
La Chaux

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
La Chaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chaux

La Chaux (La Tsâ en arpitan / dialecte burgondan) est une commune française située dans le département du Doubs, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Chaux fait partie du Saugeais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Arc-sous-Cicon Gilley La Longeville Rose des vents
Aubonne
Saint-Gorgon-Main, Ouhans
N Montflovin
O    La Chaux    E
S
Bugny Arçon Maisons-du-Bois-Lièvremont

Histoire[modifier | modifier le code]

Jean d'Arbon, damoiseau, chevalier, seigneur de La Chaux et de Corges. Il épouse en 1320 Marguerite, fille de Jean de Coligny et de Jeanne de la Roche-Vannel, de qui il a :

  • Jean, chevalier, seigneur de Coges.
  • Étienne qui suit.

Étienne d'Arbon, chevalier, seigneur de La Chaux. Il épouse Guillemette, fille d'Étienne de Beaufort et de Guillemette Morel, de qui il a :

  • Jacques qui suit,
  • Jean, chevalier, exécuteur testamentaire de Jean de Savigny en 1394. Son frère le nomme tuteur de ses enfants et par ce fait il reprend le fief de la seigneurie de Château-Vilain (baronnie située entre celle Nozeroy et celles de Saint-Claude), le 14 mai 1404, de Jean III de Chalon-Arlay. Il a un fils naturel, nommé Jean, cité dans une reprise de fief en 1440, ce fils aura Jacques, écuyer, présent à la prise de Château-Vilain par Jean IV de Chalon-Arlay en 1496.


Jacques d'Arbon, (? - avant 1400), chevalier, seigneur de Château-Vilain et de La Chaux. Il rend hommage, le 12 novembre 1393, à Jean III de Chalon-Arlay, de la seigneurie de Château-Vilain. Il épouse Agnès/Anne, (? - après le 1er décembre 1400), fille d'Henri du Quar et de Pentésilée de Saluces, de qui il a :

  • Jean, mort jeune,
  • Jacques qui suit,
  • Catherine, elle épouse Louis de Grandvillers, écuyer, de qui elle a Jean, Thibaud et Claude,
  • Claude/Claudine, elle épouse Jean de Joux, chevalier, seigneur d'Abbans,
  • Guillemette.


Jacques d'Arbon, (? - après le 11 mai 1419), écuyer, seigneur de Château-Vilain et de La Chaux. Le 19 septembre 1414, il fait hommage pour ses terres au seigneur d'Arlay. Il meurt sans postérité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Antide Jacquet RPR puis UMP  
mars 2008 En cours Gilles Bolle-Reddat [1] PS Professeur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 528 habitants[Note 1], en augmentation de 23,08 % par rapport à 2011 (Doubs : +1,79 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
542581560522502495494578610
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600602587520533482559559569
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
555548538417401410377408387
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
381380339348351376414419435
2016 - - - - - - - -
528--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village a servi de décor au film de Jean Chapot, Les Granges Brûlées, sorti le 30 mai 1973, avec Alain Delon et Simone Signoret, qui fut tourné durant l'hiver 1972-1973.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Besançon, Jean-Antoine Vieille, (lire en ligne), p. 165 à 167

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :