Framasoft

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Framasoft
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Promouvoir l'éducation populaire aux enjeux du numérique et des communs culturels.
Zone d’influence Francophonie
Fondation
Fondation 2001 pour le réseau et 2004 pour l'association
Fondateurs Alexis Kauffmann (départ en 2014[1])
Paul Lunetta
Georges Silva
Origine Système éducatif français
Identité
Siège Lyon (France)
Structure Réseau de projets maintenu par une communauté et soutenu par une association
Présidents Christophe Masutti
Maïtané Lenoir
Pierre-Yves Thouvenot
Rodolphe Lemétayer
Directeur général Pierre-Yves Gosset, Pouhiou
Délégué général Pierre-Yves Gosset, Pouhiou
Trésorier Quentin Theuret
Magali Garnero
Méthode Coopération et partage sur Internet puis mise à disposition sous licence libre
Financement Dons individuels
Volontaires 400
Membres 38
Employés 10
Publication Framablog
Slogan La route est longue mais la voie est libre...
Changer le monde un octet à la fois
Site web www.framasoft.org

Framasoft est un réseau d'éducation populaire consacré principalement au logiciel libre. Il est soutenu depuis 2004 par l'association du même nom, après avoir été créé en par Alexis Kauffmann, Paul Lunetta, et Georges Silva. Il s'organise collaborativement sur trois axes : promotion, diffusion et développement de logiciels libres, enrichissement de la culture libre et offre de services libres en ligne.

Espace d'orientation, d'informations, d'actualités, d'échanges et de projets, Framasoft est une porte d'entrée francophone du logiciel libre. Sa communauté assiste, conseille et crée des ressources à destination de ceux qui découvrent et font leurs premiers pas pour remplacer leurs logiciels propriétaires par des logiciels libres. Plus récemment, l'association fournit et maintient des services libres, démontrant leur viabilité à une échelle intermédiaire[2].

L'intégralité de la production de Framasoft est placée sous licence libre afin de favoriser la participation et de garantir que chacun puisse en bénéficier, sans appropriation.

Historique[modifier | modifier le code]

Dessin représentant le stand Framasoft
Simon Leblanc et Pierre-Yves Gosset sur le stand Framasoft des RMLL 2008 de Mont-de-Marsan.

En , un article de Jean-Claude Guédon dans le magazine Québec Science, « Comment informatiser intelligemment les écoles », est remarqué par Alexis Kaufmann[3]. C'est en s'en inspirant qu'il crée le premier site du réseau en , marquant la naissance officielle du site Framasoft.

Son nom dérive de Fr@m@net (pour FRAnçais et MAthématiques en intraNET), projet éducatif interdisciplinaire coréalisé avec Caroline d'Atabekian, professeure de français au sein d'un collège en ZEP de la Seine-Saint-Denis dont Framasoft a d'abord été une rubrique logicielle avant de devenir indépendant[4],[5]. Le site n'est encore qu'un site personnel statique et se présente comme un annuaire de logiciels libres et gratuits sous Windows.

Le — la date n'étant pas choisie au hasard[6] — Framasoft est avec l’AFUL à l’origine de l'appel « Libérons les logiciels à l'école », qui invite les enseignants à choisir le logiciel libre. Le site et son annuaire de logiciels s'étoffe alors de tutoriels et d'une tribune libre.

En , le site ferme pour cause de dépassement de charge sur le serveur mutualisé d'AMEN. Framasoft reçoit de nombreux soutiens[7] et AMEN décide de devenir partenaire de Framasoft en lui offrant de nouvelles conditions d’hébergement[8].

De réseau à association[modifier | modifier le code]

En , le réseau Framasoft voit la création de l'association Framasoft et se réorganise autour[9],[10]. L'objectif est que cette structure assure les besoins techniques d'un réseau en croissance, et constitue une personne morale propriétaire des ressources créées en commun.

L'annuaire édité par Framasoft renonce aux logiciels gratuits et ne se restreint plus aux logiciels sous Windows. Il devient un projet collaboratif rédigé à plusieurs mains parmi lesquelles Thomas Cézard, Simon Leblanc, Paul Lunetta, Rui Nibau et Georges Silva. Très vite, en , naît le forum Framagora administré par Thierry Bernard.

En , traduction française de TheOpenCD 2.0, compilation sur CD de logiciels libres sous Windows. Il paraîtra dans un hors-série du mois de juin du magazine Freelog et sera proposé sur le site de vente par correspondance Ikarios de Nat Makarevitch. En , publication de la première version de la Framakey'"`UNIQ--nowiki-00000046-QINU`"'11'"`UNIQ--nowiki-00000047-QINU`"'et création du site associé sous l'impulsion de Pierre-Yves Gosset puis en , Framagora connait un pic de fréquentation en tant que principal forum de suivi de la loi DADVSI.

Le Framablog voit le jour en , et Framasoft y publie depuis ses billets d'opinion. En , ce sera au tour du groupe de traducteurs Framalang de voir le jour, avec pour mission de traduire les ressources en diverses langues pour faciliter leur diffusion. En , naissance de Veni Vidi Libri, projet initié sur Framagora. Framasoft soutient l'initiative et héberge le site sur ses serveurs.

Framasoft ouvre le site Framabook début 2006 et y publiera nombre d'œuvres jusqu'à ce jour, en commençant par des œuvres didactiques à l'image des tutoriels des débuts.

Dessin représentant un manchot regardant dans un musée un ordinateur sous Windows
Framasoft est graphiquement identifiable par les manchots de L.L. de Mars qui apparaissent sur l'ensemble du réseau.

En , Framasoft reçoit le Lutèce d'Or de la « meilleure action communautaire menée » lors de Paris Capitale du Libre[12]. En , le site met en place des publicités AdSense à la suite d'un billet du Framablog faisant état de difficultés rencontrées par les animateurs du réseau[13]. En , naissance officielle et publique du projet vidéo Framatube[14]. En , la Framakey ajoute des applications web portables, les « WebApps », à son catalogue[15] ; diffusion dans le même temps dans tous les collèges de France de la brochure Sésamath contenant une double-page consacrée au logiciel libre et à Framasoft[16] et sortie du DVD Framadvd, projet réalisé avec des étudiants en Master 2 Communication et multimédia de l'université Paris II[17]. En , sortie de la Framakey Ubuntu-fr Remix et en , le Framablog occupe la première place du classement Wikio des blogs francophones dans la catégorie « Logiciels Libres »[18].

Martin Gubri et Pouhiou sur le stand Framasoft de Capitole du Libre (Toulouse, ).

En le projet Framapack est mis en ligne[19]. En , participation de Framasoft à l'action de protestation contre la censure du logiciel libre à l'exposition la « Vraie expo qui parle du faux » sur le thème de la contrefaçon, à la Cité des sciences et de l'industrie[20]. En , l'association lance la campagne de soutien « 1000 10 1 » dont l'objectif est de trouver mille donateurs à dix euros par mois pendant un an[21] et sortie d'une version école du Framadvd, projet mené par Cyrille Largillier[22].

En , mise en ligne du projet Framapad[23], suivi en par la sortie du projet Framadate[24], premiers services en ligne de Framasoft ouverts à tous et annonciateurs de la transformation future aux yeux du public d'annuaire à fournisseur de service. Framasoft fête ses dix ans dans l'émission Place de la toile sur France Culture en [25].

En , lancement de « Pack Liberté », campagne de soutien commune à l'April, Framasoft et La Quadrature du Net[26]. S'ensuit la mise en ligne des services Framacalc, Framindmap, et Framavectoriel[27] et sortie de la Framakey Wikipédia[28]. En , Framasoft lance sa campagne de soutien 2013[29] et met en ligne le projet Framazic[26]. En , lancement de « Pack Liberté 2 », nouvelle campagne de soutien commune à l'April, Framasoft et La Quadrature du Net[30].

Refonte graphique de Framasoft en 2013

En , Framasoft s'associe à d'autres structures telles que Savoirscom1, Regards citoyens ou l'Open Knowledge Foundation France pour dire non à la privatisation du domaine public par la Bibliothèque nationale de France[31].

En , la page d'accueil principale du réseau Framasoft est mise à jour[32], s'éloignant du style initial qui mettait en avant l'annuaire de logiciels libres, au profit des autres activités et services de Framasoft.

Fournisseur de services[modifier | modifier le code]

première version du site présentant « Dégooglisons Internet » listant les services sous forme de camps romains

L'association amorce un virage stratégique en 2014 en lançant une campagne de financement participatif pour adjoindre de nouvelles fonctionnalités à Framapad[33], suivie en par le lancement de la campagne « Dégooglisons Internet »[34], qui annonce le devenir de Framasoft en tant qu'hébergeur et fournisseur de services libres pour plusieurs années. L'objectif est de s'adapter à l'évolution des usages vers des services web, en recensant là encore les alternatives, mais cette fois en hébergeant certaines d'entre elles.

L'activité de maintenance de logiciels impulsée l'année précédente porte ses fruits dès , où Framapad profite de nouvelles fonctionnalités[35]. En parallèle, l’association développe elle-même de nouveaux outils : partage d'image (FramaPic)[36], raccourcissement de liens (Huit.re / frama.link).

D'autres services sont aussi lancés : leur propre forge logicielle (Framagit), leur service de recherche sur Internet (Framabee). Ils contribuent encore à illustrer la viabilité des alternatives disponibles à Google[37],[38].

En , le succès rencontré permet le lancement de la phase 2 du projet « Dégooglisons Internet » avec la sortie de six nouveaux services : Framalistes pour gérer des listes de diffusion, Framanotes pour gérer toutes sortes de contenus, Framaforms pour gérer des formulaires, Framatalk pour établir des conversations audio ou vidéo, Framagenda pour créer des agendas publics ou privés. Ces services, pour l'immense majorité développés hors Framasoft par leurs communautés respectives, sont victimes de leur succès[39].

Framasoft se lance courant dans le projet « Contributopia », tirant des leçons du projet « Dégooglisons Internet » et de son activité de fournisseur de service. Dans cette optique, il rassemble un collectif d’hébergeurs pour essaimer et décharger ses services : le Collectif d'Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires (CHATONS) se reconnaissant dans une charte fixant un certain nombre de principes, parmi lesquels l’attachement au logiciel libre et le refus d’exploiter les données personnelles des utilisateurs[40],[2],[41].

En , Framasoft annonce son intention de progressivement restreindre ou arrêter 30 des 38 services libres proposés, en étalant ce mouvement sur plusieurs années. Plusieurs raisons sont avancées par Framasoft : être davantage en accord avec sa volonté de décentralisation d'Internet en fermant les services facilement hébergeables par des structures tierces, arrêter certains services qui fonctionnent difficilement ou sont peu utilisés, recentrer son énergie sur d'autres projets, notamment la campagne « Contributopia » actuellement en cours [42],[43],[44].

Le Framasoft fête ses 20 années d'existence[39].

Organisation[modifier | modifier le code]

Association[modifier | modifier le code]

L'association Framasoft a été créée en , soit près de trois ans après l'apparition du premier site. Dans la mesure où Framasoft devenait un projet collaboratif d'envergure, il convenait d'assurer toute la partie technique d'un réseau en croissance, de donner la propriété des noms de domaine à une personne morale, d'accompagner les projets dans un souci de cohérence avec l'ensemble — à commencer par garantir le caractère libre des ressources créées — et de représenter Framasoft, de plus en plus souvent invité dans des manifestations sur le terrain.

L'association se donne pour objet « la diffusion et la promotion de la culture libre en général et du logiciel libre en particulier ».

Elle a participé à de nombreux événements, qu'il s'agisse de donner une conférence ou tenir un stand, parmi lesquels les Rencontres mondiales du logiciel libre (RMLL, de 2004 à 2014), les premières Rencontres mondiales décentralisées du logiciel libre à Saint-Joseph sur l’île de La Réunion[45] (2011), Solutions Linux (de 2006 à 2014), Paris Capitale du Libre[46] (de 2006 à 2008), le Salon de l'Éducation[47] (de 2004 à 2006), la Fête de l'Humanité (de 2004 à 2009, en 2014) ainsi qu'à de nombreuses install parties et journées du logiciel libre locales organisées par les GULL, comme les Ubuntu Party[48] de Paris (de 2008 à 2011) et Toulouse (de 2009 à 2010) ou les JDLL de Lyon[49] (de 2007 à 2010).

L'association est membre de l'April, de Wikimédia France et de l'AFUL. Elle collabore à des sites comme Linuxfr, La Quadrature du Net[50], le Standblog de Tristan Nitot ou le blog sur les formats ouverts de Thierry Stœhr. Elle est en relation et soutient des initiatives dans le secteur éducatif (Sésamath, Scideralle, AbulÉdu, Adullactetc.) et culturel (Dogmazic, Copyleft Attitude[51], Creative Commons France[52], Divergence FMetc.), et divers projets comme « Romaine Lubrique » de valorisation culturelle du domaine public[53].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

À ses débuts, l'association avait un fonctionnement traditionnel, avec un président, un secrétaire, etc. mais pour être en adéquation avec le projet et les valeurs de la structure, l'association se restructure en 2014 autour de plusieurs co-présidents qui n'ont qu'une fonction de représentation. À la place, le pouvoir se distribue de manière collégiale dans des comités qui agissent des actions thématiques. Pour contrebalancer cette distribution des pouvoirs, et le fractionnement géographique des membres, une assemblée générale sur plusieurs jours se déroule une fois par an pour échanger, décider et resserrer les liens entre les membres[54].

Christophe Masutti, président de Framasoft à partir de 2012 puis co-président avec Sandra Guigonis, Jean-Bernard Marcon et Simon Giraudot.

Financement[modifier | modifier le code]

En est mis en place le premier site de soutien à Framasoft visant à recueillir des dons et des témoignages[55]. Cette stratégie consistant à assurer le financement de l'association essentiellement par les dons des utilisateurs collectés sur Internet[10] se poursuit encore. Framasoft assume et revendique cet ancrage exclusif dans l’économie du don, qui est souhaité comme un gage d’indépendance pour l’association. Une telle démarche lui permet d’éviter de dépendre des subventions publiques, qui ne sont pas recherchées, et du mécénat alors même que la philanthropie est développée dans le domaine du logiciel libre[56]. En 2016 Framasoft a ainsi récolté 185 000 euros de dons[57]. En 2019, les dons représentaient 98 % des revenus de l'association.

Dessin de L.L. de Mars pour la campagne de dons 2012 de Framasoft.

Framasoft a écarté l’hypothèse de développer des activités marchandes et d’adopter une forme entrepreneuriale, même avec un modèle de lucrativité limitée comme le modèle coopératif. Cette distance vis-à-vis de l’entreprenariat est le reflet de l’ancrage associationniste de Framasoft et de ses racines liées à l’éducation populaire[56].

Produits et services[modifier | modifier le code]

Le réseau Framasoft comporte une multitude de projets qui sont autant de sites Web ayant le plus souvent un préfixe « Frama » et un nom de domaine en .org indépendants. Ces projets peuvent être regroupés dans trois grandes catégories : les logiciels libres, la culture libre et les services libres en ligne.

  • La catégorie « logiciel libre » est constituée d'un annuaire (Framalibre), d'applications portables sur clé USB (Framakey), de DVD (Framadvd), d'un installateur d'applications (Framapack) et d'une liste présentant les grands projets connus des logiciels libres, Framastart.
  • La catégorie « culture libre » comprend un blog d'informations (Framablog), une maison d'édition (Framabook), une équipe de traduction franco-anglaise et franco-espagnole (Framalang), une plateforme de vidéos (Framatube) et un site de sensibilisation à la musique libre (Framazic).
  • La catégorie « services libres en ligne » propose un traitement de texte (Framapad, MyPads) et un tableur (Framacalc) collaboratifs, un service de planification de réunion et de sondages (Framadate), des cartes heuristiques (Framindmap) et du dessin vectoriel (Framavectoriel). Framacarte[58], un service en ligne permettant de réaliser des cartes interactives personnalisées est également proposé par Framasoft en partenariat avec l’association OpenStreetMap France. Sont mis à disposition un moteur de recherche en ligne (Framabee), un réseau social (Framasphère), un service de sauvegarde des articles intéressants (Framabag), ainsi qu'un service de suivi des informations (Framanews). Framabin permet de partager des notes, Framapic des images et Framalink de raccourcir des liens pour les rendre plus faciles à partager. Enfin, Framagit est une Forge simplifiant la coopération lors de la création de programmes informatiques. Ils sont tous respectueux des données personnelles et de la vie privée[59] et peuvent être décentralisés sur son propre serveur en suivant les informations mises à disposition sur Framacloud[60].

Les serveurs de Framasoft hébergent aussi un forum (Framagora), un laboratoire de projets (Framalab), une boutique en ligne (EnVenteLibre), et quelques sites d'amis et partenaires de l’association.

Publications[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du projet Framabook qui publie manuels et livres sous des licences les inscrivant dans la culture libre et la participation aux biens communs, Framasoft a poursuivi dans le prolongement des tutoriels initialement proposés sur son site.

Extrait des Geekscottes intitulé « Guerre morte » : « Les stars « people » doivent trouver réconfortant de savoir que même après leur mort... ... leur notice sur Wikipédia continuera d'être le théâtre de guerres d'éditions ! »
Extrait des Geekscottes intitulé « Guerre morte ».

Framabook commence ses publications avec le premier volume de la collection Utilisez Thunderbird 1.5 ! écrit par Georges Silva[61]. En , publication du second livre de la collection Framabook : Simple comme Ubuntu 6.10 par Didier Roche, qui sera rééditée et mise à jour régulièrement[62]. En , publication du troisième livre de la collection Framabook : Spip pratique 1.9 par Perline suivi en de la publication du quatrième opus de la collection : Changer pour OpenOffice.org. Ce livre est une traduction coordonnée par Johann Bulteau (alias Yostral). D'après Wikio en , le billet du Framablog « Firefox : Et 1, et 2, et 3.0 ! » a été le plus cité par la blogosphère au mois de juin[63]. Au mois de , le sixième numéro de la collection Framabook est une bande dessinée : Geekscottes - 1. PATH, le chemin par Nojhan[64].

Couverture du livre Utilisez Thunderbird
Couverture de Utilisez Thunderbird 2.0 de Georges Silva et Vincent Meunier.

En le framabook Richard Stallman et la révolution du logiciel libre est publié[65]. À cette occasion, les éditions Eyrolles organisent à Paris une rencontre avec Richard Stallman[66].

En , sortie du livre de la collection Framabook Produire du logiciel libre de Karl Fogel[67]. Il s'agit d'une traduction collaborative. En , sortie de la BD de la collection Framabook GKND tome 2 : Le GNU du risque de Simon Giraudot. En , sortie du premier roman de la collection Framabook : #Smartarded - Le cycle des NoéNautes, I de Pouhiou[68].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. #LeBrief, « Il y a 20 ans, le nom de domaine Framasoft.net était déposé », sur www.nextinpact.com, (consulté le )
  2. a et b « Pour lutter contre les GAFA, Framasoft veut aller plus loin dans la décentralisation du Web », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Jean-Claude Guédon, « Québec-Science », sur web.archive.org, (consulté le )
  4. Lamoureux 2002.
  5. Medialog 2001.
  6. « Libérons les logiciels à l’école - Éducation - Framasoft », sur web.archive.org, (consulté le )
  7. Piquard 2003.
  8. Goncalves 2003.
  9. Création de l'association Framasoft dans le JO.
  10. a et b Rousseaux 2013.
  11. Rocard 2005.
  12. Girardeau 2007.
  13. Alexis Kauffmann, « Framasoft ou le prix à payer d'un certain succès », Framasoft, .
  14. Alexis Kauffmann, « Plus de 100 vidéos autour du Libre avec Framatube et Blip.tv », Framasoft, .
  15. Pierre-Yves Gosset, « Framakey WebApps : du nouveau dans les applications portables », Framasoft, .
  16. Alexis Kauffmann, « Un peu de Libre (et de Framasoft) dans la brochure Sésamath », sur Framablog, .
  17. Rees 2009.
  18. Sidney_v 2009.
  19. L. 2010.
  20. Gévaudan 2010.
  21. Association April octobre 2010.
  22. Melospawn 2010.
  23. Site http://www.tice-education.fr. Présentation de Framapad.
  24. Site de l'Institut national des sciences appliquées de Strasbourg. Présentation de Framadate.
  25. de La Porte 2011.
  26. a et b Gévaudan 2012.
  27. Site CNDP 2012.
  28. L. 2012.
  29. Sanyas 2012.
  30. Rees 2012.
  31. Maurel 2013.
  32. Noisette 2013.
  33. Gévaudan 2014.
  34. Gévaudan (2) 2014.
  35. Par Pyg |, « Framapad : le renouveau », sur Framablog (consulté le )
  36. « #ClasseTICE - Framapic : partagez des images de façon anonyme », sur classetice.fr (consulté le ).
  37. Par Framasoft |, « Framabee, le (méta-)moteur qui va vous butiner le web ! », sur Framablog (consulté le ).
  38. Eddy DEGAN, « Framabee : le métamoteur de recherche de Framasoft - ANIS », sur www.anis.asso.fr (consulté le ).
  39. a et b Par Thierry Noisette pour L'esprit libre |, « Framasoft, «Amap du numérique», a vingt ans », sur ZDNet France (consulté le )
  40. « "Internet peut redevenir un bien commun si nous nous emparons des outils alternatifs aux Gafam" : entretien avec Maxime Guedj, co-auteur de "Déclic" », sur Franceinfo, (consulté le )
  41. #LeBrief, « Entraide : le collectif CHATONS propose un annuaire de services en ligne gratuits, sans inscription », sur www.nextinpact.com, (consulté le )
  42. Framasoft, « Déframasoftisons internet ! », sur framablog.org, (consulté le )
  43. Thierry Noisette, « Framasoft va fermer une partie de ses services de "Dégooglisons Internet" », sur ZDNet France, L'esprit libre, (consulté le )
  44. « Framasoft va arrêter 30 de ses services alternatifs à Google », sur Stratégies, (consulté le )
  45. Rencontres mondiales décentralisées du logiciel libre 2011.
  46. Paris Capitale du Libre.
  47. Educatec-Educatice.
  48. Ubuntu Party.
  49. Journées Du Logiciel Libre de Lyon.
  50. Alexis Kauffmann, « Filtrage du Net : danger pour la démocratie et l'État de droit », sur Framablog, .
  51. Copyleft Attitude - Licence Art Libre.
  52. Creative Commons France.
  53. « Apollinaire dans le domaine public 94 ans et 272 jours après sa mort ! », sur Linuxfr, .
  54. « Études de cas par pays », Le financement de la démocratie,‎ (ISSN 2226-5961, DOI 10.1787/g2355d4e78-fr, lire en ligne, consulté le )
  55. Alexis Kauffmann, « Témoignages de soutien à Framasoft », Framasoft, .
  56. a et b Corinne Vercher-Chaptal, Ana Sofia Acosta Alvarado, Laura Aufrère et Julienne Brabet, « There Are Platforms as AlternativeS. Entreprises plateformes, plateformes collaboratives et communs numeriques », Rapport de recherche, DARES - Ministère du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social ; DREES,‎ (lire en ligne, consulté le )
  57. Jean-Jacques Valette, « Le web alternatif libre, transparent et sécurisé », Nous demain – La voie des associations,‎ , p. 22 (présentation en ligne, lire en ligne)
  58. « Framacarte / uMap · Documentation Framasoft », sur docs.framasoft.org (consulté le )
  59. Framasky, « Framasoft veut dégoogliser Internet ! », sur LinuxFr.org, octobre 2014.
  60. Pierre-Yves Gosset (Framasoft), « Framalabs/Framacloud: le libre dans les nuages », sur april.org, novembre 2012.
  61. Guillaud 2006.
  62. Cario 2008.
  63. Wikio 2008.
  64. Alexis Kauffmann, « Et les Geekscottes se couchèrent sur le papier… », sur Framablog, .
  65. Cario 2010.
  66. Bécard 2010.
  67. Noisette 2011.
  68. Deckers 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Classement par date de parution décroissante.

  • Camille Gévaudan, « Framasoft accélère la dégooglisation du web », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Camille Gévaudan (2), « Avec Framasoft, l'appli fait de la résistance », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Camille Gévaudan, « Framapad : des sous pour libérer le traitement de texte en ligne », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Agnès Rousseaux, « L'univers de la culture libre et non-marchande a sa galaxie : Framasoft », Basta !,‎ (lire en ligne).
  • Thierry Noisette, « Express: migration en Estrémadure, mairie de Paris, Aaron Swartz, Framasoft, transparence démocratique, magazine », ZDNet,‎ (lire en ligne).
  • Lionel Maurel, « La privatisation du domaine public à la BnF, symptôme d'un désarroi stratégique », Slate,‎ (lire en ligne).
  • Bertrand Deckers, « Au rayon livres : un amour de campagne et un road-movie geek », Têtu,‎ (lire en ligne).
  • Nil Sanyas, « Wikimedia et Framasoft demandent eux aussi votre soutien », Next INpact,‎ (lire en ligne).
  • Xavier Berne, « Framasoft ouvre Framazic, son portail consacré à la musique libre », Next INpact,‎ (lire en ligne).
  • Julien L., « Tout Wikipédia disponible hors ligne avec la clé Framakey », Numerama,‎ (lire en ligne).
  • Erwan Cario, Sophian Fanen et Camille Gévaudan, « [Vidéo] Ecrans.fr, le framapodcast », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Camille Gévaudan, « Avec le «Pack Liberté», les chatons lavent plus libre », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Marc Rees, « Offrez-vous un Pack Liberté pour l'April, Framasoft et la Quadrature du Net », Next INpact,‎ (lire en ligne).
  • Camille Gévaudan, « Framazic, pour une musique à l’air libre », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Denis Desjour, « Framacalc le tableur en ligne », Macternelle,‎ (lire en ligne).
  • Thierry Noisette, « Produire du logiciel libre, un nouveau Framabook », ZDNet,‎ (lire en ligne).
  • Melospawn, « FramaDVD Ecole version 1.0 », Linuxfr,‎ (lire en ligne).
  • Camille Gévaudan, « Ce soir, le libre s’invite à la Cité des sciences », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Damien Leloup, « Avis de divorce entre Google et le monde du logiciel libre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Thomas Bécard, « Richard Stallman, hacker vaillant », Télérama,‎ (lire en ligne).
  • Erwan Cario, « Richard Stallman : Il faut exiger la liberté », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Louise Fessard, « Le chemin de croix du logiciel libre à l'école », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  • Guerric Poncet, « Framapack, l'installateur de logiciels libres », Le Point,‎ (lire en ligne).
  • Julien L., « Framapack : le logiciel libre a son marché en ligne », Numerama,‎ (lire en ligne).
  • Sidney_v, « Top Blogs Logiciels Libres en avant-première », Wikio,‎ .
  • Marc Rees, « FramaDVD, la compilation qui carbure au libre, est disponible », Next INpact,‎ (lire en ligne).
  • Erwan Cario, « Jusqu’Ubuntiste », Libération,‎ (lire en ligne).
  • « Top 30 des billets les plus cités en juin », Wikio,‎ .
  • Christophe Guillemin, « 173 000 clés USB avec logiciels libres pour les étudiants franciliens », ZDNet,‎ (lire en ligne).
  • Astrid Girardeau, « Les «César du logiciel libre» sont... », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Guillaume Champeau, « Framasoft est appelé à devenir moins Sage », Numerama,‎ (lire en ligne).
  • Hubert Guillaud, « Thunderbird 1.5 : le livre libre », Le Monde (internet),‎ (lire en ligne).
  • Nicole Gauthier, « Goldoraf et Six K s'invitent à l'Assemblée », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Gilles Rocard, « Tout un bureau… sur une clé USB! », ZDNet,‎ (lire en ligne).
  • James Goncalves, « Framasoft ressuscite plus tôt que prévu », Linuxfr,‎ .
  • Alexandre Piquard, « Un annuaire de logiciels libres victime de son succès. Suspendu par son hébergeur, Framasoft suscite un élan de solidarité. », Transfert.net,‎ (lire en ligne).
  • Nathalie Lamoureux, « Cyberprof en banlieue », Le Point,‎ (lire en ligne).

Sources sur le web[modifier | modifier le code]

Émission de radio[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]