Jean Ier de Blois-Châtillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Châtillon et Jean Ier.
Jean I de Châtillon
John I of Châtillon.jpg
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfant
John I of Châtillon.jpg
sceau

Jean de Châtillon, comte de Blois, puis de Dunois et de Chartres, seigneur d'Avesnes, de Guise, mort le [1], ou le à Chambord[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1271, il est nommé par le roi Philippe le Hardi, tuteur, défenseur et garde du Royaume, et de ses enfants, si le comte d'Alençon venait à mourir[3] (celui-ci épousera sa fille Jeanne).

La même année, il fonde le couvent des frères prêcheurs de Blois, puis fait bâtir, avec sa femme, en 1273, l'abbaye de la Guiche.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils aîné, du mariage en 1230, de Hugues de Châtillon (v.1196-1248), comte de Saint-Pol, et de Marie d'Avesnes († 1241), comtesse de Blois, dames d'Avesnes et de Guise (fille de Gautier d'Avesnes). Il a pour frère Guy de Châtillon (1225-1289), comte de Saint-Pol.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Marié en 1254 à Alix de Bretagne (1243-1288) (alors âgée de 11 ans), ils eurent :

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« de gueules à trois pals de vair, au chef d'or »[1].

Décès et testament[modifier | modifier le code]

En 1268, alors seigneur de Bohain, malade, il fait son testament, mais guérit et ne meurt qu'en 1279, et son corps fut inhumé dans l'abbaye de la Guiche.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives historiques et littéraires du Nord de la France Par Arthur Dinaux, 18e vol.  - 3e série, t. 6, 2e livraison - juin 1858 - p. 114
  2. Le Château de Chambord Par L. de La Saussaye, vol. 4, 1841 - p. 39
  3. Dictionnaire de la noblesse Par François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Badier - vol. 4, 2e éd., 1772 - pp. 353-354

Lignage[modifier | modifier le code]