Alix de Bretagne (1243-1288)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alix de Bretagne.

Alix de Bretagne, née le 6 ou au château de Suscinio[1], morte le [2], est la fille de Jean Ier de Bretagne et de Blanche de Navarre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née dans la forteresse ducale construite par son père, elle est baptisée par l'évêque de Vannes, monseigneur Cadioc[3].

En 1286, elle fonde une maison-Dieu aux Montils.

En septembre 1284, les exécuteurs testamentaires de son mari sont condamnés, sur titre du roi, à lui verser la somme de trois mille livres afin qu'elle conduise quelques chevaliers en Terre sainte[4]. Ils arrivent à Saint-Jean-d'Acre en 1287, où elle fait ériger deux grandes « tours à barbacane », afin de protéger ce port maritime des attaques des Sarrasins[5], l'une près Saint-Nicolas, l'autre entre les portes de Saint-Thomas et de Maupas[4].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Elle est mariée en 1254[6], à l'âge de 11 ans, à Jean de Châtillon († 1279), comte de Blois et de Chartres, dont elle eut :

Décès[modifier | modifier le code]

De retour de Terre sainte, elle meurt le , à l'âge de quarante-cinq ans. Elle est enterrée auprès de son mari, dans l'abbaye de la Guiche qu'ils avaient créée en 1277, mais son cœur repose dans la chapelle de sa maison-Dieu, près du château des Montils.

Références[modifier | modifier le code]