Guy II de Blois-Châtillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Guy II de Blois-Châtillon
Guy II de Blois-Châtillon
Blason de la famille de Blois-Châtillon

Décès
Allégeance roi de France
Conflits Guerre de Cent Ans
Faits d'armes bataille de Roosebeke
Famille Blois-Châtillon

Guy II de Blois-Châtillon († ), fils cadet de Louis Ier de Blois-Châtillon et de Jeanne de Hainaut, dernier comte héréditaire de Blois, de Dunois et de Soissons, et seigneur de Beaumont (Hainaut).

Biographie[modifier | modifier le code]

Un grand du royaume de France[modifier | modifier le code]

Guy II de Blois-Châtillon succéda à son frère Jean II, sans enfant légitime. À sa mort en 1381, il hérita de la totalité de ses biens. Guy possédait donc : « 

  • le comté de Soissons,
  • les terres de Dargies, de Clary, de Catheu, celles de Maffles, de Tongres ; celles de Beaumont dans le Hainaut;
  • plusieurs maisons à Mons, Valenciennes et Maubeuge,
  • les seigneuries de Chimay, Couvin, Fumaing et Reving,
  • les terres de Nouvion et la haie de Quiebreleches,
  • les comtés de Blois et de Dunois,
  • les châteaux des Montils, de Châteaudun,
  • les châtellenies de Freteval, Remorantin, Millançay et Château-Renault ;
  • les terres d’Avesnes, de Landrecies, de Sassogne ; celles de Scoonhove, de la Goude
  • et plusieurs autres domaines situés en Hollande, Zélande et Frise.

Il se trouve en un mot possesseur de tous les biens de sa famille[1].

Prisonnier des Anglais[modifier | modifier le code]

En 1360, il fit partie des otages envoyés en Angleterre en vertu du traité de Brétigny. La vente du comté de Soissons à Enguerrand VII de Coucy lui permit de payer sa rançon. Il fut libéré le .

Un chef de guerre[modifier | modifier le code]

En 1370, il fut armé chevalier en 1370 lors d'une campagne avec les chevaliers teutoniques en Lituanie. Il participa aux guerres du roi Charles VI de France contre les Flamands et les Anglais, et dirigea l'arrière-garde de l'armée royale lors de la bataille de Roosebeke.

La fin d'une lignée[modifier | modifier le code]

En 1374, il épousa sa cousine Marie de Namur, fille de Guillaume Ier de Namur, marquis de Namur. Le couple eut fils unique, Louis qui mourut sans enfant en 1391. Guy II de Blois-Châtillon céda alors ses possessions à Louis Ier d'Orléans aux dépens de ses héritiers (alors que par les femmes, la descendance des Châtillon-Blois est considérable). Guy II resta en 1391-1397 le seigneur usufruitier, donc jusqu'à sa mort.

Jean Froissart fut son aumônier en 1384. Il obtint pour lui le bénéfice de Lestines-au-Mont et canonicat au chapitre Sainte-Monégonde de la collégiale de Chimay. Son patronage permit à Froissart d'écrire le Livre II de ses Chroniques.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]