Michelle Bubenicek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bubenicek.
Michelle Bubenicek
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
à NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation École nationale des chartes (-), Institut national du patrimoine (jusqu'en ) et université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Société de l'histoire de France (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Michelle Bubenicek est une historienne médiéviste française née le à Nantes.

Elle est nommée directeur de l'École nationale des chartes en 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michelle-Marguerite Bubenicek naît à Nantes, dans la Loire-Atlantique[1], le [2].

Formation[modifier | modifier le code]

Élève de l'École nationale des chartes (ENC), elle y rédige (sous la supervision de Michel Parisse et Pierre Toubert) une thèse d'établissement, Le Pouvoir au féminin : une princesse en politique et son entourage : Yolande de Flandre, comtesse de Bar et dame de Cassel (1326-1395), et en sort, major de la promotion 1994, avec le diplôme d'archiviste paléographe[3].

Elle est reçue, après un stage à la préfecture du Rhône[4], conservateur du patrimoine (promotion Paracelse de l'Institut national du patrimoine[5]) l'année suivante[6].

Boursière de la fondation Thiers de 1997 à 1998[7],[8], elle soutient cette même année une thèse de doctorat en histoire — intitulée Quand les femmes gouvernent : robe, droit et politique dans la France du XIVe siècle : l'exemple de Yolande de Flandre (1326-1395) et dirigée par Michel Parisse[9] — à l'université Panthéon-Sorbonne, où elle obtient l'habilitation à diriger des recherches (HDR) en 2010[10].

Parcours[modifier | modifier le code]

D'abord affectée à la « conservation-restauration des documents d’archives » au sein de la direction des Archives de France[6] (1995-1999)[11], elle est nommée maître de conférences en histoire médiévale (1999[12]), puis professeur d'histoire du Moyen Âge (2011[13]) à l'université de Franche-Comté[3], où elle dirige le département d'histoire de 2011 à 2013[11].

En 2005, elle est brièvement secrétaire de la Société de l'École des chartes[14]. Elle est également membre du conseil de la Société de l'histoire de France (SHF) jusqu'en 2018[15].

À la mi-mai 2016, candidate à la succession de Jean-Michel Leniaud, elle est choisie comme nouveau directeur de l'ENC par les deux conseils de l'École[16], puis nommée par décret du président de la République début juillet[17],[3]. La seconde femme, après Anita Guerreau-Jalabert, à occuper ce poste, elle prend ses fonctions le suivant[3].

En , elle est nommée au conseil d'administration de l'École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques[18].

Travaux et réception[modifier | modifier le code]

Ayant écrit dans la Bibliothèque de l'École des chartes, le Moyen Âge et la Revue historique[10], elle est notamment spécialiste du Moyen Âge tardif (XIVe et XVe siècles), de l'histoire de la « genèse de l'État moderne » et de celle des femmes au Moyen Âge[19].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avec Louis Cosnier, Solange Lassalle et Odile Welfelé-Capy, Guide de l'archivage au siège du CNRS, Paris, Centre national de la recherche scientifique, , 35 p. (ISBN 2-91098605-5, notice BnF no FRBNF36691483)
  • Quand les femmes gouvernent, droit et politique au XIVe siècle : Yolande de Flandre (préf. Michel Parisse) (thèse de doctorat en histoire remaniée), Paris, École des chartes, coll. « Mémoires et documents de l'École des chartes » (no 64), , 443 + 8 p. (ISBN 2-900791-49-9, notice BnF no FRBNF3894350)
  • Entre rébellion et obéissance : l'espace politique comtois face au duc Philippe le Hardi (1384-1404), Genève, Droz, coll. « Rayon histoire de la librairie Droz » (no 2), , 774 p. (ISBN 978-2-600016-01-8, notice BnF no FRBNF43679958)
  • Meurtre au donjon : l'affaire Huguette de Sainte-Croix, Paris, Presses universitaires de France, , 244 p. (ISBN 978-2-13-061788-4, notice BnF no FRBNF44220768)

Chapitres[modifier | modifier le code]

Voir la liste ici.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 148, no 2, 1990, p. 522 (lire en ligne).
  2. Notice BnF.
  3. a, b, c et d Clémence Jost, « L'Ecole des chartes aura une nouvelle directrice à la rentrée 2016 : la médiéviste Michelle Bubenicek », sur archimag.com,‎ .
  4. « Répertoire numérique détaillé du versement 668 W », sur viewer1.cg69.mnesys.fr.
  5. « Michelle Bubenicek », sur plateforme-pedagogique.inp.fr.
  6. a et b Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 153, no 2, 1995, p. 615 (lire en ligne).
  7. Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 155, no 2, 1997, p. 814 (lire en ligne).
  8. « Les boursiers depuis 1987 », sur fondation-thiers.institut-de-france.fr.
  9. « Michelle Bubenicek, Quand les femmes gouvernent : robe, droit et politique dans la France du XIVe siècle : l'exemple de Yolande de Flandre (1326-1395) », sur theses.fr.
  10. a et b « Michelle Bubenicek », sur lsh.univ-fcomte.fr.
  11. a et b « Michelle Bubenicek », sur enc-sorbonne.fr.
  12. Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 157, no 2, 1999, p. 689 (lire en ligne).
  13. « Liste des qualifiés 2011 aux fonctions de professeur des universités », sur galaxie.enseignementsup-recherche.gouv.fr.
  14. a et b Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 163, no 2, 2005, p. 622 (lire en ligne).
  15. « Conseil », sur shfrance.org.
  16. « École des chartes : « Je pars avec le sentiment qu'une partie des chantiers est inachevée » (JM Leniaud) », sur newstank.fr,‎ .
  17. « Michelle Bubenicek nommée directrice de l'École à partir du 1er septembre 2016 », sur enc-sorbonne.fr,‎ .
  18. « Nomination de Michelle Bubenicek au conseil scientifique de l'Enssib », sur enc-sorbonne.fr,‎ .
  19. « Michelle Bubenicek », sur section-histoire.univ-fcomte.fr.
  20. « Le Roubaisien Arnaud Desplechin dans la promotion de Pâques », sur lavoixdunord.fr,‎ .
  21. Décret du 14 avril 2017 portant promotion et nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]