Jules Quicherat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jules Quicherat
Jules Quicherat - Tony Toullion lithographe.jpg
Jules Quicherat,
lithographie de Tony Toullion, XIXe siècle.
Fonction
Directeur
École des chartes
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Étienne Julien Joseph QuicheratVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Jules Quicherat[1] est un historien et archéologue français né le à Paris, ville où il est mort le à son domicile dans le 6e arrondissement[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Buste de Jules Quicherat par Jean Petit (1885).

Frère du latiniste Louis Marie Quicherat, il est élève de l'École royale des chartes, dont il sort archiviste paléographe en 1834, puis attaché à la Bibliothèque royale.

En 1847, il est nommé répétiteur d'archéologie, puis, en 1849, professeur de diplomatique à l'École des chartes, qu'il dirige de 1871 à sa mort[3].

Il est connu pour son édition du Procès de condamnation et de réhabilitation de Jeanne d'Arc (5 vol., 1841-1849) et pour son engagement en faveur d'une localisation en Franche-Comté du siège d'Alésia[4].

Ses papiers personnels sont conservés aux Archives nationales. Ils comprennent notamment ses carnets de voyage archéologiques, qu’il illustrait de nombreux dessins à la plume ou au crayon et dont des reproductions sont disponibles dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales.

Postérité[modifier | modifier le code]

L'École nationale des chartes conserve un buste de Jules Quicherat, réalisé en 1885 par Jean Petit, sur une suggestion d'Auguste Castan, à l'occasion du décès du savant. Ce buste est célèbre parmi les élèves de l'École qui l'affublent régulièrement, par sympathie et affection, de chapeaux et décorations diverses. Le buste a été restauré par l'Institut national du patrimoine en 2007-2008 : le socle était en effet abîmé et des traces de cirage noir, vestiges des événements survenus en mai 68 à l'École, subsistaient.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de naissance indique comme prénoms Étienne Julien Joseph.
  2. Archives de Paris 6e, acte de décès no 838, année 1882.
  3. Journal de Gaston Coindre
  4. Jules Quicherat, L'Alesia de César rendue à la Franche-Comté : Réfutation de tous les mémoires pour Alise lue à la Société des antiquaires de France, 13 et 20 mai 1855 en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]