Bénédicte Savoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savoy.

Bénédicte Savoy, née le 22 mai 1972 à Paris, est une universitaire et historienne de l'art française.

Elle est professeure d’histoire de l’art à l’université technique de Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancienne élève des lycées Fénelon et Henri IV à Paris, Bénédicte Savoy est reçue deuxième à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud en 1992 et première à l'agrégation d'allemand en 1996[1]. Elle consacre ses premiers travaux universitaires au peintre Anselm Kiefer (sous la direction de Jean-Noël Vuarnet), puis soutient en 2000 un doctorat intitulé Les spoliations artistiques de la France en Allemagne autour de 1800 sous la direction de Michel Espagne. Avant son installation à Berlin en 1993, elle participe aux premières créations théâtrales d’Olivier Py : Gaspacho, un chien mort (1991) et Les Aventures de Paco Goliard (1992). En 1988-1989, elle séjourne dans une famille d’accueil à Berlin-Ouest, où elle fréquente pendant un an le lycée Beethoven.

Nommée « professeure junior » au département d’histoire de l’art de l’université technique de Berlin en 2003, elle y est depuis 2009 titulaire d’une chaire consacrée à l’« Histoire de l’art comme histoire culturelle » (« Kunstgeschichte als Kulturgeschichte »). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle et sociale des arts, sur l’histoire des musées, sur les questions de spoliations artistiques. De 2007 à 2012, Bénédicte Savoy a été membre junior de l’Académie des sciences de Berlin (« Junge Akademie »). Elle est depuis 2007 membre du cluster d’excellence « Topoi - The Formation and Transformation of Space and Knowledge in Ancient Civilization » à Berlin.

Bénédicte Savoy travaille notamment sur le regard italien et allemand sur les spoliations artistiques commises par Napoléon[2]. En 2010, elle a été commissaire générale de l’exposition Napoleon und Europa. Traum und Trauma au Hall des Expositions de la République fédérale (de) à Bonn (avec Yann Potin)[3], exposition reprise sous une forme adaptée au Musée de l'armée. En 2014, elle a assuré pour Paris Sciences Lettres (PSL) le commissariat général de l’exposition Les Frères Humboldt. L’Europe de l’esprit[4] à l’Observatoire de Paris (avec David Blankenstein).

Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain[modifier | modifier le code]

Après une intervention en tant que professeur invitée de Carlo Ossola en 2015[5], Bénédicte Savoy est élue au Collège de France en 2016. Elle détient la chaire internationale Histoire culturelle du patrimoine artistique en Europe, XVIIIᵉ-XXᵉ siècles[6]. En mars 2018, elle se voit également confier par le président de la République Emmanuel Macron une mission d'étude, avec l'écrivain et économiste sénégalais Felwine Sarr, auteur en 2016 de l'essai remarqué Afrotopia[7], sur la question des restitutions, temporaires ou définitives, aux pays d'origine du patrimoine africain, ramené dans des institutions culturelles françaises pendant la période de la colonisation[8]. Leur rapport est remis officiellement le , et publié en ligne[9] ainsi qu'au Seuil [10].

L'orientation du rapport est vivement critiquée ou remise en question par plusieurs spécialistes dont le journaliste et historien de l'art Didier Rykner, qui en juge l'inspiration politique et qui s'inquiète de la sécurité des œuvres restituées[11]. Le magazine Le Point critique un rapport au titre et au vocabulaire inspiré par les postcolonial studies et un rapport teinté de « repentance »[12]. On reproche aussi aux deux rédacteurs du rapport de ne pas être spécialistes de l'art africain ni de la colonisation et de n'avoir sollicité pour l'écrire que des « amis experts », selon leurs propres termes. L'historien de l'art africain Bertrand Goy rappelle pour sa part que l'extrême majorité des œuvres arrivées en Europe ne soit pas issue de pillage, mais de commerce (à une époque où personne n'imaginait qu'elles auraient un jour une forte valeur marchande), alors que de nombreux conservateurs de musée rappellent que les vols artistiques ont aussi été internes à l'Afrique, sans provoquer les mêmes débats entre musées du continent. Les très mauvaises conditions de conservation dans certains musées africains sont enfin pointées du doigt, tout comme le précédent du musée royal de l'Afrique centrale de Tervuren (Belgique), qui avait restitué 114 œuvres au Zaire dans les années 1970-1980[13], dont il ne reste que 21 exemplaires en 2018, la plupart ayant été volées ou revendues dans l'illégalité[14].

Bénédicte Savoy s'étant défendue contre ces critiques, en particulier concernant la méthode, Didier Rykner a répondu en apportant des éclaircissements concernant ce qu'il estime représenter des incohérences, des partis-pris idéologiques et la superficialité du processus ayant abouti au rapport[15]. Lors de la remise du rapport « Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain : vers une nouvelle éthique relationnelle » le , Emmanuel Macron annonce la restitution prochaine de 26 œuvres au Bénin, validant ainsi son orientation[16], ce qui supposerait néanmoins une habilitation légale[17].

Affiliations scientifiques[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Bénédicte Savoy est l’auteure d’une vingtaine d’ouvrages parmi lesquels, en français : Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France en Allemagne autour de 1800, 2 vol., Paris 2003, préface de Pierre Rosenberg ; Dictionnaire des historiens de l’art allemands (avec Michel Espagne), Paris, 2010 ; Les frères Humboldt. L’Europe de l’esprit, catalogue d’exposition (avec David Blankenstein), Paris, 2014. Son enquête de 2011 sur la présence à Berlin du buste de Nefertiti (Nofretete. Eine deutsch-französische Affäre, 1912-1931, Cologne 2011) a été relayée par la presse allemande (Der Spiegel)[24] et française (Le Monde)[25].

Collections (co-direction)[modifier | modifier le code]

Bénédicte Savoy co-dirige avec Andreas Beyer et Wolf Tegethoff le dictionnaire de référence Allgemeines Künstlerlexikon (AKL) aux éditions De Gruyter. Chez De Gruyter, elle co-dirige également les collections « Ars et Scientia » (avec Gregor Wedekind et Michael Thimann) et « Contact Zones » (avec Lars Blunck et Avinoam Shalem).

Essais[modifier | modifier le code]

  • Patrimoine annexé. Les biens culturels saisis par la France en Allemagne autour de 1800, Préface de Pierre Rosenberg, 2 vol., 1021 p., Paris [Éditions de la maison des sciences de l’homme / Coll. «Passages/Passagen» du Centre allemand d’histoire de l’art], 2003, (ISBN 978-2735109883). Trad. allemande : Französischer Kunstraub in Deutschland und die Folgen. 1794-1940, Cologne/Vienne/Weimar, éd. Böhlau, 2010, (ISBN 978-3205784272).
  • Nofretete, eine deutsch-französische Affäre, 1913-1931, Cologne/Vienne/Weimar, éd. Böhlau, 2010, (ISBN 978-3412208110).
  • "Vom Faustkeil zur Handgranate". Filmpropaganda für die Berliner Museen. 1934-1939, Cologne/Vienne/Weimar, éd. Böhlau, 2014, (ISBN 978-3412222956).

Catalogues d’expositions[modifier | modifier le code]

  • Les frères Humboldt. L’Europe de l’Esprit, cat. exp., Paris (De Monza/PSL), 2014 (avec David Blankenstein), (ISBN 978-2916231303).
  • Napoleon und Europa, Traum und Trauma. cat. exp., Bonn, Bundeskunsthalle, München, ed. Prestel, 2010 (avec Yann Potin), (ISBN 978-3791350882).

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • The Museum is open. Toward a Transnational History of Museums. 1750-1940. Berlin (De Gruyter), 2014 (avec Andrea Meyer), (ISBN 978-3110298802).
  • Pariser Lehrjahre. Ein Lexikon zur Ausbildung deutscher Maler in Paris. Band 1: 1793-1843., Berlin (De Gruyter), 2013, 430 p. (avec France Nerlich), (ISBN 978-3110290578).
  • Dictionnaire des historiens de l’art allemands, Paris, éd. du CNRS (avec Michel Espagne), 2010, (ISBN 978-2271067142).
  • (mul) Avec Jean-Michel Leniaud, 5, Pariser Platz à Berlin : une ambassade de légende, Paris, Éditions internationales du patrimoine, coll. « Résidences de France », , 65 p. (ISBN 978-2-9534330-2-9, SUDOC 153805188)
    Également édité en allemand.
  • Tempel der Kunst. Die Geburt des öffentlichen Museums in Deutschland. 1701-1815, Mainz [Philipp von Zabern], 2006, (ISBN 978-3805336376) (Neuauflage Böhlau 2015 (ISBN 978-3412222512)).
  • Aubin-Louis Millin et l’Allemagne. Magasin encyclopédique, lettres à Karl August Böttiger, Hildesheim [Olms], 2005 (avec Geneviève Espagne), (ISBN 978-3487128719).
  • Franz Kugler, Deutscher Kunsthistoriker und Berliner Dichter, Berlin, Akademie Verlag (avec Michel Espagne et Céline Trautmann-Waller), 2010, (ISBN 978-3050046457).
  • Rom, Paris, Stendal. Der Winckelmann-Nachlaß in Paris. Zur Geschichte der Handschriften Winckelmanns, Stendal, 2002 (avec Elisabeth Décultot et Max Kunze), (ISBN 978-3910060418).

Éditions de textes, anthologies, traductions[modifier | modifier le code]

  • Die Berliner Museumsinsel. Impressionen internationaler Besucher. 1830-1990, Köln (Böhlau), 2013, (avec Philippa Sissis), (ISBN 978-3412209919).
  • Museumsgeschichte. Kommentierte Quellentexte 1750-1950, Berlin, éd. Reimer, 2010 (avec Kristina Kratz- Kessemeier, Andrea Meyer), (ISBN 978-3496014256).
  • Helmina von Chézy, Leben und Kunst in Paris seit Napoleon I., Weimar 1805-1807, Berlin, Akademie-Verlag 2009 (édition commentée), (ISBN 978-3050046280).
  • Friedrich Schlegel, Descriptions de tableaux, traduction et introduction de B. Savoy, éd. de l’École des Beaux-Arts, 2003, (ISBN 978-2840561293).
  • Julius Schlosser, Objets de curiosité, Paris [Gallimard / éd. Le Promeneur], 2002, traduction et introduction de B. Savoy, (ISBN 978-2-07-076773-1).
  • Jean Henry, Journal d'un voyage à Paris en 1814, Paris [Gallimard / éd. Le Promeneur], 2001, édition et introduction de B. Savoy, (ISBN 9782070763726).
  • Johann Friedrich Ferdinand Emperius (u. a.), Remarques sur le vol et la restitution des œuvres d'art et des livres précieux de Brunswick - 1806-1815..., Paris [La Vouivre], 1999, édition et introduction de B. Savoy, trad. A. Duthoo, (ISBN 9782912431073).
  • Johann Georg Elser, Un attentat contre Hitler, Arles [Actes Sud], 1998, Préface de Gilles Perrault, traduction et introduction B. Savoy, (ISBN 978-2742716548).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Curriculum vitae Prof. Dr. Bénédicte Savoy (eng) », sur Kunstgeschichte als Kulturgeschichte, (consulté le 7 avril 2015)
  2. Sabine Gignoux, « Un moment historique pour les restitutions de patrimoine », sur la-croix.com, (consulté le 11 décembre 2018)
  3. « Le Monde », (consulté le 7 avril 2015)
  4. « PSL Exposition : les frères Humboldt - L’Europe de l’esprit », sur Pars Sciences et lettres (consulté le 15 avril 2015)
  5. « Les objets du désir. Trophées, conquêtes et spoliations artistiques - une constante anthropologique ? », sur www.college-de-france.fr (consulté le 3 mars 2017)
  6. « Accueil », sur www.college-de-france.fr (consulté le 3 mars 2017)
  7. Gladys Marivat, « L’utopie africaine, selon Felwine Sarr », sur lemonde.fr, (consulté le 24 novembre 2018)
  8. Pierre Lepidi, « Restitution du patrimoine africain : Nous sommes face à un défi historique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. « Felwine Sarr, Bénédicte Savoy: Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle. Paris 2018; The Restitution of African Cultural Heritage. Toward a New Relational Ethics (version originale en français et traduction en anglais, pdf, », (consulté le 3 septembre 2019)
  10. Philippe Dagen, « Art africain : la France coloniale au rapport », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 novembre 2018)
  11. Didier Rykner, « Rapport sur les restitutions : rendons tout, Dieu reconnaîtra les siens – La Tribune de l'Art », La Tribune de l'Art,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  12. Laureline Dupont, « EXCLUSIF. Œuvres d'art africaines : un rapport préconise de tout rendre (ou presque) ! », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  13. Sabine Cessou, « Belgique: la restitution du patrimoine africain en débat », rfi.fr, 4 novembre 2018.
  14. Charles Jaigu, « Faut-il rendre les œuvres d'art à nos anciennes colonies ? », Le Figaro Magazine, semaine du 7 décembre 2018, p. 70-76.
  15. « La Tribune de l'art »
  16. Maryline Baumard, « Cette réunion à l’Elysée où la restitution des œuvres d’art africaines est devenue réelle », sur lemonde.fr, (consulté le 26 novembre 2018)
  17. Didier Rykner, « Emmanuel Macron met fin à l'inaliénabilité des collections publiques – La Tribune de l'Art », La Tribune de l'Art,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2018)
  18. « Haut Conseil Culturel franco-allemand » (consulté le 15 avril 2015)
  19. http://www.bbaw.de/forschung/avh-r/uebersicht
  20. http://www.ifra-frankfurt.de
  21. https://www.kulturgutverluste.de/Webs/DE/Start/Index.html
  22. (de) admin, « Bénédicte Savoy — Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften », sur www.bbaw.de (consulté le 3 mars 2017)
  23. http://www.dfg.de/gefoerderte_projekte/wissenschaftliche_preise/leibniz-preis/2016/savoy/index.html
  24. (de) Sparring Over Berlin's 'Mona Lisa': German-Hating Frenchman Sparked Nefertiti Row, Der Spiegel, 17 août 2011
  25. Néfertiti, la reine disputée, Le Monde Weekend, 13 mars 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]