Jean-François Kahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-François Kahn
Image dans Infobox.
Jean-François Kahn en 2013.
Biographie
Naissance
Pseudonymes
Jean-François Ferriot, François Darras, Thomas VallièresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
Parti politique

Jean-François Kahn, né le à Viroflay (Seine-et-Oise), est un journaliste et essayiste français classé au centre de l'échiquier politique.

En 1984, il crée L'Événement du jeudi puis, en 1997, l'hebdomadaire d'information Marianne, dont il est le directeur jusqu'en 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-François Kahn est le fils du philosophe Jean Kahn-Dessertenne (1916-1970) et de Camille Ferriot (1914-2005).

Il est le frère du chimiste Olivier Kahn (1942-1999) et du généticien Axel Kahn (1944-2021). Il a trois enfants, dont deux avec sa première épouse, et un avec Rachel Assouline-Kahn[1]. Il réside dans le département de l'Yonne[2].

Ses parents viennent de Mussy-sur-Seine, dans le sud de l'Aube[3]. Son grand-père paternel, l'avocat André Kahn (1888-1959), juif alsacien, y possédait une maison de campagne et y rencontra son épouse, Blanche Sismondino (1885-1972), qui habitait une maison voisine[4],[5]. Son grand-père maternel y était un petit industriel du bois et épousa une institutrice d'origine suisse allemande, en poste dans l'école du village qu'elle quitte pour un autre destin et dont l'antisémitisme l'empêche de rencontrer son gendre[4],[6],[3]. Le second mari d'une de ses arrière-grands-mères, Jacques Maurice Dessertenne, était un peintre reconnu qui illustra notamment plusieurs éditions de l'encyclopédie Larousse[4],[7],[8].

Sous l'Occupation, Jean-François Kahn porte le nom de jeune fille de sa mère, Ferriot, fervente catholique, et ne reprend son nom de Kahn qu'à la fin des années 1950[3],[9]. Il vit avec sa famille rue des Plantes, à Paris où son père dirige l'école privée Godéchoux[10],[11]. Ses parents se séparent en 1954 et Jean-François reste avec son père, éloigné de ses deux frères cadets restés avec leur mère[4]. En 1957, sa mère fait une rechute de tuberculose et se fait soigner une année durant dans un sanatorium. Le , son père se suicide[12].

Carrière[modifier | modifier le code]

Jean-François Kahn obtient sa licence d'histoire et, comme son père l'avait fait dans sa jeunesse, il adhère au Parti communiste (pendant deux ans)[3], travaillant dans un tri postal, puis dans une imprimerie, et se tourne ensuite vers le journalisme : il débute ainsi en 1959 dans le journal Paris Presse l'Intransigeant[3] qui l'envoie couvrir la guerre d'Algérie, Le Monde, puis L'Express (en 1964, comme reporter). C'est lui qui mène l'enquête journalistique aboutissant à la révélation de l'affaire Ben Barka (avec Jacques Derogy), en respectant le principe de protection des sources d'information des journalistes. Toujours pour L'Express, il suit en 1966 la guerre du Viêtnam à la base d'An Khê (en)[13].

En 1971, il devient éditorialiste sur Europe 1, puis est nommé en 1977 directeur de la rédaction des Nouvelles littéraires qu'il contribue à redresser.

Dans les années 1970 et 1980, il officie souvent comme interviewer lors d'émissions politiques télévisées telles que L'Heure de vérité.

Amateur et connaisseur de la chanson française, il anime dans les années 1970 l'émission Avec tambour et trompette sur France Inter, et, dans les années 1980, l'émission Chantez-le moi.

En 1984, il crée le magazine L'Événement du jeudi puis, en 1997, l'hebdomadaire d'information Marianne, dont il est le directeur jusqu'en 2007[14] et dans lequel il continue à tenir jusqu'en 2011 une chronique intitulée « Bloc-notes »[15]. Il collabore hebdomadairement à l'émission radiophonique Samedi et rien d'autre, animée par Joël Le Bigot, sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada, où il vulgarise et commente l'actualité politique française et européenne.

Il signe certaines de ses interventions sous les pseudonymes de François Darras[16],[17], Thomas Vallières, ou encore P.M.O.[réf. nécessaire]

Il est invité ponctuel à l'émission quotidienne C dans l'air sur la chaîne publique France 5[18],[19].

En mai 2011, lors de l'affaire Dominique Strauss-Kahn, il estime qu'il est « pratiquement certain qu’il n’y a pas eu tentative violente de viol » et déclare qu'il ne s'agit que d'un « troussage de domestique »[20]. Il est alors accusé de distinguer un « troussage » d'un viol et de manifester une « solidarité de caste »[21],[22]. Ses déclarations sont condamnées par de nombreuses personnalités françaises[23]. Devant la polémique que soulèvent ses propos, il déclare qu'il était « inacceptable »[24] d'utiliser le terme de « troussage », présente des excuses publiques et se retire du journalisme[25],[26].

En 2014, il publie L'Horreur médiatique, un livre « brûlot » sur les médias, victimes selon lui d'une « pensée unique » les exposant à un rejet populaire, ce dernier étant propice à un basculement vers l'extrémisme[27],[28].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Il prend position sur de nombreux sujets. Il est opposé au néolibéralisme[29], à l'intervention de l'OTAN en Serbie en 1999[30] et à la guerre d'Irak en 2003[31],[32]. Il prend position pour le « oui » au projet de Constitution européenne en 2005 mais dénonce le peu de place que la presse accorde aux partisans du « non » pour défendre leur avis[33].

En 2007, il soutient « par défaut » la candidature de François Bayrou à l'élection présidentielle, tout en prenant clairement position contre Nicolas Sarkozy, notamment avec la publication d'un numéro de Marianne titré Le Vrai Sarkozy dans lequel le service France de l'hebdomadaire et lui-même reviennent sur le candidat, sa carrière, ainsi que sur les coulisses de sa campagne et les circonstances ayant présidé à sa prise de pouvoir au sein de l'UMP, et ce à une semaine du premier tour[34].

En , il annonce son intention de se présenter aux élections européennes[35]. Il confirme cette intention à l'université d'été du Mouvement démocrate[36]. L'investiture comme tête de liste dans la circonscription Est lui est accordée après le vote des adhérents du parti lors de la Conférence nationale du Mouvement démocrate du . Grâce au score de 9,43 % des suffrages recueillis par cette liste, il est élu au Parlement européen mais, conformément à ses engagements de campagne (il avait annoncé qu'il ne siégerait que si la liste qu'il menait obtenait au moins deux élus), il renonce à ce mandat au profit de la députée européenne sortante, Nathalie Griesbeck[37].

En 2009, il annonce la création d'un club de réflexion nommé Crréa (centre de réflexion et de recherche pour l’élaboration d’alternatives), destiné à « travailler à des alternatives qui dépassent les discours anciens et les approches qui ont fait faillite »[38]..

Essais[modifier | modifier le code]

  • La Guerre civile, Seuil, 1982
  • Et si on essayait autre chose ?, Seuil, 1983
  • Les Français sont formidables, Balland, 1987
  • Esquisse d'une philosophie du mensonge, Flammarion, 1992
  • La Pensée unique, Fayard, 1995
  • On prend les mêmes et on recommence, Éditions Grasset & Fasquelle, 1997
  • Les Poèmes politiques, Fayard, 1998
  • Tout était faux, Fayard, 1998
  • Demain la révolution, Flammarion, 1999
  • Chacun son tour, Stock, 1975
  • Complot contre la Démocratie, Denoël, 2000
  • Le Retour de terre de Djid Andrew, Critique de la raison capitaliste, Fayard, 2000
  • Victor Hugo un révolutionnaire, L'Extraordinaire Métamorphose, Fayard, 2001
  • Moi, l'autre et le loup, Fayard, 2001
  • Les rebelles, ceux et celles qui ont dit non, Plon, 2001
  • Ce que Marianne en pense, Éditions Mille et Une Nuits, 2002
  • Le Camp de la guerre, Critique de la déraison impure, Fayard, 2004
  • Dictionnaire incorrect, Plon, 2005
  • Comme deux frères - mémoire et visions croisées (avec Axel Kahn), Stock, 2006
  • Les Bullocrates, Fayard, 2006
  • Tout change parce que rien ne change, Fayard, 2006
  • L'Abécédaire mal-pensant, Plon, 2007
  • Sur l'invariance en politique, Fayard, 2008
  • Où va-t-on ? Comment on y va, Fayard, 2008
  • Pourquoi il faut dissoudre le PS, Larousse, 2008
  • L'Alternative. Oui, c'est possible !, Fayard, 2009
  • Dernières salves. Supplément au Dictionnaire incorrect et à l'Abécédaire mal-pensant, Plon, 2009
  • Faut-il croire les journalistes ?, avec Philippe Gavi, Edwy Plenel, Jean-François Kahn et Serge July, Éditions Mordicus,
  • Philosophie de la réalité. Critique du réalisme, Fayard, 2011
  • Petit César : comment a-t-on pu accepter ça..., Fayard, 2011
  • Menteurs !, Plon, 2012
  • La Catastrophe du 6 mai 2012, Plon, 2012
  • L’Invention des Français, Fayard, 2013
  • Comment s'en sortir, Plon, 2013
  • L'Horreur médiatique, Plon, 2014
  • Marine Le Pen vous dit MERCI !, Plon, 2014
  • La Tragédie de l’Occident. L’Invention des Français 2., Fayard, 2014
  • À bas cette gauche-là, Plon, 2015
  • L'ineffaçable trahison, Plon, 2015
  • Réflexion sur mon échec, entretiens avec Françoise Siri, Éditions de l'Aube, 2016
  • M la maudite, Tallandier, 2018
  • Droit dans le mur !, Plon, 2020
  • Mémoires d'outre-vies, L'Observatoire, 2021

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rachel Assouline-Kahn », sur lesechos.fr, (consulté le )
  2. « Jean-François Kahn : «L'échiquier politique est bouleversé» », sur www.lyonne.fr (consulté le ).
  3. a b c d et e "Jean-François Kahn, l'électron libre", documentaire télévisé de Frank Eskenazi pour la collection Empreintes, produite par France 5, 2009.
  4. a b c et d « Images dans l'esprit de Jean, un homme hors du temps », site axelkahn.fr, 6 juillet 2017, consulté le 10 janvier 2020.
  5. Acte de mariage : AD 75 numérisées- Paris 1, M 07/12/1918, 14M 254, page 6, acte n° 1386
  6. Sandrine Blanchard, « Les Kahn, père nourricier », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Ornemental Illustrations in French Dictionary », sur web.archive.org, (consulté le )
  8. Monique Catherine Cormier, Aline Francoeur, Les dictionnaires Larousse : genèse et évolution, PUM, 2005, p. 189
  9. Il indiquera alors, reprenant le mot de Jean-Paul Sartre, avoir ressenti ce qu'était d'être juif dans le regard de l'autre.
  10. Axel Kahn, Un type bien ne fait pas ça... : Morale, éthique et itinéraire personnel, Robert Laffont/bouquins/segher, , 180 p. (ISBN 978-2-84111-476-4, présentation en ligne)
  11. Biographie de Jean Kahn-Dessertenne sur le site des éditions Arfuyen
  12. Sandrine Blanchard, « Les Kahn, père nourricier », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. Jean-François Khan, Avec les G.I. de la base d'Ankhé, in L'Express no 798 du 3-9 octobre 1966, p. 58-60.
  14. Alexandre Devecchio, « Jean-François Kahn : «Nous assistons au retour d'une rhétorique stalinienne» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le ).
  15. « Jean-François Kahn quitte Marianne et le journalisme - Elle », Elle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Samuel Ghiles-Meilhac, Le Crif : De la résistance juive à la tentation du lobby, de 1943 à nos jours, Groupe Robert Laffont, , 267 p. (ISBN 978-2-221-12462-8, lire en ligne).
  17. « La traditionnelle dualité du dialogue euro-méditerranéen chez deux grands journalistes reporters : Jean Lacouture (1921) et Jean-François Kahn(1938) », sur Pr. Mohamed. lakhader Maougal.
  18. « C dans l'air - Casting - Télérama.fr », sur television.telerama.fr (consulté le ).
  19. « Experts en tout, experts en rien : c'était dans l'air », Acrimed | Action Critique Médias,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Jean-François Kahn n’est plus journaliste », sur lejdd.fr, .
  21. David Doucet, « L'affaire DSK, un "troussage de domestique"? Kahn s'excuse », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. AFP, « Droite populaire: "solidarité de caste" », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  23. Affaire DSK : Jean-François Kahn s'excuse après avoir évoqué un « troussage de domestique », Ozap.com, 23 mai 2011.
  24. L'affaire DSK, un « troussage de domestique » ? Kahn s'excuse, David Doucet, L'Express, 19 mai 2011.
  25. Jean-François Kahn n’est plus journaliste Le JDD.
  26. « Kahn va arrêter le journalisme après ses propos sur Strauss-Kahn », Le Point, 26 mai 2011.
  27. « L'horreur médiatique », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Jean-François Kahn contre "l'horreur médiatique" », Bibliobs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Geoffrey Geuens, « Les médiamorphoses du (néo)libéralisme. Propagande, idéologie dominante, pensée unique », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, no 72,‎ , p. 47–48 (ISSN 2105-2956, DOI 10.4000/quaderni.484, lire en ligne, consulté le )
  30. « « Marianne » part en guerre contre l'OTAN », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. « Jean François Kahn à propos de la guerre en Irak | INA », (consulté le )
  32. "Le camp de la guerre", Jean-François Kahn, (lire en ligne)
  33. « Deux têtes pensantes en soutien au oui à la constitution », sur ladepeche.fr, (consulté le )
  34. Jean-François Kahn et Serge Maury, « Le vrai Sarkozy », sur www.marianne.net, (consulté le )
  35. « JFK, un destin français » sur France Inter, émission J'ai mes sources du 11 juillet 2008.
  36. « J-F Kahn confirme qu'il sera le candidat MoDem », sur L'Obs, (consulté le )
  37. Brice Hortefeux et Jean-François Kahn ne siègeront pas au parlement européen dans La Tribune du 9 juin 2009.
  38. « Jean-François Kahn : « Il faut travailler à des alternatives aux discours anciens» », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :