Isidore Salles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Isidore Salles
Isidore Salles (1821-1900).jpg
Fonctions
Préfet du Finistère
Alphonse Boby de La Chapelle (d)
Jean Hippolyte Ponsard (d)
Préfet du Haut-Rhin
-
Préfet de l'Aube
-
Préfet des Pyrénées-Orientales
-
Préfet de la Creuse
-
Titre de noblesse
Comte romain
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Isidore-Bertrand, comte Salles (de Gosse) (, Sainte-Marie-de-Gosse - , Paris), est un homme de lettres (françaises et occitanes) et de presse, haut fonctionnaire et financier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis Salles, chirurgien et maire de Sainte-Marie-de-Gosse, il suit ses études au collège d'Aire-sur-l'Adour.

Commis de banque à Bayonne puis employé dans une imprimerie, il s'établit comme journaliste à Paris en 1840, à l'âge de dix-neuf ans. Il est admis à la Société des gens de lettres de France, il y rencontre notamment Théophile Gautier, Victor Hugo et, en particulier, Alphonse de Lamartine, dont il devient le secrétaire et l'auxiliaire littéraire.

Il devient le secrétaire du député Achille Fould en 1846.

En 1848, il rentre dans l'Administration comme directeur du bureau de la presse auprès de Ledru-Rollin, alors ministre de l’Intérieur, puis comme sous-préfet à Dax, avant d'occuper les mêmes fonctions à Villefranche-de-Lauragais (1849) et à Bar-sur-Aube (1852). Après un passage au ministère des Finances (Achille Fould étant alors ministre), il est ensuite préfet de la Creuse de 1859 à 1860, des Pyrénées-Orientales de 1861 à 1863 et de l'Aube de 1863 à 1869. Il est ensuite nommé préfet du Finistère, mais avant d'être installé, il est nommé préfet du Haut-Rhin. Il donne sa démission le .

Avec l'appui du réseau constitué auprès d’Achille Fould, il se rapproche alors de la famille Goüin et de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Il en devient commissaire aux comptes en 1877, puis censeur en 1889, fonction qu'il conservera jusqu’à son décès. Ses nouvelles relations lui permettent également de devenir vice-président de la Compagnie des chemins de fer Bône-Guelma (fondée par Ernest Goüin), ainsi que censeur de la Banque internationale de Paris.

Il se consacre à une œuvre littéraire sur sa région natale. La place principale de son village porte son nom.

En 1888, Salles est élevé à la dignité de comte par le pape Léon XIII.

Sa fille épouse le fils du comte Vincent Benedetti.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Histoire naturelle drolatique et philosophique des professeurs du Jardin des Plantes : des aides-naturalistes, préparateurs, etc., attachés a cet établissement accompagnée d'épisodes scientifiques et pittoresques (1847)
  • Debis gascouns : Adou, Gabe, Nibe (1885)
  • Le Chansonnier d'Oloron, Navarrot : choix de chansons de Navarro (1890)
  • Biarnès e gascoun : Henric IV e Bincens de Paule : 1608 (1892)
  • Gascounhe : le brabe yent de noste : nabèts debis (1893)
  • Poésies gasconnes : debis gascouns, gascougne et inédits... (1930)
  • Poésies gasconnes Tome 1, : Debis gascouns : Gascounhe : Inédits (1997)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]