Jean Brunet (poète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean Brunet et Brunet.
Jean Brunet
Jean Brunet Félibre.jpg
Jean Brunet
Fonction
Majoral du Félibrige
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 71 ans)
Avignon
Nom de naissance
Jean-Gabriel Brunet[1]
Surnom
Felibre de l'Arc-de-Sedo
Nationalité
Activité
Écrivain
Autres informations
Membre de

Jean Brunet (1822-1894) est un poète français de langue provençale (langue d'oc), né et mort à Avignon. Il fut l'un des sept membres fondateurs du Félibrige avec Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, Théodore Aubanel, Paul Giéra, Anselme Mathieu et Alphonse Tavan[2]. Poète mélancolique et utopiste, il découvrit dans le Félibrige un mouvement qui combla ses aspirations démocratiques et sa fougue juvénile[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

L'ami de Mallarmé[modifier | modifier le code]

Il commença sa vie professionnelle comme peintre-décorateur et verrier d'art tout en tenant un magasin d'antiquités au 1bis de la rue des Fourbisseurs à Avignon. Il se maria avec Cécile Bernard, qui fut la marraine par procuration de Geneviève, la fille de Stéphane Mallarmé qui s'était liée d'amitié avec le couple lors de son séjour avignonnais[1].

Fondateur du Félibrige[modifier | modifier le code]

Réunion des sept fondateurs du Félibrige, en 1854, au château de Fontségune, à Châteauneuf-de-Gadagne

Réuni avec ses amis, au château de Fontségune, à Châteauneuf-de-Gadagne, le , Brunet fut l'un des sept primadié, fondateurs du Félibrige[3].

De 1876 à sa mort, il est majoral du Félibrige.

Ce fut lui aussi, alors que le couple avait déménagé au 17 de la rue Galante qui reçut Víctor Balaguer (1824-1901), chef du parti libéral catalan et franc-maçon comme lui, lors de son exil en 1867[1].

Fervent républicain[modifier | modifier le code]

Après la défaite de Sedan, après que la IIIe République eut été proclamée à Paris le , et à Avignon, par les soins d'Alphonse Gent, Mallarmé lui écrivit :

« La journée, si amèrement commencée, ne pouvait finir d’une façon plus grandiose. Seulement, c’était à vous de monter au balcon de l’Hôtel de Ville d’Avignon, pour y proclamer la République à la Provence[1]. »

Devenu capitaine des pompiers, il fut aussi élu conseiller municipal sur la liste républicaine le [1].

Poète triste et généreux[modifier | modifier le code]

Il ne publia que quelques poésies empreintes de tristesse dans l'Armana, sous le pseudonyme de Felibre de l'Arc-de-Sedo[4], et travailla surtout à la rédaction d'un répertoire, resté inédit, de proverbes provençaux[2].

Ruiné par ses largesses, il décéda à l’hôpital d’Avignon en 1894, après avoir tenté de se suicider. Ce fut la municipalité qui paya ses obsèques. Devant son tombeau, au cimetière Saint-Véran, son ami Félix Gras, en tant que capoulié fit son éloge funèbre :

« Ce poète républicain a bataillé toute sa vie pour l’humanité sur la barricade de la charité[1]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Toute son œuvre, restée sous la forme manuscrite est déposée à la bibliothèque du Musée Arbaud à Aix-en-Provence[2]. Il en publia trois extraits :

  • Bachinello e proverbi sus la Luno (1876)
  • Études des mœurs provençales par les proverbes et dictons, première version, (1882)
  • Études des mœurs provençales par les proverbes et dictons, seconde version, (1884)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Lintilhac, Les Félibres, Éd. Alphonse Lemerre, 1895[5]
  • René Jouveau, Histoire du Félibrige, T. I, II, III et IV, Imp. Bené, Nîmes.

Odonymie[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. a b c d e et f Biographie de Jean Brunet
  2. a b c et d « Jean Brunet », sur http://www.notreprovence.fr (consulté le 17 mars 2013)
  3. Les sept primadié sont désignés en provençal sous les noms de Jóusè Roumaniho, Frederi Mistral, Teodor Aubanel, Ansèume Matiéu, Jan Brunet, Anfos Tavan et Pau Giera.
  4. Le félibre de l'arc-en-ciel
  5. Les Félibres, in-12°, 136 p. Première partie : Félibres et Félibrige : L'énigme du Félibrige : les félibres de Paris, Cigaliers et félibres de Paris, le royaume poètique de Sainte-Estelle le capoulié Félix Gras, Un jour de printemps chez Mistral. Deuxième partie : Théodore Aubanel, La genèse du Félibrige et Aubanel, le mouvement de Mistral, Jasmin, l'œuvre d'Aubanel.