Paul Mariéton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Mariéton
Description de l'image Pau Marieton dins Jourdanne.png.
Nom de naissance Paul Mariéton
Naissance
Lyon
Décès
Nice
Activité principale

Paul Mariéton, né le à Lyon (Rhône) et mort le à Nice (Alpes-Maritimes), est un écrivain français de langue provençale (langue d'oc).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fondateur de la Revue félibréenne en 1885 qu'il dirige jusqu’en 1909[1]. Il fut élu Majoral du Félibrige (Cigalo di Jardin) en 1891 alors qu'il en était le Chancelier depuis 1888.

Il passa chaque année ses vacances, lorsqu'il était enfant au château de la Bécassinière, à Péronnas dans l'Ain, acheté par son père à Monsieur Arlès-Dufour. La belle bibliothèque qu'il renfermait et lui appartenant fut selon ses dernières volontés expédiée à Orange.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À travers la Provence classique. Saint-Remy, les Baux, Arles grecque et chrétienne
  • Discours de M. Paul Mariéton, président de la Société des félibres de Paris, 19 février 1908
  • Le Félibre Auguste Fourés. (3 février 1883.)
  • Un félibre irlandais : W. C. Bonaparte-Wyse, 1882
  • Un félibre limousin : Joseph Roux, 1883
  • Le Félibrige devant la patrie et l'école, 1886
  • Fête de Sainte-Estelle (Sceaux, 25 mai 1884). Rapport sur le concours des jeux floraux du Félibrige de Paris
  • Les Flamands, à propos de la mort de Henri Conscience, 1884
  • Frédéric Mistral, 1909
  • Frédéric Mistral, notice biographique 1899
  • Hippolyta, 1902
  • Une histoire d'amour : George Sand et A. de Musset, 1897
  • Une histoire d'amour, les Amants de Venise, George Sand et Musset. Édition définitive, avec des documents inédits, 1903
  • L'Idée latine, 1883
  • Jasmin, 1798-1864, 1898
  • Vial, Eugène (1863-1942), Marceline Desbordes-Valmore et ses amis lyonnais, d'après une série de lettres inédites recueillies par Paul Mariéton et annotées par Eugène Vial...
  • Critobule, 1920
  • Souvenance, poésies, avec préface de Joséphin Soulary et lettre de Frédéric Mistral, 1884
  • La Terre provençale, journal de route, 1890
  • Le Théâtre antique d'Orange et ses chorégies. Suivi d'une chronologie complète des spectacles depuis l'origine, Éditions de la Province, 1908
  • Théodore Aubanel, 1883
  • La Vénus de Milo, 1883
  • La Viole d'amour.
  • "Le livre de Mélancolie" poèmes, Alphonse Lemerre Éditeur, 1896

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]