Aller au contenu

Plisthène (père d'Agamemnon et Ménélas)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Plisthène
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nom dans la langue maternelle
ΠλεισθένηςVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère

Dans la mythologie grecque, Plisthène (en grec ancien Πλεισθένης / Pleisthénês), parfois francisé Pleisthénès ou Plisthénès, passe pour le père d'Agamemnon et de Ménélas d'après certains auteurs.

Différentes versions[modifier | modifier le code]

Suivant les versions, Plisthène peut être :

Atrée est ainsi soit l'oncle, soit le grand-père d'Agamemnon et de Ménélas.

Les diverses origines littéraires[modifier | modifier le code]

La tradition faisant d'Agamemnon et de Ménélas les fils de Plisthène plutôt que d'Atrée est ancienne et commune à plusieurs auteurs, mais ne se rencontre jamais chez Homère :

Un personnage mystérieux et ambigu[modifier | modifier le code]

Plisthène est parfois cité comme un personnage faible ou médiocre[3], mort assez jeune sans gloire[7]. Les enfants de Plisthène, encore très jeunes au moment de sa mort, sont recueillis par leur oncle ou grand-père Atrée[7].

Mais d'autres traditions chargent le personnage de flétrissure physique ou morale :

  • Hésiode hésite, et le dit « hermaphrodite ou boiteux et qui portait un manteau de femme »[4] ;
  • Lucien de Samosate le dit atteint de goutte au pied, mal peu glorieux, rajoutant au grotesque du personnage[9] ;
  • Quintilien le classe dans les « objets de mépris » à cause de son « impudicité »[10].

« Fils de Plisthène » est alors utilisé comme une épithète péjorative voire insultante[11],[8], au contraire de « fils d'Atrée » bien plus valorisant. La discrétion gênée des auteurs font de Plisthène une sorte de monstre social, contrastant avec « la lignée régulière ou l'humanité normale »[12]. Il a été proposé qu'Homère évite volontairement de citer Plisthène dans la lignée des Pélopides pour ne pas altérer l'image d'Agamemnon et Ménélas[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Scholie de Pindare, Olympiques, I, 144 (cité par Pierre Judée de la Combre, L'Agamemnon d'Eschyle, Commentaires des dialogues deuxième partie, Presses Universitaires du Septetrion, 2001 [lire en ligne]).
  2. Dictys de Crète, Éphéméride de la guerre de Troie [détail des éditions] [lire en ligne], I, 1.
  3. a et b Scholie d'Euripide, Oreste, 4 [lire en ligne].
  4. a et b Jean Tzétzès, Commentaire de l'Iliade (I, 122) = Catalogue des femmes [détail des éditions], fr. 194 MW (= 137b Most [lire en ligne]).
  5. Pseudo-Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], III, 2.
  6. Bacchylide, Ode XV (Hélène réclamée).
  7. a b et c Dictys de Crète, I, 1, 2.
  8. a et b Ovide, Remèdes à l'amour[Où ?].
  9. Lucien de Samosate, La Tragodopodagra.
  10. Quintilien, Institution oratoire, III, 7.
  11. Dictys de Crète, I, 9 ; V, 16 ; III, 3.
  12. Ballabriga Notes bibliographiques sur l'ouvrage de M. Papathomopoulos « Nouveaux fragments d'auteurs anciens » in Revue de l'histoire des religions CIC-2/1982 [lire en ligne].
  13. Pierre Judée de la Combre L'Agamemnon d'Eschyle, Commentaires des dialogues deuxième partie, Presses Universitaires du Septetrion, 2001 , p. 712 [lire en ligne].