Calchas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Calchas (droite) conduisant Iphigénie au sacrifice, fresque sur plâtre de Pompéi, après 62 ap. J.-C., Musée archéologique national de Naples

Dans la mythologie grecque, Calchas (en grec ancien Κάλχας / Kálkhas), est un devin grec qui apparaît dans les récits de la guerre de Troie, en particulier dans l'Iliade. Fils de Thestor, il est décrit dans cette épopée comme « de beaucoup le meilleur des devins, qui connaît le futur, le présent, le passé[1] » (chant I, v. 69-70). Il tient son don de vision d'Apollon.

Avant le départ de l'expédition grecque, il prédit qu'Achille serait nécessaire aux Grecs et que la guerre durerait dix ans. Pendant le voyage vers Troie, il indique à Agamemnon pourquoi Artémis a immobilisé les navires grecs en Aulide, et comment l'apaiser en sacrifiant sa fille Iphigénie. Quand Apollon décime les rangs grecs devant Troie, il explique que c'est parce que Agamemnon a refusé de rendre Chryséis, fille du prêtre troyen d'Apollon. Enfin, c'est lui qui contribue au stratagème du cheval de Troie.

En rentrant de la guerre, Calchas rencontre le devin Mopsos, petit-fils de Tirésias et, après avoir perdu contre lui dans un concours d'art divinatoire, il meurt de dépit.

Son nom vient de καλχαίνω / kalkhaínô qui veut dire « rendre pourpre », par extension, « assombrir, troubler ». Agamemnon l'accuse, de fait, d'être un « prophète de malheur » : « en toute occasion, ton cœur trouve sa joie à prédire le malheur[1] » [2].

Évocations artistiques[modifier | modifier le code]

Offenbach en fit un des protagonistes de son opéra-bouffe La Belle Hélène.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les citations de l'Iliade sont issues de la traduction de Paul Mazon aux Belles Lettres, 1937-1938.
  2. chant I, v. 105-106

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :