Hippodamie (fille d'Œnomaos)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hippodamie
Pélops et Hippodamie pendant la course de chars, sur un bas-relief conservé au Metropolitan Museum of Art à New York.
Pélops et Hippodamie pendant la course de chars, sur un bas-relief conservé au Metropolitan Museum of Art à New York.

Nom original Ἱπποδάμεια / Hippodámeia
Sexe Féminin
Famille Œnomaos (père)
Leucippe (frère)
Pélops (mari)
Atrée, Thyeste, etc. (fils)
Nicippé (fille)

Dans la mythologie grecque, Hippodamie (en grec ancien Ἱπποδάμεια / Hippodámeia) est la fille d'Œnomaos, roi de Pise en Élide. Elle a pour frère Leucippe fils d'Œnomaos.

Son père avait promis sa main à quiconque pourrait le battre dans une course de char qu'il était certain de remporter, car un oracle lui avait prédit sa mort de la main de son gendre. Tous les prétendants échouèrent et furent mis à mort jusqu'à ce que Pélops le vainque par la ruse[1], avec l'aide d'Hippodamie, ou plutôt celle du cocher Myrtilos qui, dévissant une roue du char d'Œnomaos le conduisit au trépas.

Mariée à Pélops, elle en eut de nombreux enfants. Une scholie à l'Oreste d'Euripide[2] leur attribue douze fils[3] — Atrée, Thyeste, Dias, Cynosouros, Corinthos, Hippalmos, Hippasos, Cléon, Alcathoos, Héléios, Pitthée et Troizènos — et trois filles[3] — Nicippè, Lysidicè et Astydamie — que Pélops donna en mariage à trois fils de Persée — respectivement, Sthénélos, Mestor et Alcée[4].

Plus tard, elle fut chassée par son mari pour avoir fait assassiner son beau-fils Chrysippe. Elle se réfugia en Argolide.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marco V. García Quintela, « Le dernier roi d'Athènes, entre le mythe et le rite », Kernos, 10, 1997, , p. 144
  2. Carrière et Massonie 1991, p. 265.
  3. a et b Massa-Pairault 2006, p. 48.
  4. Carde 1999, p. 131.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources littéraires antiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]