Imphy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Imphy
Imphy
Mairie d'Imphy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Intercommunalité Communauté de communes Sud Nivernais
Maire
Mandat
Régine Roy
2020-2026
Code postal 58160
Code commune 58134
Démographie
Population
municipale
3 273 hab. (2018 en diminution de 8,04 % par rapport à 2013)
Densité 197 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 45″ nord, 3° 15′ 43″ est
Altitude Min. 176 m
Max. 262 m
Superficie 16,62 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Imphy
(ville isolée)
Aire d'attraction Nevers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Imphy
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Imphy
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Imphy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Imphy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Imphy
Liens
Site web www.ville-imphy.fr

Imphy est une commune française, située dans le département de la Nièvre et de la région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Imphycois ou les Imphycoises.

Elle est connue notamment pour ses aciéries renommées pour leurs aciers spéciaux qui ont servi notamment pour l'un des pieds de la tour Eiffel en 1889[1].

Elle est également renommée pour son orchestre d'harmonie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à environ 12 km au sud-est de Nevers, Imphy est un chef-lieu de canton du sud-ouest du département de la Nièvre. Imphy est située sur la rive droite de la Loire, à l'embouchure de l'Ixeure.

La commune fait partie de la communauté de communes du Sud Nivernais, qui regroupe 20 communes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune Imphy se situe sur le plateau nivernais à une altitude moyenne de 209 m[2]. L'altitude minimum et maximum sont respectivement de 176 et 262 mètres. La superficie d'Imphy est de 16,62 km2 soit 1662 hectares.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la Loire et l'Ixeure, affluent de la Loire.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat imphycois est de type océanique dégradé marqué par une influence continentale venu de l'Europe de l'Est. Les écarts de température sont plus marqués et prolongés en hiver et en été par rapport au climat océanique.

Tableau comparatif des données climatiques d'Imphy[3]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Imphy 1 775 804 16 22 53
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose d'une gare ferroviaire et est desservie par les TER Bourgogne-Franche-Comté reliant notamment Dijon-Ville, Decize, Nevers et Tours[4].
  • Imphy est située en bordure de la route départementale 981 reliant Nevers à Decize. Le trafic quotidien est estimé environ 10 000 véhicules[5].
  • La commune est desservie par la ligne régulière de car (ligne 503) reliant Nevers-Gare à Imphy-Collège Aragon[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Imphy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Imphy, une unité urbaine monocommunale[10] de 3 345 habitants en 2017, constituant une ville isolée[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nevers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Imphy autrefois[modifier | modifier le code]

En 887 Imphy s’appelait Amfiaco, en 1121 Amphéium, en 1287 Emphiacum, en 1400  Amphy en 1478 Ymphiacum et en 1491 Ymphi. C’était un fief dépendant de la Châtellerie de Nevers et longtemps uni à celui de Prye. Henri-Albert, le père de la Reine de Pologne Marie-Casimire de la Grange d’Arquian, était seigneur d’Imphy.

L’emplacement d’Imphy a certainement été occupé dès le paléolithique. Il semble qu’une tribu gauloise d’origine celtique aurait vécu à l’endroit où l’Ixeure se jette dans la Loire.

En 1857, un important trésor de monnaies carolingiennes est découvert sur le territoire de la commune. Le Trésor d'Imphy se composait d'une centaine de denier d'argent.


La vie à Imphy à cette époque[modifier | modifier le code]

En 1835, on compte 500 habitants. Une brigade de gendarmes à pieds est créée en 1856

Depuis 1857, on célèbre la Saint-Paul, le dernier weekend de juin en l’honneur du directeur de l’époque Paul DELAVILLE et de la nouvelle machine à vapeur.

L’abattoir commence son activité en (actuellement la Maison des Jeunes)

Vers 1900, la localité est divisée en 2 parties distinctes : le « Bourg » avec 200 habitants  et la « Forge » 1 700. Seule l’usine est dotée de l’électricité. Une convention est signée en 1907 avec la commune pour l’éclairage des rues. Le téléphone fait son apparition en 1908.

C’est un bac qui assure le passage de la Loire entre Imphy et Chevenon. Le 1er pont sera construit en 1907.

Une activité importante est concentrée à la Forge à proximité de l’usine avec une cinquantaine de commerçants et artisans. Construction des « casernes » seule cité ouvrière constituée de bâtiments : « les Cours »,  petits logements de 2 ou 3 pièces, où vivaient plusieurs dizaines de familles.

Pendant la guerre 14-18[modifier | modifier le code]

Fort de ses nouvelles machines et installations, l’usine fabrique pour le ministère de la Guerre des blindages de pièces moulées pour autocanons, d’obus. L’atelier des Ressorts fabrique des lance-grenades tels que la « Sauterelle ». C’est à cette époque que des femmes furent recrutées pour remplacer les hommes partis au front. Des contingents de portugais, Grecs, Polonais et Chinois arrivèrent à Imphy et des baraquements furent construits autour de l’usine. Constructions importantes de logements pour accueillir tout le monde : la Cité de la Gare, les cantines, les Petits Champs. L’effectif est passé de 800 à 2 100 ouvriers.

Orgue de l'église d'Imphy
Orgue de l'église d'Imphy

L'église d'Imphy[modifier | modifier le code]

D’abord simple chapelle bâtie vers le IIIe siècle, l’église de style roman est érigée en paroisse en 1130. Un cimetière l’entourait, les curés étaient enterrés derrière la plus ancienne maison (actuellement l’UTAMS). Elle se compose d’un chœur à fond plat, d’un transept et d’une nef. Le clocher quant à lui a été construit au XIXe siècle en respectant l’harmonie de l’édifice. Elle fut restaurée en 1857. En 1988, la municipalité lui a redonné une nouvelle jeunesse.

En 2008 : construction d’un orgue majestueux, la ville assure la maitrise d’ouvrage, le maître d’œuvre est Éric Brottier, le facteur d’orgue Jean DALDOSSO.

Antoine PANEDA peintre local a réalisé les fresques sur le pupitre retraçant le travail de l’usine et la vie imphycoise.

2011: inauguration de l’orgue par l’évêque de Nevers monseigneur Thierry Brac de La Perrière.

En 2013 : cet orgue est dédié à Pierre Marie Fourt (directeur général de l’usine) qui a mis en place la métallurgie de précision pour les industries de pointe, rendant ainsi un hommage à tout le personnel de l’usine.

Église d'Imphy
Église d'Imphy

L'Usine[modifier | modifier le code]

L’une des plus anciennes de France toujours en activité. On suppose qu’une forge existait déjà en 1587 à l’usine de Loire, car une pièce d’argent au nom du roi Henri III a été retrouvée en 1912 au cours de travaux. Dans un registre paroissial datant de 1637 un baptême était enregistré, dont le père de l’enfant était forgeron et le parrain marteleur à la forge de l’usine.

Grâce à Colbert, l’usine fabriquait avec celle de Cosne sur Loire des ancres pour les bateaux du roi Louis XIV.

Dès le XVIIe siècle, la tendance de l’usine d’Imphy à travailler sur les études et techniques nouvelles se précise. Des ateliers nouveaux arrivent et se développent  jusqu’en 1859. Le traité du fixait pour une dizaine d’années l’état des relations commerciales entre la France et l’Angleterre. Il concernait surtout l’écart de prix de revient des fers anglais et français. La première conséquence fut l’arrêt de la fabrication des grosses tôles à Imphy. La fermeture de l’usine fut une rude épreuve pour les Imphycois.

Réouverture de l’usine en 1862 avec un nouveau procédé de fabrication de l’acier en grande masse. Imphy fait fonctionner le premier convertisseur Bessemer, puis arrivent en 1865 les premiers fours à creuset et les 1ères coulées des moulages d’acier.

1881 : installation des fours Martin destinés à l’élaboration des aciers pour la composition des ressorts. Ces moulages en acier furent une des principales activités de l’époque. Les 16 blocs en acier moulé où repose la tour Eiffel en témoignent encore.

L’usine ne cesse d’évoluer : 1887 : acier et nickel NC4, 1895 : l’Invar par Charles Édouard Guillaume. Puis l’usine s’oriente plus précisément dans l’élaboration des aciers spéciaux.

À partir de 1900 l’usine commence à s’agrandir et apporter de nouvelles installations : gros Mill, petit Mill. En 1911 Pierre Chevenard prend la direction du laboratoire de recherches avec Henri Fayol : la métallurgie de précision est née.

La Loire et le site industriel


Imphy maintenant[modifier | modifier le code]

Espace aquatique Amphélia

La commune fleurie ayant obtenu 2 fleurs, est dotée d’équipements sportifs et culturels modernes, largement mis à disposition aux nombreuses associations de la ville : salle de gymnastique spécialisée, gymnase, terrains de sport, espace aquatique et de loisirs Amphélia avec une aire de camping-car labellisé Flot-bleu, un étang de pêche, une maison des jeunes, deux salles des fêtes, une école de musique, une maison de retraite, un foyer de vie APF

Son orchestre d’harmonie fort de plus de 70 musiciens est classé en division d’honneur.

Espace de loisirs Amphélia


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1923 1944 Louis Masson   Ouvrier d'usine
octobre 1944 mai 1953 Louis Petit PCF Ouvrier métallurgiste
mai 1953 août 1955 Louis Masson   Ouvrier d'usine
août 1955 mars 1971 Édouard Cantat   Contremaître
mars 1971 mars 1989 Lucien Perrot PCF Conseiller général (1985-1992)
mars 1989 mars 2008 Georges Eymery PS Médecin généraliste
Conseiller général (1992-2015)
mars 2008 mai 2020 Joëlle Julien PS Assistante commerciale
Conseillère départementale (depuis 2015)
mai 2020 En cours Régine Roy   - Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2018, la commune comptait 3 273 habitants[Note 3], en diminution de 8,04 % par rapport à 2013 (Nièvre : −4,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4093723594318571 2761 4891 7231 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2392 0522 2132 2442 3722 5302 6882 4762 546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 8052 6772 8123 1793 2613 7663 8443 8294 153
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5 0865 1834 6784 9304 4784 0153 8503 7393 482
2018 - - - - - - - -
3 273--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18]. |recens-prem=2004 |nombre.)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Imphy possède deux écoles maternelles publiques, deux écoles élémentaires publiques et un collège[19].

Économie[modifier | modifier le code]

Imphy abrite le siège social d'Aperam Alloys, seconde entreprise industrielle du département. Issue de la scission, en , de la division des Aciers Inoxydables et Spéciaux du groupe ArcelorMittal[20].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le prix de la Saint Paul : course cycliste organisée à l'occasion de la fête patronale de la Saint Paul en juin
  • Le salon du jeux vidéo : tournois, cosplay, retrogaming... en novembre
  • L'exposition artistique : peintures, photos, sculptures... tous les deux ans en avril


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ville fleurie : deux fleurs.
  • Église de style roman du XIIe siècle.
  • Manoir du Chazeau, propriété de la famille d'Abbadie de Barrau [21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le court métrage de Luc Moullet Imphy capitale de la France, Luc Moullet propose de faire de la ville d'Imphy la nouvelle capitale de la France, car il s'agit d'une ville idéalement située au centre géographique de la France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aperam Alloys Imphy, sur le site imphy.com. Consulté le 5 mai 2012.
  2. « Base officielle des codes postaux croisée avec Geofla® - Communes 2013 », sur public.opendatasoft.com (consulté le 29 novembre 2017).
  3. « Normales climatiques 1981-2010 : Nevers », sur www.lameteo.org (consulté le 29 novembre 2017).
  4. « Horaires et informations pratiques au départ de la gare Imphy », sur www.ter.sncf.com (consulté le 29 novembre 2017).
  5. « Nièvre Mise en circulation de la déviation d’Imphy - État et collectivités », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2017).
  6. « Le transport collectif vous facilite la vie - ligne 64 » [PDF].
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 1er avril 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 1er avril 2021).
  10. « Unité urbaine 2020 d'Imphy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 1er avril 2021).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Nevers », sur insee.fr (consulté le 1er avril 2021).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 1er avril 2021).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. © Collège Louis Aragon à Imphy (58), « Collège Louis ARAGON Imphy », sur col58-louisaragon.ac-dijon.fr (consulté le 29 novembre 2017).
  20. « APERAM - ArcelorMittal - Imphy Alloys - Steel solutions for a better world », sur www.aperam.com (consulté le 5 octobre 2018).
  21. Manoir de Chazeau, web-croqueurfr, consulté le 17 janvier 2018.
  22. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :