Saint-Léger-des-Vignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger et Vignes.

Saint-Léger-des-Vignes
Saint-Léger-des-Vignes
Église de Saint-Léger-des-Vignes.
Image illustrative de l’article Saint-Léger-des-Vignes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Decize
Intercommunalité Communauté de communes Sud Nivernais
Maire
Mandat
Pascal Thévenet
2014-2020
Code postal 58300
Code commune 58250
Démographie
Gentilé Léogartiens
Population
municipale
1 927 hab. (2015 en diminution de 5,26 % par rapport à 2010)
Densité 210 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 50′ 27″ nord, 3° 27′ 19″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 265 m
Superficie 9,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-des-Vignes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-des-Vignes
Liens
Site web saintlegerdesvignes.fr

Saint-Léger-des-Vignes est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Léger-des-Vignes est située dans le sud de la Nièvre, sur la route départementale 981. Elle se situe à :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle se situe au point de départ du canal du Nivernais et en bordure de la Loire. Au confluent de la Loire et de l'Aron, et à la jonction du canal du Nivernais et du canal latéral à la Loire, c'est un véritable carrefour de voies navigables.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Machine Rose des vents
Sougy-sur-Loire N Champvert
O    Saint-Léger-des-Vignes    E
S
Decize

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les collines de Saint-Léger sont exposées plein sud. C'est là que furent plantées les vignes qui donnèrent son nom à la ville.

Saint-Leger-des-Vignes a porté plusieurs noms au cours des siècles :

  • Sanctus Léodgarius en 1152 ;
  • Sancti Léodgarius in Vinéïs en 1396 ;
  • Saint Ligier des Vignes en 1457 ;
  • Saint Lige les Vignes lès Decize en 1689.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les verreries[modifier | modifier le code]

C'est Bernard de Borniol, le , qui installe sa verrerie sur le site de Saint-Léger, encore « Desize »[réf. nécessaire]. Elle fermera beaucoup plus tard en 1840. Mais une deuxième verrerie sera créée sur l'actuel emplacement du stade Fresneau. On y fabriquera des bouteilles jusqu'au , où l'établissement ferma ses portes.

L'usine de caoutchouc[modifier | modifier le code]

C'est l'usine de caoutchouc implantée dans la ville voisine de Decize qui fera vivre Saint-Léger. Ouverte en 1942, l'usine de Kleber (devenue aujourd'hui Anvis) fera implanter le magnifique centre Fresneau sur l'ancien emplacement de la verrerie des années 1930.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
après guerre 1945/1947 ? mars 1977 Pierre Perronnet PCF Conseiller général du canton de La Machine (1973-1979)
mars 1977 2004 Robert Billoué PS Professeur
2004 2005 François Laitem PS  
2005 mars 2014 Guy Leblanc PS Retraité
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Pascal Thévenet Divers gauche Principal de collège

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2015, la commune comptait 1 927 habitants[Note 1], en diminution de 5,26 % par rapport à 2010 (Nièvre : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8507025984567901 1891 2541 3661 549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7391 8441 8941 8071 7961 7711 8241 8151 845
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7901 7921 7891 8641 6591 7801 5291 7091 857
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
2 0832 0902 1712 1762 1812 0592 0822 0211 927
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Saint-Léger possède un complexe sportif important, le centre Fresneau où est notamment pratiqué le rugby. Les installations sportives du stade Fresneau sont parfois vantées comme les meilleures de toute la Nièvre.

Des tribunes de 3 000 places assises (dont 300 couvertes) sont bâties en 1951. Plusieurs sports y sont pratiqués sous l'égide de l'association omnisports Espérance Saint-Léger (ESL) (athlétisme, boxe, canoë/kayak, escalade, gymnastique, judo, tennis de table...), mais c'est le rugby à XV qui est le plus populaire.

Rugby à XV

L'« Espérance Saint-Léger rugby » qui porte les couleurs de l'usine (orange et bleu) se hisse en National 3 dans les années 1990 et manque de peu l'accession à la National 2. En 2017, le club fanion de Rugby devient champion de France de 1ère série.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Civils
Religieux

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. Jacqueline Clouet, Trésors cachés des églises de la Nièvre, La Camosine, 1990, notice n°24, p.40/160.p.