Irréversible (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Irréversible.
Irréversible
Réalisation Gaspar Noé
Scénario Gaspar Noé
Acteurs principaux
Sociétés de production Studio Canal
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Thriller
Drame
Durée 97 minutes
Sortie 2002

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Irréversible[1] est un film français, écrit, dirigé et réalisé par Gaspar Noé, et sorti en 2002. Il met en vedette Monica Bellucci, Vincent Cassel et Albert Dupontel. Toutes les scènes du film sont montées en ordre antéchronologique. Le film commence avec la fin de l'histoire et se termine sur le début de cette dernière.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Irréversible est un film antechronologique. On commence par le générique de fin, qui va de bas en haut. Le film commence par un plan non cadré, avec une caméra qui virevolte dans une rue. Juste ensuite nous avons un plan dans une chambre chez deux hommes, l’un d’entre eux raconte qu’il est allé en prison parce qu’il a couché avec sa fille. Apparemment les hommes sont sans argent, ils n’ont même pas de quoi s’acheter de quoi fumer. Alors qu’ils discutaient ils entendirent des sirènes de police, il se serait produit un incident. Nous nous retrouvons dans la rue, il y’a des policiers, et notamment deux hommes qui parlent à un de ces policiers, lui précisant qu’il attend quelqu’un. L’homme qu’il attendait est dans un brancard, et est transporté par des pompiers, il se fait insulter par ces deux hommes, l’un parle agressivement l’autre hurle, il semblerait que l’homme sur le brancard ne les avait pas payé. Un autre individu sort du même bâtiments que l’homme sur le brancard mais il est menotté, il se fait également insulter par les deux hommes énervés. Les individus sortis du bâtiment sont dans une voiture de policier, et sont amenés on ne sait où. L’homme sur le brancard, mal en point ouvre légèrement les yeux. Fin de la séquence, nous allons nous retrouver avec un plan de 3 minutes, avec une caméra virevoltante qui tourne dans une boîte de nuit homosexuelle. Nous allons retrouver l’homme sur le brancard qui s’appelle Marcus et l’homme menotté qui s’appelle Pierre. Ils entrent dans cette boite homosexuelle. Pierre met en garde Marcus et essaie de le calmer. Il y’aurait un danger. Mais Marcus persiste et demande à toutes les fréquentations de la boîte s’ils connaissent un individu qui s’appelle Le ténia. Après des minutes de recherche, il parvient finalement à dénicher une de ses connaissances, de force, Marcus lui demande de l’emmener voir, il y’a beaucoup de tension. La connaissance amène Marcus, mais celui ci s’enerve Et frappe la connaissance, il va ensuite interroger individuellement deux hommes qui s’avereraient Être le Ténia , il leur demande qui est Le Ténia, aucun ne veut répondre, mais suites aux pressions de Marcus, Le ténia essaie de s’enfuir mais Marcus le rattrape et lui explose une bouteille en verre au visage, alors que tous les homosexuels se regroupent autour de la Scène de conflit, Marcus se fait pousser par cet amas, et se retrouve ventre à terre, c’est ainsi que Le ténia, le maîtrise et lui tord Le Bras, Marcus est immobilisé, c’est ainsi qu’il va essayer de sodomiser Marcus devant une foule d’homosexuels qui se masturbent devant ce viol, mais Pierre que l’on avait perdu de vue, depuis une dizaine de minutes, revient, et frappe au visage le ténia, avec un extincteur, c’est au tour du ténia d’etre Immobilisé. Toute la foule s’est immédiatement calmée. Pierre le frappe une deuxième fois, puis les coups s’accumulent, jusqu’à ce que le violeur soit défiguré, et n’ait même plus de visage, il est donc mort. Tout le monde regarde, et l’homme qui était juste à côté du Ténia lors des interrogations de Marcus sourit et rigole à Pierre, alors que celui ci est désemparé. Fin de la séquence, nous allons ensuite retrouver un plan de 30 secondes avec Pierre qui se lève, alors qu’il était assis sur le trottoir et marche vers on ne sait où. Fin de la séquence, nous retrouvons maintenant Pierre et Marcus dans une voiture, Pierre demande à Marcus de s’arrêter, mais Marcus furieux ne l’ecoute Pas, et lui demande l’attendre, il va ensuite dans un café et demande aux gens, s’ils connaissaient le Rectum, une boîte de nuit homosexuelle. Personne ne sait, il retourne ensuite dans le taxi, mais Pierre a déserté, il l’appelle. Pierre veut partir, mais Marcus l’empeche Et demande à des passants, s’ils connaissent le Rectum, l’un d’entre eux leur indique le lieu. C’est alors que Marcus décide d’y aller, mais Pierre refuse, Marcus va alors frapper avec un engin en métal, sa voiture, mais dans laquelle s’est installé Pierre dans le but de déserter. Pierre cède et sort de la voiture, que Marcus a littéralement éclaté. Pierre s’assoit donc sur le trottoir. Fin de la séquence. C’est la qu’on commence à comprendre que le film est fait à l’envers : Marcus demande aux gens où se trouve le Rectum et menace Pierre, puis Pierre s’assoit, ensuite ils vont au Rectum, puis on a le meurtre du Ténia et ensuite on voit Marcus sur le brancard et Pierre menotté. Suite au massacre de la voiture, on retourne encore juste en avant, et on se retrouve dans la voiture, qui n’est en fait pas à Pierre, et qui est plus précisément un taxi. Pierre et Marcus se querellent, ils parlent d’un soit disant Alex, et Pierre essaie de calmer les esprits étant donné que le chauffeur de taxi agace Marcus, car il ne sait pas où se trouve le Rectum, Marcus se met à l'insulter. Le chauffeur va leur demander de sortir et les menacent avec une bombe lacrymogène. Marcus va devenir violent et va frapper le chauffeur, puis l’aveugler avec sa bombe lacrymogène, qu’il a réussi à lui voler, ensuite Marcus va voler le taxi, alors que Pierre s’enerve Et frappe Marcus. Ils vont se débrouiller pour trouver le Rectum. Fin de la séquence. Ensuite nous retrouvons Marcus, Pierre et les deux hommes du début du film qui les insultaient. Ils sont dans une ruelle. Ils continuent à parler d’Alex, qui semble être une femme, et une proche des hommes. Ils vont interroger des prostituees, ils cherchent un homme, Guermouninez, les 2 hommes disent qu’ils vont mieux bosser que la police, on commence à comprendre qu’on a affaire à une vengeance, puisqu’Alex semble s’etre Fait agressée. Ils vont tomber sur une prostituee qui connaîtrait Guermouninez, mais elle rechigne à parler et Marcus commence à s’énerver et à la frapper. Les quatre hommes vont se battre, et tout va dégénérer lorsqu’elle va avouer que c’est elle, Guermouninez, (la prostituee, et c’est une transsexuelle). Apparemment elle serait au courant de quelque chose, Marcus va là menacer, elle/il va dire que celui qu’ils recherchent s’appelle Le ténia, et qu’il va au Rectum, une boîte de nuit homosexuelle. Mais les autres prostituees vont se mêler, et tout le monde va devoir se disperser, Pierre et Marcus, courant, arrivent à prendre un taxi (celui dont on parlait avant), mais les deux autres hommes sont en retard et se sont fait tabasser par les prostituees. Fin de la séquence, nous nous retrouvons dans une voiture de police : Un policier interrogé Pierre, sur le cours de la soirée, il y’aurait Eu une agression, il semble désemparé. Une fois sorti de la voiture, Pierre rejoint Marcus, lui aussi désemparé. C’est là qu’un des 2 hommes qui se sont fait tabasser par des prostituees arrive et leur parle d’une agression. Et il leur propose de se venger, car ils connaissent l’agresseur, (l’autre homme tabassé arrive), et qu’il s’appelle Guermouninez, ils ont retrouvé sur la scène de l’agression, une carte d’identité avec ce nom, (Eh oui sur la passeport il y’avait Écrit : masculin, puisque la prostituee était transsexuelle). Marcus et Pierre vont donc leur promettre de l’argent, (d'où Les insultes du debut du film) s’ils retrouvent l’homme. Ils partent à la recherche, fin de la séquence. Nous sommes maintenant dans la même rue, que l’on avait vu dans la séquence précédente, Marcus et Pierre discutent, Marcus a l’air bourré, ils veulent prendre un taxi, mais la police les bloquent, car le quartier est bouclé, il y’aurait Eu un incident, « une pute se serait faite violee » disent les 2 hommes qui allaient chercher avec Marcus et Pierre, l’agresseur, peu après. Marcus semble amusé par l’incident, jusqu’à ce qu’il voit le corps de la victime complètement ravagé, et qu’il reconnaît Alex, qui serait sa femme, il se jette sur le corps, pleurant et hurlant. Pierre a également l’air choqué. Fin de la séquence, on va retrouver Alex qui sort d’un immeuble, et elle veut rentrer chez elle, le quartier étant dangereux, une habitante lui propose de prendre le métro, ce sera plus sur. C’est ainsi qu’Alex va entrer dans un tunnel. Elle va croiser un homme qui agresse une femme. C’est là que l’on va distinguer la prostituee transsexuelle et Le ténia, mais on va vite se rendre compte que Le ténia n’était Pas l’homme qui s’est fait tué à coups d’extincteur, c’était la personne qui était juste à côté, de lui. Il y’a donc eu un quiproquo. Le ténia va ensuite se mettre à menacer Alex, puis lâcher la transsexuelle, qui laisse tomber son sac (avec la carte d’identite avec écrit Guermouninez). C’est ainsi que débute une scène de viol de 10 minutes. On aperçoit Le ténia qui sodomise Alex. Après avoir fini, il se mit à la frapper, et à lui massacrer le visage. Fin de la séquence.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

L'actrice Monica Bellucci au Festival de Cannes 2002.

Production[modifier | modifier le code]

Montage[modifier | modifier le code]

Le film est monté de sorte qu'il débute par la fin de l'histoire. Chaque scène est présentée en ordre antéchronologique. Au début du film, Marcus et Pierre sont dans une boîte de nuit, le Rectum, et Pierre frappe mortellement un homme au visage avec un extincteur. Chaque longue séquence (toujours constituée d'un seul plan, ou plan-séquence) qui suit raconte ce qui s'est passé précédemment. Le film se termine sur le début de l'histoire. Pour Gaspar Noé, ce procédé permet "d'arriver à un faux happy-end", justifie-t-il[2]. "Émotionnellement, c'est une fin heureuse, rationnellement, non".

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale du film a été composée par Thomas Bangalter (excepté lorsqu'il est annoté un autre artiste), un des membres de Daft Punk (qu'il a lui-même publié en tant qu'album solo). De cette bande originale, Thomas Bangalter a extrait trois titres, et a sorti l'EP Outrage, sur son label Roulé.

  • Irreversible - 6:32
  • Tempus Edax Rerum - 1:14
  • Symphony no 9 in D Major - Adagio (Excerpt) (Gustav Mahler) - 1:49
  • Rectum - 6:23
  • Night Beats - 2:17
  • Stress - 6:41
  • Paris By Night - 6:05
  • Outrage - 6:29
  • Outrun - 5:42
  • Spinal Scratch - 6:29
  • Extra Dry - 4:57
  • Désaccords - 3:48
  • Ventura / Into the tunnel - 5:47
  • Mon Manège à moi (Étienne Daho) - 3:51
  • Symphony no 7 in A Major Op. 92 (Excerpt) (Ludwig van Beethoven) - 3:23
  • The End - 1:11

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

Il fut l'un des films les plus controversés de l'année 2002, entraînant en France un débat extrêmement passionné, lors du festival de Cannes notamment, du fait de la présence dans le film d'une scène de viol et d'une de meurtre, toutes deux particulièrement explicites, réalistes et violentes.[réf. nécessaire]

Pour le quotidien Libération, le film est « faible, de partout »[3]. Le Nouvel Observateur le décrit comme « le scandale le plus fastidieux de Cannes », film « vaguement provocateur »[4].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Les 1res minutes du film constituent une suite au précédent film de Gaspar Noé, Seul contre tous. Les dernières minutes du film annoncent le générique d'Enter the Void, le troisième film du réalisateur.
  • Le film a été tourné intégralement en Super 16, ce qui permet à Gaspar Noé d'utiliser une caméra légère et maniable, la A-Minima. L'image sera ensuite gonflée en Super 35 par procédé numérique.
  • Le film est composé de treize séquences, dont six longs plans-séquences.
  • Le tournage d'Irréversible débute le et se termine le . Le film est tourné dans le sens chronologique des faits, exceptée la scène du Parc, tournée ultérieurement.
  • Les trente premières minutes du film sont accompagnées d'un bruit de fond d'une fréquence de 27 Hz[5] (basse fréquence proche d'un infrason), difficilement audible mais pouvant être ressenti à travers la cage thoracique. Pour les humains, ces bruits à basse fréquence peuvent provoquer nausées et vertiges. En l'absence d'un système de son home cinema adéquat, cette « nappe » de basse est plus difficile à ressentir chez soi que dans une salle de cinéma.
  • La scène de métro est tournée à la station Buttes Chaumont du métro de Paris.
  • La scène du viol a été tournée dans un passage souterrain boulevard Berthier, dans le 17e arrondissement de Paris. Il a été supprimé par la Ville de Paris quelques années après la sortie du film.
  • Un violeur en série a indiqué avoir regardé de nombreuses fois Irréversible et s'être inspiré de la scène de viol avant d'avoir violé quinze femmes[6].
  • Lorsque Marcus se met à draguer deux femmes qui dansent autour d'Alex, sous les yeux de celle-ci, il dit s'appeler "Vincent", avant de se reprendre et affirmer "Marcus". Vincent Cassel semble donc avoir fait une erreur en donnant son vrai prénom plutôt que celui du personnage, mais la faute ne semble pas avoir dérangé Gaspar Noé, qui a finalement gardé la séquence au montage.
  • Gaspar Noé apparaît vers la 14e minute du film, très rapidement.
  • À la fin du film, le personnage de Monica Bellucci lit "An Experiment with time" de J.W. Dunne. Il est question de ce livre quelques scènes plus tôt durant un dialogue dans un ascenseur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Typographié IЯЯƎVƎЯSIBLƎ sur les affiches.
  2. « Gaspar Noé: "Je ne voulais pas banaliser le viol avec Irréversible" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Les revers d'«Irréversible», liberation.fr, 25 mai 2002.
  4. "Irréversible": Noé comme nausée, tempsreel.nouvelobs.com, 23 mai 2002.
  5. Gaspar Noé : « We added 27 Hz of infrasound »salon.com.
  6. Envoyé spécial - Jugé coupable, reconnues victimes sur YouTube, h 30 min 50 s

Liens externes[modifier | modifier le code]