Vincent Maraval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vincent Maraval
Description de cette image, également commentée ci-après
Vincent Maraval lors de la remise du Prix Lumières 2014 pour le film La Vie d'Adèle, qu'il a produit.
Naissance (49 ans)
Albi
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Producteur

Vincent Maraval (né en juillet 1968) est l'un des fondateurs de la société de distribution et de ventes internationales de films Wild Bunch. Il y occupe également le poste de directeur des ventes internationales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vincent Maraval commence sa carrière au département vidéo d'UGC avant de travailler chez TF1 puis chez Studio Canal. Au sein de cette entité, il crée le label Wild Bunch pour promouvoir le cinéma d'auteur. Il quitte Canal+ en 2002 au moment de l'arrivée[1] de Jean-Marie Messier[2].

Il est à l'origine de l'implication d'Harvey Weinstein dans la promotion du film The Artist de Michel Hazanavicius : c'est lui qui l'invite, en mars 2011, à voir un film[3] sans préciser de quoi il retourne.

En décembre 2012, il suscite une polémique en publiant, dans le quotidien Le Monde, un article dans lequel il soutient que les acteurs français sont trop payés. Dans son analyse, il avance que les films français à grands budgets français ne sont pas financés grâce aux recettes du cinéma mais grâce à l'argent des chaînes de télévision et que c'est uniquement grâce à cet argent que les acteurs français peuvent obtenir des salaires aussi élevés. Son analyse provoque de nombreuses réactions dans le milieu du cinéma comme celle de Jean-Michel Frodon qui dément en partie le propos tout en reconnaissant certains effets pervers dans le système de financement du cinéma français et celle de Serge Toubiana qui déplore le manque de nuance du propos de Maraval et craint que son texte ne conduise à remettre en cause le système de financement du cinéma français[4],[5],[6],[7]. De son côté, Jean-Philippe Tessé note que « le pavé dans la mare jeté par Vincent Maraval n'a pas fini d'éclabousser », mais que « l'angle d'attaque de Maraval, laissant entendre que l'État déverse des millions pour enrichir quelques nantis, a entraîné le débat sur une fausse piste »[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quand en 2002 ? En même temps que Lescure ? Messier quitte Vivendi Universal (qui a intégré Canal + depuis plusieurs années) en juillet...
  2. Bruno Icher, « Vincent Maraval, empêcheur de tourner sans ronds », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. « Oscars 2012 : Harvey Weinstein, The Artist lui offre sa revanche », sur lexpress.fr, consulté le 28 décembre 2012.
  4. Vincent Malausa, « Les acteurs français sont trop payés », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. Jean-Michel Frodon, « De la fortune des vedettes en particulier et des perversions d’un bon système en général », Slate,‎ (lire en ligne)
  6. Serge Toubiana, « Après lecture du texte de Vincent Maraval dans Le Monde », Blog de Serge Toubiana,‎ (lire en ligne)
  7. Isabelle Regnier, « Avis de tempête sur le cinéma français », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « Des ronds dans l'eau », Cahiers du cinéma, n° 686, février 2013, p. 51

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :