Damien de Martel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le diplomate. Pour l'officier de marine de Louis XIV, voir Damien de Martel.
Damien de Martel
Damien de martel.png
Fonctions
Ambassadeur de France au Japon
-
Fernand Pila (d)
Haut-commissaire de la République française en Syrie et au Liban (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Damien de Martel de Janville
Nationalité
Activités

Le comte Damien de Martel, né le à Autruy sur Juine (Loiret), mort le à Paris (8e), est un diplomate français.

Ministre plénipotentiaire en Chine puis en Lettonie, il est nommé en octobre 1933 haut commissaire au Levant, où il tente d'imposer la présence française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte[1] Damien de Martel commence sa carrière en 1908, en tant que chargé d'affaires à la légation française de Pékin[2]. Il est aux premières loges pour observer les soubresauts de la révolution de 1911, l'effondrement du régime impérial et l'abdication de Puyi. Élevé au rang de ministre plénipotentiaire,il succède en 1917 à Alexandre-Robert Conty comme chef de la Légation de France en Chine. Il a sous ses ordres un jeune secrétaire d'ambassade nommé Alexis Leger, Saint-John Perse[3]. De son long séjour en Chine, Damien de Martel rapporte la matière d'un livre, Silhouettes de Pékin, encore publié de nos jours.

En 1921, il est chargé par le gouvernement français de monter la toute nouvelle légation en Lettonie, pays qui vient d'acquérir sa première indépendance (reconnue internationalement en 1922).

En , Damien de Martel est envoyé en Syrie pour occuper le poste de haut-commissaire de France au Levant en remplacement d'Henri Ponsot[4]. Il tente d’imposer un traité marquant la prééminence économique et militaire de la France en Syrie et qui consacre la division du pays. Le Parlement syrien rejette ce plan en décembre[5].

Il quitte son poste en et rentre en France où il meurt l'année suivante.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Damien de Martel, Léon de Hoyer, Silhouettes of Peking, Earnshaw Books, 216 p., 2011 (ISBN 978-9881909046)
  • (pl) Danuta Madeyska, Liban, Warszawa 2003, (ISBN 83-88542-62-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Titre de courtoisie.
  2. (en) Guoqi Xu, China and the great war : China's Pursuit Of A New National Identity And Internationalization, p. 104, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, lire en ligne
  3. Mireille Sacotte, Alexis Leger, Saint-John Perse, p. 132, Paris, L'Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 1998.
  4. Isabelle Dasque, La diplomatie française au lendemain de la Grande Guerre, Vingtième Siècle, n° 99, Presses de Sciences-Po, mars 2008, lire en ligne
  5. (en) Charles Winslow, Lebanon : war and politics in a fragmented society, p. 65, Londres, Routledge, 1996.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]