Couches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couches
Couches
Le château.
Blason de Couches
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Autunois Morvan
Maire
Mandat
Émile Leconte
2020-2026
Code postal 71490
Code commune 71149
Démographie
Gentilé Couchois[1],[2]
Population
municipale
1 323 hab. (2019 en diminution de 10,06 % par rapport à 2013)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 14″ nord, 4° 34′ 23″ est
Altitude Min. 231 m
Max. 466 m
Superficie 19,52 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Chagny
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couches
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couches
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Couches
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Couches
Liens
Site web mairie-couches.fr

Couches est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté. La commune s'est appelée Couches-les-Mines de 1853 à 1955.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Couches se situe à environ 30 km de Chalon-sur-Saône, 25 km d'Autun et 15 km du Creusot. C'est un village viticole et agricole.

La commune se trouve à proximité du parc naturel régional du Morvan.

De la commune de Couches dépendent trois hameaux réunis sous le terme générique de « Montagnes de Couches » : Éguilly, Les Foisons et Origny[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la côte couchoise, entre les monts du Morvan et la côte chalonnaise. Couches, qui a une superficie de vingt kilomètres carrés, est une des communes les plus vastes de France. L'altitude de Couches va de 231 à 466 mètres[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par les ruisseaux de la Creuse, de Corcelles, et de Bouhy.

Climatologie[modifier | modifier le code]

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[5], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogènes sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Couches est situé entre Dijon et Mâcon :

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[6]


Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[7]


Accès et transports[modifier | modifier le code]

* par la route : la D 978, qui va d'Autun à Chalon, passe par Couches. L'autoroute A6 est à 27 km.

* par le train : une gare se trouve à 5 km. La gare TGV est à 20 km.

* par le bus : la ligne de bus qui relie Chalon-sur-Saône à Autun passe à Couches.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Couches est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (83,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (82,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (55,1 %), zones agricoles hétérogènes (19,5 %), forêts (12,5 %), terres arables (4,9 %), cultures permanentes (4,1 %), zones urbanisées (3,9 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

843 "Colticas" (Regesta Imperii I,2,1, no.366)

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

L’histoire de Couches est très ancienne, elle remonte à l’époque néolithique, avec les sept menhirs d'Epoigny, qui est un des plus importants sites mégalithiques de Bourgogne. Ces menhirs, presque tous relevés lors de la restauration, portent des gravures.

Couches était, à l'époque romaine, une agglomération importante sur la voie romaine conduisant de Lyon au Bassin Parisien, en passant par Chalon et Autun.

Sur le plan cadastral de 1813, au B nos 1 à 10, figure une Croix de la Maladière, terres en bordure de la voie romaine d'Autun à Châlons-sur-Saône au nord-ouest de Couches ; la terre voisine portant le nom de Bains Bénits, de nombreux tessons de céramiques dans le voisinage attestent qu'il y avait là des vestiges gallo-romains[15].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

C'est en 731 que les musulmans dévastèrent la ville, probablement lors du sac d’Autun.

Une abbaye est fondée au VIIIe siècle. Elle est soumise aux attaques et vexations des seigneurs du voisinage et est rattachée en 1026 à l'abbaye de Flavigny et réduite en prieuré. Les seigneurs renouvellent leurs attaques contre les moines pour accroître leurs propres domaines. L’abbé de Flavigny place alors la ville de Couches sous la garde royale.

En 1285, le duc Robert II de Bourgogne est inféodé par le roi Philippe le Bel de tous les droits royaux sur Couches, y compris la garde du prieuré. Les habitants de Couches protestent alors contre cet abandon royal des droits sur Couches.

En 1295, par lettres royales, il est décidé que le duc conserverait la garde du prieuré et la moitié des droits de justice mais le roi gardait ses droits sur la ville et maintenait ses officiers. La ville de Couches est devenue une enclave royale.

La terre de Couches est divisée au XIIe siècle en deux territoires distincts :

  • Couches en royauté, placée sous la protection du roi comprenant l’église paroissiale, l’hôpital, le prieuré Saint-Georges et la plus grande partie du bourg. La ville appartient au bailliage de Mâcon, puis à celui d’Autun.
  • Couches en duché, placée sous la suzeraineté du duc de Bourgogne. Cette zone appartient au bailliage de Montcenis, qui fut supprimé par lettres patentes le et réuni à celui d'Autun. Couches en duché était, du point de vue territorial moins important que Couches en royauté, bien que les comtes et barons liés aux ducs de Bourgogne aient réussi à enlever une bonne partie des terres aux moines du prieuré.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le château est confié à la garde d'un capitaine : Antoine de Digoine à la fin du XVe, Philibert Poulet en 1590. Au XVIe siècle, Couches possède des halles. De nombreux marchands vivent en ville.

Au XVIIe siècle, la ville d’Autun qui venait de confier aux Jésuites la direction de son collège, voulut acquérir le prieuré de Couches, trop éloigné de Flavigny pour être facilement administré par cette abbaye. L’abbé de Flavigny consentit l’union du Prieuré au collège d'Autun moyennant d’importantes compensations financières.

À la fin du XVIIe siècle, Couches se distinguait par une communauté protestante relativement importante : 87 personnes en 1685, au moment de la révocation de l’Édit de Nantes[16]. Pour la plupart, ses membres durent émigrer, entre autres la famille Le Sage, qui s'installa en Suisse et au Danemark[17].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

1955 : la commune, dénommée « Couches-les-Mines » depuis 1853, change de nom et devient « Couches ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Couches 71.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Écartelé au 1) d’azur semé de fleurs de lys d’or à la bordure componée d’argent et de gueules, au 2) bandé d’azur et d’or à la bordure de gueules, au 3) de gueules à la fleur de marguerite d’argent boutonnée d’or, au 4) d’azur à l’oiseau essorant contourné d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Couches dépend de la sous-préfecture de Saône-et-Loire à Autun. Le conseil municipal est composé de 15 membres conformément à l’article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[18]. À l'issue des élections municipales de 2008, Albert Bondoux a été élu maire de la commune.

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1871 ? Jacques Martin   Notaire
maire en 1962 ? Georges Carthieux Gauche  
mars 2001 mars 2008 Daniel Petit    
mars 2008 mars 2014 Albert Bondoux    
mars 2014 en cours Emile Leconte    
Les données manquantes sont à compléter.

Canton et intercommunalité[modifier | modifier le code]

Cette commune est le chef-lieu de ce canton, comptant 6 758 habitants en 1999. En intercommunalité, ce village fait partie de la communauté de communes autour du Couchois. Bernard Dessendre est conseiller général de ce canton depuis 1982.

Instance judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, la commune dépend aussi[Quoi ?] de la commune de Chalon-sur-Saône qui possède un tribunal d'instance et un tribunal de grande instance, d'un tribunal de commerce et d'un conseil des prud'hommes. Pour le deuxième degré de juridiction, elle dépend de la cour d'appel et de la cour administrative d'appel de Dijon[19].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants portent le nom de Couchois[20].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[22].

En 2019, la commune comptait 1 323 habitants[Note 2], en diminution de 10,06 % par rapport à 2013 (Saône-et-Loire : −0,85 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5151 2772 7512 5872 6473 0803 0502 8502 860
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7682 8442 7782 8612 7872 9062 8232 7542 618
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5182 4322 1781 8821 8151 7431 7481 5721 734
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 7021 5791 5681 5321 4571 4091 4881 4771 362
2019 - - - - - - - -
1 323--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède un centre de rééducation (nommé Mardor).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de la Vivre : fête médiévale qui se déroule tous les vingt ans. La légende remonte à 1328. La première édition moderne a eu lieu en 1888[25]. La dernière a eu lieu les 23, 24 et et a attiré plus de 30 000 personnes. La « Vivre » est un animal fabuleux (sorte de dragon) qui semait la terreur au Moyen Âge[26]. La fête comprend des reconstitutions historiques, des défilés de chars, des groupes musicaux et animations et, pendant le défilé du premier jour, une distribution (à volonté) de vin blanc (que chaque participant reçoit dans un pichet dédié vendu pendant la fête), tout cela ayant lieu dans un cadre médiéval. La fête est organisée par des habitants de tout le Couchois. La fête a célébré son centenaire lors de la session d'août 1988[27]. La prochaine session doit se tenir en 2028, soit 700 ans après le commencement de la légende.
  • Jazz à Couches : festival de jazz qui se déroule chaque été début juillet depuis 1986[28],[29].
  • La Fête de l'Oiseau est organisée chaque année par l'association « Les Chevaliers de l’Arquebuse », créée en 1427[réf. souhaitée].

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune offre de nombreuses randonnées grâce à ses sentiers pédestres (comme le circuit des lavoirs). On peut aussi pratiquer du VTT, du tennis et louer des vélos.

La ville possède une équipe de rugby à XV évoluant actuellement () en Fédérale 3.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, des mines de fer étaient exploitées à Couches par la société Schneider pour ses usines du Creusot. Cette activité remontait au dernier quart du XVIIIe siècle et se concentrait au hameau de Chalencey.[30]

La commune possède des vignobles qui produisent des vins d'Appellation d'Origine Contrôlée. La viticulture compte l’appellation Bourgogne-côtes-du-couchois. Les principales activités des entreprises locales sont la culture et la production animale, les activités immobilières, les travaux de construction spécialisés, les activités pour la santé humaine et l'hébergement.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Couches. Il date du XIIIe siècle. Une légende raconte que la reine Marguerite de Bourgogne, répudiée par Louis X le Hutin, en 1315, serait venue s'y installer. Le château comprend notamment un donjon massif, un pont-levis et des galeries souterraines. Une chapelle gothique a été construite au XVe siècle par Claude de Montaigu. alors chambellan du duc de Bourgogne. Le château-fort est devenu une demeure d’agrément.
  • L'église Saint-Martin de Couches a été érigée en 1480 sur les vestiges d'une église romane. On peut admirer ses boiseries de la fin de XVIIe siècle ainsi que ses portails et vitraux de style gothique flamboyant. L’intérieur de l'église a été restauré en 1840.
  • Les 7 menhirs d'Époigny datent de la période néolithique. Ce site est l'ensemble mégalithique le plus important de Bourgogne.
  • Le château de la Tour Guérin a été construit pour les soldats du roi à la suite du traité de 1186 qui donnait aux moines la protection royale. Le bâtiment a été refait au XVe siècle et la toiture en tuiles vernissées réalisée au XIXe siècle. Le fief, qui ne régnait que sur la maison, a été la propriété de la famille autunoise de Montagu du milieu du XVIe jusqu'à la Révolution. Elle en conserve les titres.
  • Le château de Montpatey
  • Le prieuré de Couches appelé prieuré Saint-Georges. Au départ c'était un monastère qui datait du IXe siècle, qui est ensuite devenu une abbaye avant d'être transformé en prieuré (antenne de l’abbaye de Flavigny) en 1098. L’église a été consacrée en 1496 par Antoine de Chalon. Le prieuré a ensuite servi en 1620 comme résidence d’été des jésuites d’Autun. Les jésuites durent quitter les lieux en 1792, à la suite de leur interdiction d'enseigner. L'une des particularités de l'édifice est son chevet, qui consiste en une abside qui était autrefois jouxtée de part et d'autre par deux absidioles (les absidioles nord ont été détruites en 1826, lors de la construction de la mairie)[31].
  • La maison des Templiers date de 1610. Elle doit son nom à son utilisation comme lieu de culte par les protestants à la suite de la révocation de l’édit de Nantes.
  • La tour Bajole, construite au XIIe siècle, abrite actuellement un restaurant. L’expression « Bajole » viendrait soit de Bayulus qui désignait un officier de justice royale soit de Bezola nom d’un ventier du prieuré. Elle s'est appelée au cours du temps maison Saint-Louis, maison Sarotte, Lanot et la tour aux ventiers.
  • Le Vieil Hôpital qui servit jusqu'en 1816, et fut desservi à compter du par des sœurs de Sainte-Marthe (Beaune). À l'origine, il avait été construit en 1565 pour loger le pasteur jusqu'à la révocation de l’édit de Nantes en 1685.
  • Le château de Mardor, XVIIIe-XIXe siècles, ancienne résidence de la famille de Montagu. La propriété est acquise en 1916 par Martine de Béhague, comtesse de Béarn (1870-1939), figure de la haute société parisienne et célèbre collectionneuse d'art, pour créer un centre médical au profit des tuberculeux de la guerre. Elle l'offre à la Croix-Rouge en 1919 avec une dotation importante. L’œuvre médicale de Mardor subsiste sous différentes formes durant tout le XXe siècle et est toujours propriété de la Croix Rouge.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marguerite de Bourgogne, reine de France, fut répudiée pour adultère par le roi Louis X le Hutin et mourut en 1315 à Château-Gaillard. Selon une thèse défendue par les Couchois[réf. nécessaire], elle aurait en fait été recueillie par sa famille, avant de finir ses jours à Couches dans le plus grand secret. Le château construit au XIe siècle porte aujourd'hui le nom de « château de Marguerite de Bourgogne » ;
  • Hugues de Digoine. Capitaine de Couches en 1483. Fils d'un seigneur de Mercurey. Epoux de Nicole Garin. Ses fils Antoine et Philibert de Digoine, écuyers, vivent à Couches. La maison de Philibert fait face aux halles de la ville[32] ;
  • Jehan Poullet. Issu du milieu marchand de Couches. Procureur d'office de la baronnie de Montcenis en 1590, il épouse en 1590 la fille de Jehan de Digoine sieur de Blaisy et de Dennevy. Il reprend la seigneurie de Blaisy à Saint-Mars-de-Vaux qui sera conservée par sa fille et sa petite-fille. Son frère Philibert est capitaine du châtel de Couches ;
  • Ferdinand Guillemardet (1765-1809), né à Couches, ambassadeur en Espagne, puis préfet ;
  • Jean-François Landriot, futur archevêque de Reims, né à Couches le  ;
  • Martine de Béhague, comtesse de Béarn (1870-1939), donatrice du sanatorium de Mardor ;
  • Albert Montmerot (1902-1942), peintre français y est mort ;
  • Georges Vince, artiste mâconnais né à Bourgneuf-Val-d'Or le 19 mars 1921 et décédé à Mâcon le 8 septembre 2000, qui repose au cimetière de Couches[33] ;
  • Louis Hon (1924-2008), joueur et entraîneur de football né à Couches-les-Mines en 1924 ;
  • Michèle Lagrange, cantatrice, y est née en 1947 ;
  • Le groupe A-Ha y tourne le clip de Cry Wolf.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.-B. Vince, Couches-les-Mines (Saône-et-Loire), l'ancienne Colchas des Grecs (résumé historique) et ses environs pittoresque, artistique, commercial et littéraire, Autun, M. Guignard, , 38 p.
  • Abbé Grunwald (ancien curé de Couches), Couches : un peu d'histoire, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 20 (), pp. 3–7.
  • Pierre-E. Mounier-Kuhn, Le canton de Couches-les-Mines au 19e siècle, Université de Paris X-Nanterre, 1981, 299 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lex Jacquelot, Le Langage populaire de Mâcon et des environs, Slatkine Reprints, Genève, 1978, p. 54
  2. habitants.fr
  3. « Les Montagnes de Couches », article d'Alain Dessertenne et Françoise Geoffray paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 190 de juin 2017, pages 14 à 16.
  4. http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/71149_Couches.html
  5. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  6. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990)
  7. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990)
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. Roland Niaux, « Recherche par indices toponymiques. Lieux de culte, établissements religieux, monastiques ou hospitaliers, sépultures de l'Antiquité tardive et du Moyen-Âge, révélés par indices toponymiques dans l'arrondissement d'Autun », sur sites.google.com/site/vniaux, (consulté en ).
  16. « Il y a 300 ans : la révocation de l’Édit de Nantes en pays couchois », article de Lucien Taupenot (alias Luc Hopneau) paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 67 (automne 1986), pages 19 et 20.
  17. « Exil d'une famille de protestants couchois », article de Lucien Taupenot (alias Luc Hopneau) paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 107 d'octobre 1996, pages 16 et 17.
  18. « nombre des membres du conseil municipal des communes », sur Legifrance (consulté le ).
  19. « Annuaire des juridictions », sur le site du ministère de la justice (consulté le ).
  20. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-couches.html
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. laboutiqueajacques.com > Entre mystique et légende / Le terrible dragon couchois - une légende à "Vivre"
  26. Au sujet de cette Vivre, lire : Françoise Sermonat, La Vivre de Couches, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 7 (décembre 1970), pp. 3-5.
  27. moonchild.ch > La Vivre d'août 1988: Centenaire des Fêtes de la Vivre.
  28. « Saône-et-Loire : Jazz à Couches fête ses 30 ans », sur Franceinfo, (consulté le )
  29. « Jazz à Couches : une trente cinquième bien partie », sur Le Journal de Saône-et-Loire, (consulté le )
  30. Alain Dessertenne et Françoise Geoffray, Les mines de fer du Couchois, 2e partie : sites miniers, revue Images de Saône-et-Loire n° 193 (mars 2018), pp. 4-7.
  31. « Le prieuré Saint-Georges de Couches », article de Claus-Peter Haverkamp paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 160 de décembre 2009 (pages 16 à 19).
  32. Etienne Meunier et Léon Berthelle. La famille de Digoine, seigneurs de Mercurey (première partie). Nos Ancêtres et Nous, n° 159, 2018, pp. 36-52.
  33. Frédéric Lafarge, « Un artiste mâconnais : Georges Vince », revue « Images de Saône-et-Loire » n° 206 de juin 2021, pages 14 et 15.