Gens de la Lune (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gens de la Lune
Description de cette image, également commentée ci-après
Gens de la Lune le 16 mai 2009 à Éloyes : Jean-Philippe Suzan James Kaas, Bernard Reichstadt, Francis Décamps, Damien Chopard
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock progressif
Années actives 2005 - 2022
Site officiel www.gens-de-la-lune.com
Composition du groupe
Membres Francis Décamps
Jean-Philippe Suzan
Damien Chopard
Mathieu Desbarats
Cédric Mells
Anciens membres Olivier Fisjean
Patrick Grosjean (†)
Éric Murat
Gérard Jelsch
James Kaas
Bernard Reichstadt
Farid Boubrit

Gens de la Lune est un groupe français de rock progressif créé en 2005 par Francis Décamps, ancien claviériste du groupe Ange (de 1970 à 1995) qu'il avait fondé avec son frère Christian.

« Celui qui fut l’étrange metteur en son des ambiances médiévales et symphoniques d’Ange revient aux sources de ce rock inventif que l’on qualifiait dans les années 70 de "progressif". Gens de la lune vous emporte dans un conte rempli de magie, de voyage et de sorcellerie[1]. »

Après quatre albums et des dizaines de concerts, le groupe se sépare en 2022 après deux concerts d'adieux.

Biographie[modifier | modifier le code]

À partir de 2005, Francis Décamps travaille étroitement avec l'artiste belfortain Jean-Philippe Suzan, par son père d'origine guadeloupéenne, compose puis produit la totalité de son premier album « Couleur Métis »[2] et l'aide à monter son groupe. Leur entente musicale parfaite les décide de partir dans une nouvelle aventure commune qu'ils baptisent Gens de la Lune[3], jeu de mots avec la célèbre comptine enfantine Jean de la Lune.

Jean-Philippe Suzan le 16 mai 2009 à Éloyes

Le groupe ainsi créé est constitué de Francis Décamps aux claviers, à l'accordéon et à la guitare acoustique, Jean Philippe Suzan au chant et aux percussions, Olivier Fisjean aux guitares (remplacé fin 2005 par Patrick Grosjean), Éric Murat dit « Gros Lapin[3]» à la basse et Gérard Jelsch à la batterie, lequel fut le premier batteur du groupe Ange entre 1970 et 1974, puis de 1994 à 1995[4].

Les Gens de la Lune trouvent définitivement leurs marques début 2009 avec Damien Chopard, surnommé le « Haut-Doubs Child[3] », à la guitare (qui fin 2006 a remplacé Patrick Grosjean, emporté par un cancer un mois après le premier concert du groupe[5]), le multi-instrumentiste James Kaas à la basse (qui a remplacé Éric Murat en 2007) et l'Alsacien Bernard Reichstadt à la batterie (qui a remplacé Gérard Jelsch en 2008).

Une véritable osmose entre les cinq compères s'installe, laquelle se fait fortement ressentir en concert :

« La scène est le terrain de jeu favori du groupe. Là, Gens de la Lune entraîne son public dans un voyage musical qui ne laisse personne indifférent. Il a déjà marqué de nombreuses scènes de France, d’Allemagne, de Belgique, Luxembourg, Italie, Suisse, Norvège et même Guyane. Son énergie est communicative : on écoute, on chante, on danse, on saute … on aime ! Après un live, il n’est pas rare de voir les 5 Luniens se mêler aux habitants de la Terre. Juste pour prolonger dans l’échange la virée astrale[6]. »

Damien Chopard le 25 juin 2011 à Mexy

Gens de la Lune (2009)[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 2009, le groupe ainsi constitué sort alors son premier album homonyme avec un hommage à leur défunt guitariste : la mention « A toi Patrick » apparait sur un fond lunaire en dernière page du livret.

« L'album débute par une allocution de Jean Philippe Suzan expliquant le pourquoi du comment des Gens de la Lune, tiré d'une légende franc-comtoise. Cet album peut-être qualifié d'album concept. La première chanson s'inspire ouvertement de la musique celtique[7]. » Puis au fur à mesure des titres, une tonalité plus rock se dégage, évoquant des sonorités proches du groupe Ange. « Les échantillons de mellotron sont de retour et sont utilisés sur la plupart des pistes. »[8]

C'est un album de rock ambitieux et hors du temps, entre légendes, inspirations celtiques et médiévales, qui se présente comme un conte musical et symphonique[7],[9].

Alors joue ! (2011)[modifier | modifier le code]

Le bassiste Farid Boubrit au didjeridoo le 25 juin 2011 à Mexy

En 2011, le groupe sort son deuxième album Alors joue ! sur lequel Farid Boubrit (qui sur scène joue aussi du didgeridoo et des percussions) a remplacé James Kaas à la basse et le jeune Cédric Kick Mells (ancien membre des groups de métal « Inside Project » et « Phenix »[3], alors âgé de 25 ans[10]) a remplacé Bernard Reichstadt à la batterie. Francis Décamps y a composé toutes les musiques et écrit les paroles de trois chansons. Les autres paroles sont écrites par le chanteur Jean-Philippe Suzan[11].

On retrouve sur cet album, les longueurs caractéristique de la musique progressive. Sur les huit titres, enregistrés la moitié dépasse les sept minutes et deux de près de six minutes : la chanson finale, Le meilleur pour la fin, dure près de douze minutes. Seules deux courtes chansons de quatre minutes figurent sur le disque, Chaque titre représente les huit régions de la lune dans lesquelles les personnages vivent[9]

Pour l'écrivain et critique musicale, Frédéric Delage, cet album évoque l'ancien groupe de Francis Décamps : « Au-delà de l’histoire foldingue qu’il est censé conter, l’album ravive d’évidence quelques souvenirs du vieil Ange, celui du Nain de Stanislas et autres Fils de Mandrin. Au final, les amateurs de l’Ange des années 70, de sa force mélodique naïve et pénétrante, de sa folie un brin grandiloquente, devraient vraiment se retrouver dans ce disque attachant et joliment fidèle à l’angélique légende »[12].

Le journaliste et chroniqueur de Music In Belgium, Philippe Thirionnet considère les textes « énergiques et inspirés, à la fois astrologiques et astronomiques » et que les « notes de musique, nous bercent dans un rock progressif pêchu qui n’a rien à envier au pendant anglo-saxon. » Il y trouve également des similitudes avec Ange, Hubert Félix,Thiéfaine, Genesis ou Pendragon[13].

Épitaphe (2014)[modifier | modifier le code]

En 2013, Farid Boubrit quitte à son tour le groupe par suite du décès de son épouse et est remplacé par Mathieu Desbarats, un jeune bassiste, né en 1993[3].

En 2014, le groupe sort avec cette formation son troisième album (en double CD) : l'opéra-rock Épitaphe, en hommage au poète belfortain Léon Deubel, le dernier des poètes maudits. L'œuvre a auparavant été créée en concert les 21 et 22 décembre 2013 au théâtre de Granit à Belfort dans le cadre de l'année Deubel : le groupe y est alors accompagné par l’ensemble de cordes et de percussions du conservatoire départemental et des musiciens de l’orchestre Balada dirigés par Victor Huminic[14].

En 2016, L'intégrale de l'opéra-rock Épitaphe est joué en public le 10 janvier au Théâtre du Peuple de Belfort. Le spectacle est captée en vidéo et un DVD live verra le jour sous le nom Épitaphe Live[15].

Pentacle de Lune (2021)[modifier | modifier le code]

En 2020, le groupe reprend le chemin du studio pour l'enregistrement d'un quatrième et album Pentacle de Lune, annoncé comme « l'ultime révérence des Gens de la Lune aux Terriens[16] ». En raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, La sortie prévue fin 2020, est repoussée à fin avril 2021[6]. Ce « dernier voyage poétique et musical » est suivi d'une tournée d'adieu[17].

Cet album concept part d'une idée du bassiste Mathieu Desbarat : l’histoire d’un personnage un peu naïf, incarné par Jean Philippe Suzan, qui croyant avoir trouvé le moyen de résoudre les problèmes de la société, part à l’aventure afin de convaincre la population de le rejoindre vers une vie meilleure. Sur son chemin, il rencontre la peur (Francis Décamps), la sagesse (Mathieu Desbarat), l’agressivité (Cédric Mells) et l’amour (Damien Chopard). Ces quatre personnages si différents veulent tous décrocher la lune. Ainsi nait le Pentacle de Lune, une force pour chaque personne qui viendra s’y associer[5].

Concerts[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, le groupe a donné près de 60 concerts, essentiellement en France, mais aussi en Belgique, en Suisse (Montreux[18]), ainsi qu'en 2016 au renommé festival international de rock progressif Night of the Prog à Sankt Goarshausen en Allemagne[19].

Gens de la Lune le 16 mai 2009 à Éloyes : Damien Chopard, Francis Décamps et James Kaas

En 2009 lors des rappels à Éloyes, le groupe est rejoint par Daniel Haas et Claude Demet (qui mourra en 2013[20]), tous deux anciens membres d'Ange : Francis Décamps et ces derniers reprennent à la guitare Jour après jour de leur ancien groupe, avant de se lancer dans une improvisation blues avec Daniel cette fois à la basse[21]. Lors de ce même concert, le groupe interprète en ouverture Alors joue !, chanson et titre de leur prochain album qui ne paraitra que deux ans plus tard.

En 2010, Gens de la Lune participe à Werentzhouse au « Steve Hackett Event » en compagnie de Steve Hackett, ancien guitariste de Genesis[22] et le groupe italien de rock progressif The Watch. En rappel de leur concert, le groupe français joue un pot-pourri dans lequel apparait un extrait de Ace of wands titre tiré du premier album solo de Steve[23].

Le , Gens de la Lune est invité à jouer par le groupe Ange (dans lequel Francis Décamps a été remplacé par son neveu Tristan) pendant presque une heure sur la scène du Bataclan. Durant le spectacle, Francis Décamps interprète à nouveau la chanson Jour après jour à la guitare avec son frère Christian[24], ce qui ne s'était pas produit depuis le dernier concert de la tournée d'adieu en 1995.

En 2017, le groupe de Francis Décamps se produit au festival Rock au Château à Villersexel, en compagnie, entre autres de Magma, Lazuli, Caravan et Tristan Décamps[25],[26].

Du fait du Covid-19, la tournée de concerts de l'automne 2020 est reportée au printemps 2021[27], puis finalement annulée. Par suite du départ d'un des membres du groupe et les difficultés de répéter à cause des distances sanitaires difficiles à respecter dans le petit studio de Francis, le groupe décide d'un commun accord de s'arrêter[5]. Il donnera deux concerts d'adieu le 4 mars 2022 à Épinal et le 6 mars à Giromany[16].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Olivier Fisjean : guitare (2005)
  • Patrick Grosjean (†) : guitare (2005-2006), mort le 16 octobre 2006 à 44 ans[28]
  • Éric Murat : basse (2005-2006)
  • Gérard Jelsch : batterie (2005-2007)
  • James Kaas : basse, chœurs (2007-2009)
  • Bernard Reichstadt : batterie, percussions, chœurs (2008-2009)
  • Farid Boubrit : basse, percussions, didgeridoo (2010-2013)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

2014 : Épitaphe (hommage à Léon Deubel) - DVD enregistré en concert

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « GENS DE LA LUNE - Lavoir Moderne Parisien | THEATREonline.com », sur www.theatreonline.com (consulté le )
  2. « Ange - Rétrospective (5) », sur www.bigbangmag.com (consulté le )
  3. a b c d et e « Les membres », sur Le groupe GENS DE LA LUNE (consulté le )
  4. jplhoir, « Un nouveau groupe nommé GENS DE LA LUNE », sur Music In Belgium, (consulté le )
  5. a b et c « Gens De La Lune - Pentacle De Lune (+ interview) », sur Clair et Obscur, (consulté le )
  6. a et b « Gens de la lune », sur Parc régional du ballon des Vosges (consulté le )
  7. a et b « Gens de la Lune | Actu musicale sur IdolesMag.com », sur IdolesMag.com (consulté le )
  8. « BACKGROUND MAGAZINE Review: Gens De La Lune - Gens De La Lune », sur www.backgroundmagazine.nl (consulté le )
  9. a et b « Un ange sur la Lune », sur SudOuest.fr (consulté le )
  10. « L'Entrepôt Arlon | interviews | gens de la lune », sur www.entrepotarlon.be (consulté le )
  11. [http://www.koid9.net/_ancien_site/sections.php?op=viewarticle&artid=606 « Chroniques en ligne - Chroniques en ligne G - Gens De La Lune : Alors Joue ! (2011 - cd - parue dans le Koid9 n�78) - KOID'9 est un magazine trimestriel traitant avec humour de l'actualit� du rock et du progressif »], sur www.koid9.net (consulté le )
  12. « Gens de la lune – Alors joue ! », sur Rock Prog Etc, (consulté le )
  13. « GENS DE LA LUNE - Alors joue ! », sur Music In Belgium (consulté le )
  14. « L’événement du week-end en Franche-Comté. Belfort : la vie du poête Léon Deubel devient opéra-rock », sur www.estrepublicain.fr (consulté le )
  15. « Les Gens de la Lune, Epitaphe à Léon Deubel (opéra-rock) - LE CARTOPHILION », sur cctbelfort.canalblog.com, (consulté le )
  16. a et b « Accueil », sur Le groupe GENS DE LA LUNE (consulté le )
  17. « Franche-Comté. Ultime album du groupe de rock Gens de la Lune avant la séparation », sur www.estrepublicain.fr (consulté le )
  18. « Gens de la lune – Gens de la lune – Chromatique.net » (consulté le )
  19. « Concerts », sur Le groupe GENS DE LA LUNE (consulté le )
  20. « matchID - Moteur de recherche des personnes décédées », sur deces.matchid.io (consulté le )
  21. (en) « Gens de la Lune Setlist at Espace Culturel, Éloyes », sur setlist.fm (consulté le )
  22. « Steve Hackett Event - Werentzhouse - Rock - Salle polyvalente », sur jds.fr (consulté le )
  23. « Event Steve Hackett », Koid 9,‎ , p. 40-41 (lire en ligne)
  24. (en) « Ange Setlist at Le Bataclan, Paris », sur setlist.fm (consulté le )
  25. « Villersexel : ça "rock" au château ! », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le )
  26. « Francis Decamps pour Rock au chateau de Villersexel le 5 et 6 aout », sur France Bleu (consulté le )
  27. « Actualité », sur Le groupe GENS DE LA LUNE (consulté le )
  28. « matchID - Moteur de recherche des personnes décédées - GROSJEAN Patrick Pierre Marcel », sur deces.matchid.io (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]