Football Club Saint-Lô Manche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis FC Saint-Lô Manche)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
FC Saint-Lô Manche
Logo du FC Saint-Lô Manche
Généralités
Nom complet Football Club Saint-Lô Manche
Surnoms FCSLM
Fondation 1965
Couleurs Bleu et blanc
Stade Stade Louis-Villemer
(seulement 970 places assises sur 4 000 places)
Siège Centre des Ronchettes
Route de Torigni
50000 Saint-Lô
Championnat actuel National 3
Président Drapeau : France Thibault Deslandes
Entraîneur Drapeau : France Nicolas Fautrat

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
National 3 2018-2019
0

Le FC Saint-Lô Manche est un club de football français fondé en 1965 et basé à Saint-Lô. Il est né de la fusion de l'Espérance de Saint-Lô et du Stade Saint-Lois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 6 mai 1965, dirigeants et joueurs du Stade Saint-Lois et de l'Espérance entérinaient la fusion de leurs deux clubs. Le club présidé par Thibault Deslandes du FC Saint-Lô naît le 23 mai 1965 à l'Hôtel de Ville. Quelques pionniers s'en souviennent.

Au début des années soixante, la section football du Stade Saint-Lois et l'Espérance Saint-Loise ont chacun leur équipe fanion en promotion d'honneur (PH). Les deux clubs partagent d'ailleurs le stade de la Falaise. Le potentiel de chacun est réduit, les moyens sont faibles. Un homme va dynamiser tout cela et être l'instigateur du rapprochement des deux clubs, Raymond L'Hôtellier. Au Stade depuis 1953, il en est la cheville ouvrière. « Nous ne pouvons continuer comme cela, il faut regrouper nos moyens, déclarait-il à l'époque. Nous avons de plus en plus de mal à trouver des bénévoles. Et si nous voulons que nos équipes progressent et que nous puissions accéder à la DH, il nous faut un entraîneur professionnel. » D'où la création du FC qui voit le jour au printemps 1965.

Jacques Cotelle sera le premier entraîneur jusqu'au 27 août 1967 où il s'effondrera au cours d'un match amical à Equeurdreville, victime d'une congestion cérébrale. Charles Lamoureux assurera quant à lui la présidence 10 ans et l'entraîneur Pierre Jamots fera accéder l'équipe fanion en DHR en 1971.

Après de nombreuses saisons en D3 lors des années 1980 et 1990, le club se retrouve en CFA lors de la refonte des championnats amateurs (création du National). Son meilleur classement sera 4e en 1997/98.

En , le club inaugure son nouveau stade face à l'Entente Sannois Saint-Gratien (1-1).

Le FC descend une première fois en CFA2 en 2002 et remonte aussitôt suite aux barrages d'accession des meilleurs deuxièmes de CFA2, après une deuxième partie de championnat incroyable. Le club est de nouveau relégué l'année suivante en 2004. En 2007, après avoir été en tête pendant toute la saison, le club rate sa montée en CFA dans les deux dernières journées terminant deuxième du groupe. L'année suivante le club finit 13e de CFA2 et doit jouer un barrage de maintien face à l'AS Choisy-le-Roi. La défaite aux pénalties oblige le club à une saison en Division d'honneur. La saison 2008/2009 en DH est difficile malgré un effectif stable, néanmoins le club est champion.

Cruel retour à la case départ DH au terme d'une terne saison en CFA2 en 2009/2010, et le départ de l'entraineur Olivier Joba après quinze années à la tête du club[1].,[2]. Stéphane Chapalain, ancien capitaine du club[3], est nommé en comme nouvel entraineur[4]. En juin 2015, Laurent Lesgent lui succède à la tête de l'équipe fanion. Après de bons débuts, les Manchois s'écroulent et enchaînent plusieurs mois sans la moindre victoire. Le coach ne termine pas la saison et le club descend de nouveau en DH en se classant dernier de CFA2. À l'issue de cette saison, Nicolas Fautrat est nommé entraîneur. Stéphane Chapalain est licencié.

Lors de la saison 2016/2017, le FC Saint-Lô remonte en National 3 grâce à la refonte des championnats en finissant troisième de sa poule.Le club s'arrête en demi-finale de la Coupe de Basse Normandie. L'équipe réserve accède elle aussi au niveau supérieur en terminant 2e de DHR.

Les matchs mémorables[modifier | modifier le code]

principal exploit :[réf. nécessaire] Saint Lô (N2) - Chateauroux (D2) 1-1 tab 3-1 lors des 32e de finale de l'édition 1996-1997.

  • Coupe de France
    • 1989-1990 : 16e de finale : Bordeaux (D1) bat Saint-Lô (D3) 8-0
    • 1994-1995 : 16e de finale : Mulhouse (D2) bat Saint-Lô (N2) 1-1, tab 4 à 2
    • 1995-1996 : 32e de finale : Angers (D2) bat Saint-Lô (N2) 3-1
    • 1996-1997 : 16e de finale : Caen (D1) bat Saint-Lô (N2) 2-1 a.p.
    • 1997-1998 : 32e de finale : US Boulogne (CFA) bat Saint-Lô (CFA) 2-0
    • 2005-2006 : 32e de finale : Ajaccio (L1) bat Saint-Lô (CFA2) 2-0
    • 2006-2007 : 32e de finale : Montpellier (L2) bat Saint-Lô (CFA2) 4-1
    • 2017-2018 : 16e de finale : Les Herbiers (N1) bat Saint-Lô (N3) 2-1
  • Coupe de Basse-Normandie
    • 2009 : finale : Saint-Lô (DH) bat Caen B (CFA) 2-0

Quelques anciens joueurs[modifier | modifier le code]

Le FC Saint-Lô Manche a vu passer sous ses couleurs le Guadeloupéen David Sommeil qui y a fait ses premiers pas footballistiques en métropole. Après trois saisons, il est recruté par le Stade Malherbe de Caen, alors en Ligue 1 (1re division à l'époque). Il y joue de 1993 à 1998[5]. Roland Guéla, Mickaël Barré, Stéphane Martin, Papé Fall font partie des anciens très bons joueurs du club, ainsi que Stéphane Chaplain qui fut joueur puis entraîneur avant d'être licencié...

Effectif[modifier | modifier le code]

Gardien : Gallien Xavier, Fondraz Julien

Défenseurs : Colette Simon, Gosselin Edouard, Joli Paul, Hatchi Jean-Marc, Lembo Ndongala Joël, Guenerie Florian, Kopphy Kevin

Milieux : Roynel Maxime, Depraute Florian, Marie Alexandre, Coulibaly William, Croci Noé

Attaquants : Vauvy Thomas, Bopu Gérard, Lambard Tony, Bonnemains Jimmy, Matuba Tristan

Présidents[modifier | modifier le code]

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Parcours détaillé en Coupe de France[modifier | modifier le code]

  • 1989-1990 : 16e de finale, éliminé par les Girondins de Bordeaux (8-0) au stade de Venoix à Caen devant 10 000 spectateurs. Auparavant, Saint-Lô avait éliminé Niort qui évoluait en D2 aux tirs au but 11 à 10. Le dernier penalty est tiré par le plus jeune joueur sur la pelouse, Stéphane Martin, qui surprend les 2 500 supporters niortais.
  • 1994-1995 : élimination en 32e de finale aux tirs au but par Mulhouse. Dernier tir au but arrêté par le gardien remplaçant (un joueur de champ) sur une frappe d'Olivier Joba.
  • 1995-1996 : les Saint-Lois ne chutent qu’en 32e de finale contre le SCO Angers (Division 2) sur le score de 3 buts à 1.
  • 1996-1997 : parcours épique avant une élimination en 16e de finale au Stade Michel-d'Ornano contre le SM Caen, évoluant en Ligue 1, sur le score de 2-1 après prolongation. Auparavant, l’équipe avait écarté Cherbourg (National), Angers (National), et en 32e le leader de Ligue 2, Châteauroux, aux tirs au but.
  • 1997-1998 : au 7e tour, le club s’envole vers la Guadeloupe pendant une semaine pour affronter le Phare de Petit-Canal. Victoire dans la douleur 3-1. Élimination en 32e de finale à Boulogne-sur-Mer 2-0.
  • 2001-2002 : élimination au 8e tour par Le Mans, avec dans ses rangs un certain Didier Drogba.
  • 2002-2003 : élimination au 8e tour par une nouvelle fois Le Mans, en tête de Ligue 2 sur le score de 5-2.
  • 2003-2004 : élimination au 8e tour sur le terrain de Brest (National), qui figure en tête avec un certain Franck Ribéry.
  • 2005-2006 : 32e de finale : Ajaccio (Ligue 1), entraîné par Rolland Courbis, vient s’imposer au stade Louis-Villemer 2-0, devant plus de 4 000 spectateurs.
  • 2006-2007 : le club s'arrête en 32e de finale de la compétition, battu 4-1 après avoir mené très longtemps 1-0 face au Montpellier de Louis Nicollin (Ligue 2). C'est la fin d'un parcours remarquable qui aura vu les Saint-Lois éliminer Tours (Ligue 2) et Pacy (CFA).
  • 2015-2016 : élimination au 7e tour par l'US Sainte-Marienne (Réunion) 2-0 faisant de Saint-Lo le premier club de la métropole battu à domicile par un club des dom : une vraie contre performance!
  • 2017-2018 : après avoir éliminé Saint-Pair-sur-Mer, Thaon, Tourlaville et Troarn en phase régionale, le club participe au tirage du 7e tour impliquant les équipes d'Outre-Mer. Le sort offre aux Saint-Lois un déplacement en Guadeloupe pour affronter L'Étoile de Morne-à-l'Eau. La rencontre se solde par une victoire de Saint-Lô 4-1. Au 8e tour, Saint-Lô élimine Changé aux tirs aux buts, se qualifie pour les 32e de finale [8] et élimine également Aubervillers aux tirs aux buts après avoir mené deux fois au score. Saint-Lô se qualifie en 16e de finale pour la quatrième fois de son histoire. En 16e, le Saint-Lô reçoit Les Herbiers (National) devant 3 000 spectateurs au stade Louis Villemer, pour une défaite 2-1. Le tombeur des Manchois ira jusqu'en finale battu par le PSG (2-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]