Escadron départemental de sécurité routière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Escadron départemental de sécurité routière
image illustrative de l’article Escadron départemental de sécurité routière
Insigne des escadrons départementaux de sécurité routière

Création 1999
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Ministère de l'Intérieur
Ministère de la Défense
Branche Gendarmerie nationale
Rôle Sécurité routière
Fait partie de Gendarmerie départementale
Composée de Pelotons motorisés
Brigades motorisées
Pelotons autoroute
Ancienne dénomination Escadron d'autoroute
Surnom EDSR
Équipement Motocyclettes
Véhicules rapides d'intervention

Un escadron départemental de sécurité routière (EDSR) est une unité de la Gendarmerie nationale française dont la mission principale est la lutte contre l'insécurité routière. Chacun des groupements de gendarmerie départementale de France métropolitaine comporte un EDSR qui regroupe toutes les unités routières ou autoroutières du département[1]. De plus, il existe quatre EDSR dans les départements d'outre-mer. Les EDSR peuvent mettre leurs capacités particulières en renfort ou appui des unités de la gendarmerie. Ces missions s'excercent plus principalement sur les axes routiers et autoroutiers dans les parties de territoire où la gendarmerie a en charge la sécurité publique (Zone Gendarmerie Nationale (ZGN)) mais aussi hors de ceux-ci pour des missions d'information et de relation publiques, en soutien en opérations d'unités de gendarmerie et pour les missions militaires qui leur sont dévolues : escortes de convois et autorités militaires, contrôle de la circulation militaire, jalonnements des itinéraires (en complément ou à la place des unités de l'Arme du Train). Les personnels des EDSR peuvent partir à l'étranger pour des missions civiles comme militaires ayant pour thème leurs compétences en matière de sécurité routière. En temps de guerre sur le territoire, les EDSR ont en charge la circulation routière de défense. A noter que les EDSR ont, avec la gendarmerie mobile, la charge des escortes de convois dans le domaine nucléaire, civil comme militaire.

Article détaillé : Sécurité routière en France.

Organisation[modifier | modifier le code]

Citroën C4 d'un peloton motorisé alsacien sur une aire d'autoroute.

L'EDSR est composé d'un groupe de commandement et d'unités spécialisées aux compétences variant selon les caractéristiques du réseau routier :

  • brigades motorisées (BMo)
  • pelotons d'autoroute (PA)
  • pelotons motorisées (PMo)

Le groupe de commandement est implanté au chef-lieu du département. L'officier placé à sa tête dirige et coordonne les unités subordonnées. Il est également le conseiller technique du commandant de groupement de gendarmerie départementale.

Il existe 97 escadrons répartis sur l'ensemble du territoire français, dont 4 dans les territoires d'outre-mer.

En 2015, à la suite de la dissolution des brigades rapides d'intervention, leurs moyens et leurs personnels ont été transférés vers les pelotons d'autoroute et les pelotons motorisés pour former des équipes rapides d'intervention.

Pelotons motorisés[modifier | modifier le code]

Motocyclistes de la gendarmerie départementale lors des cérémonies militaires du 14 juillet 2010.

Les pelotons motorisés (PMo) assurent les missions de circulation et de sécurité routières sur le réseau routier et autoroutier du département dont la responsabilité est confiée à la gendarmerie. Elles exercent leur activité en priorité sur les axes les plus importants ainsi que sur le réseau secondaire. Leurs modalités d'intervention sont variées : surveillance du trafic, police de la circulation et des transports, escortes et pilotages, éducation des jeunes, information des usagers de la route, etc. Les PMo sont composés de motocyclistes, mais également de militaires non motocyclistes et de gendarmes adjoints volontaires.

Brigades motorisées[modifier | modifier le code]

Les brigades motorisées (BMo) assurent les mêmes missions que les PMo sur le réseau routier du département dont la responsabilité est confiée à la gendarmerie. Ils sont composés uniquement de motocyclistes contrairement aux PMo.

Pelotons d'autoroute[modifier | modifier le code]

Les pelotons d'autoroute (PA) sont des unités prioritairement dédiées à l'exécution des missions de police sur les axes autoroutiers. Leur compétence territoriale peut s'étendre sur le ruban autoroutier qu'ils surveillent, au-delà des limites de leur département. Leurs moyens sont adaptés de façon à disposer d'une capacité permanente d'intervention en toute sécurité sur l'autoroute.

Équipes rapides d'intervention[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Brigade rapide d'intervention.
Mégane III RS, actuel VRI de la Gendarmerie Nationale

Issues des brigades rapides d'intervention, les équipes rapides d'intervention (ERI) complètent et renforcent la surveillance exercée sur le réseau autoroutier. Leur action est orientée vers la recherche d'infractions difficiles à relever autrement que dans le flot de circulation : interception de véhicules se déplaçant à des vitesses très élevées, changement irrégulier de file, non-respect des distances de sécurité, etc. Elles disposent de voitures rapides d'intervention (VRI) pilotées par des personnels chevronnés qui suivent des stages réguliers. Les VRI peuvent opérer en liaison avec les hélicoptères de la gendarmerie.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant 1999, les unités spécialisées dans la sécurité routière étaient soit des pelotons motorisés soit des unités d'autoroute. Chacune se partageaient respectivement le réseau routier et le réseau autoroutier.

Pelotons motorisés[modifier | modifier le code]

Spécialisés dans la mission de sécurité routière sur le réseau routier du département, les pelotons motorisés (PMo) évoluaient au sein des groupements de gendarmerie départementale (département). En fonction des infrastructures routières, les pelotons motorisés étaient soit groupés en une seule et même unité installé au chef-lieu du département, soit divisés en plusieurs brigades motorisées (BMo).

Unités d'autoroute[modifier | modifier le code]

L'organisation des unités d'autoroute était définit par la circulaire du 7 février 1967[2]. Dédiées à l'exécution des missions de police sur les axes autoroutiers, les unités d'autoroute s'organisaient en fonction des sociétés concessionnaires :

Citroën SM ayant servi dans les brigades rapides d'intervention.
  • Groupements d'autoroute : correspondent au niveau des directions d'exploitations.
  • Escadrons d'autoroute : correspondent au niveau des directions régionales.
  • Pelotons autoroute : correspondent au niveau des districts autoroutiers.

Les escadrons d’autoroute regroupent plusieurs pelotons mais également une brigade rapide d'intervention.

Comme pour les BMo de la gendarmerie départementale, des Brigades Motorisées Autoroutières (BMA) existent au sein des escadrons d'autoroute. En 2011, ces unités disparaîtront totalement au profit des PMo et des BMo.

La chaîne de commandement spécifique aux unités d'autoroute étant calqué au réseau autoroutier et non aux divisions administratives traditionnelles, il est alors décidé que toutes les unités de gendarmerie spécialisées dans la police sur la route (sur l'autoroute et hors de l'autoroute) d'un même groupement (département) soient réunies sous l'autorité d'un seul officier : le commandant de l'Escadron départemental de sécurité routière (EDSR).

En 1999, les escadrons d'autoroute disparaissent aux profit des EDSR.

Véhicules[modifier | modifier le code]

Véhicules rapides d'intervention[modifier | modifier le code]

Le véhicule rapide d'intervention (VRI) est le matériel équipant uniquement les équipes rapides d'intervention (ERI). Un véhicule rapide d'intervention est armé par deux militaires, dont un pilote possédant la qualification de pilote VRI. L'équipier-passager l'assiste en prenant à son compte les tâches contribuant au succès de la mission : liaison radio, navigation, manipulation du cinémomètre, observation, activation du panneau à message variable, gestes d'interception[3].

Écusson de pilote de Véhicule Rapide d'Intervention (VRI) des Équipes Rapides d'Intervention (ERI, ex-BRI).

Depuis la création des BRI en 1963, puis des ERI en 2015, la Gendarmerie nationale a connu différents véhicules rapides d'intervention.

Période Véhicule Puissance Vitesse max (km/h) 0 à 100 km/h
1966 – 1970 Drapeau de la France Matra Djet 94 cv 195 km/h
1967 – 1974 Drapeau de la France Alpine A110 110 cv 215 km/h
1968 – 1979 Drapeau de la France Citroën DS 150 cv 200 km/h
1973 – 1979 Drapeau de la France Citroën SM 170 cv 220 km/h
1974 – 1984 Drapeau de la France Alpine A310 125 cv 205 km/h
1984 – 1987 Drapeau de la France Renault 18 Turbo 125 cv 220 km/h
1987 – 1992 Drapeau de la France Citroën CX GTi 136 cv 210 km/h
1992 – 1995 Drapeau de la France Renault 21 2L Turbo 175 cv 227 km/h
1995 – 1998 Drapeau de la France Peugeot 405 T16 220 cv 230 km/h 7,1s
1998 – 2001 Drapeau de la France Peugeot 306 S16 167 cv 220 km/h 7.3s
2001 –2006 Drapeau de la France Renault Mégane coupé 140 cv 210 km/h 8,6s
2006 – 2011 Drapeau du Japon Subaru Impreza WRX 225 cv 250 km/h 6,6s
Depuis 2011 Drapeau de la France Renault Mégane III RS 265 cv 250 km/h 5,9s

Motocyclettes[modifier | modifier le code]

Les motocyclettes équipent l'ensemble des unités d'un EDSR : PA, PMo et BMo. Seuls les gendarmes ayant effectué le stage de formation des gendarmes motocycliste au centre national de formation à la sécurité routière (CNFSR) de Fontainebleau sont habilités à piloter les motocyclettes.

Yamaha TDM 900 de la Gendarmerie nationale

Depuis la création des EDSR, en 1999, de nombreux modèles ont vu le jour au sein des unités motocyclistes de la gendarmerie départementale.

Mis en service Véhicule Puissance Vitesse max (km/h)
1992 Drapeau de l'Allemagne BMW K 75 RT 75 cv 190 km/h
2000 Drapeau de l'Allemagne BMW R 1100 RT 95 cv 195 km/h
2001 Drapeau de l'Allemagne BMW R 1150 RT
2005 Drapeau du Japon Yamaha FJR 1300 100 cv 260 km/h
2012 Drapeau du Japon Yamaha TDM 900 86 cv
2013 Drapeau de l'Allemagne BMW R 1200 RT 110 cv 208 km/h

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Escadron départemental de sécurité routière (EDSR) », sur Gendarmerie nationale (consulté le 9 mai 2016)
  2. La gendarmerie, secrets d'un corps - François Dieu
  3. « Nouveau véhicule rapide d'intervention pour la gendarmerie nationale », sur Ministère de l'intérieur (consulté le 10 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]