Gendarmerie de l'Armement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gendarmerie de l'Armement
image illustrative de l’article Gendarmerie de l'Armement

Création 1973
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Ministère des Armées
Branche Gendarmerie nationale
Type Formation spécialisée
Rôle Police militaire
Effectif 296 personnels (en 2 014[1])
Fait partie de Direction générale de l'Armement (DGA)
Composée de 2 compagnies
Garnison Arcueil
Surnom GArm

La gendarmerie de l'Armement fait partie intégrante de la Gendarmerie nationale française.

Elle est créée en 1973[2].

Formation spécialisée d'environ 280 personnes, commandée par un colonel, elle relève directement du directeur général de la Gendarmerie nationale, mais dans le cadre de ses missions particulières, elle est rattachée à la direction générale de l'Armement (DGA). Elle remplit les missions traditionnelles de la Gendarmerie — police judiciaire, administrative et militaire — et accomplit des missions spécifiques de police intérieure, de protection et de sécurité dans les lieux et établissements relevant de la DGA[3]. La gendarmerie de l'Armement est compétente à l'égard de toute personne, civile ou militaire, se trouvant à quelque titre que ce soit dans ces lieux et établissements.

Le commandant de la gendarmerie de l'Armement dispose d'un état-major, d'une section de recherche et d'un groupe de protection.

Le groupe de protection est une unité de protection rapprochée assurant la sécurité du délégué général de l'armement (n°2 de la défense) ainsi que des délégations étrangères issues de la défense.

La gendarmerie de l'Armement est articulée en deux compagnies — l'une située à Arcueil, l'autre à Saint-Médard-en-Jalles — comportant au total treize brigades.

Notes et références[modifier | modifier le code]