Ercé-en-Lamée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ercé-en-Lamée
L'église Saint-Jean-Baptiste.
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Bain-de-Bretagne
Intercommunalité Bretagne porte de Loire Communauté
Maire
Mandat
Patrick Derval
2014-2020
Code postal 35620
Code commune 35106
Démographie
Gentilé Ercéen
Population
municipale
1 511 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 51″ nord, 1° 33′ 28″ ouest
Altitude 80 m (min. : 23 m) (max. : 107 m)
Superficie 39,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Ercé-en-Lamée

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Ercé-en-Lamée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ercé-en-Lamée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ercé-en-Lamée
Liens
Site web www.erce-en-lamee.fr

Ercé-en-Lamée est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Semnon.

Économie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité est attestée sous sa forme latine Hertiacum dès 1123 [1], puis sous les formes Erceio en 1145, Erceyum en 1161, Erceium de Deserto en 1257, Erceium in Media en 1516[2].

Lamée : « Pays de la Mée » (« pays mitoyen », limité au nord par le Semnon, à l'est par l'Erdre, au sud par la Loire et à l'ouest par la Vilaine)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La population de la commune était, paraît-il, favorable aux changements apportés par la Révolution française, surtout après la fin de la Terreur. La principale fête révolutionnaire est celle célébrant l’anniversaire de l’exécution de Louis XVI, accompagnée d’un serment de haine à la royauté et à l’anarchie, fêtée à partir de 1795[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Patrick Derval DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 511 habitants, en augmentation de 8,32 % par rapport à 2009 (Ille-et-Vilaine : 5,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 860 2 610 2 707 3 166 3 188 3 052 3 040 3 162 3 264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 184 3 279 3 489 3 442 3 517 2 231 2 421 2 527 2 616
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 516 2 513 2 506 2 323 2 225 1 990 1 850 1 814 1 762
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 668 1 542 1 356 1 253 1 145 1 156 1 318 1 479 1 511
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t.LXI, 1984, p. 34.
  2. a et b « Etymologie et Histoire de Ercé-en-Lamée », infobretagne
  3. Louis Dubreuil, « Fêtes révolutionnaires en Ille-et-Vilaine », in Annales de Bretagne, volume 21, tome 4, 1905, p. 398-399
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Louis Diard, La flore d'Ille-et-Vilaine, Atlas floristique de Bretagne, Rennes, Siloë, 2005, p. 64.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Rinfray, Ercé-en-Lamée, étude démographique : 1670-1769, Rennes, 1985, (Archives d'I&V - Mémoire 2 J 993).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]