Ligne de Châteaubriant à Ploërmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Châteaubriant à Ploërmel
Image illustrative de l'article Ligne de Châteaubriant à Ploërmel
Le pont sur la Vilaine entre Messac et Guipry, vers 1900.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Châteaubriant, Ruffigné, Rougé, Ercé-en-Lamée, Teillay, Bain-de-Bretagne, Messac, Guipry, Pipriac, Lohéac, Maure-de-Bretagne, Les Brulais, Guer, Porcaro, Augan, Ploërmel
Historique
Mise en service 1896 – 1903
Fermeture 1938 – 2000
Concessionnaires Ouest (1882 – 1908)
État (1909 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2000)
Déclassée (à partir de 2000)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 463 000
Longueur 94 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Pente maximale 15
Nombre de voies Anciennement à voie unique
Trafic
Exploitant(s) fermée

La ligne de Châteaubriant à Ploërmel est une ligne ferroviaire française à écartement standard non électrifiée, fermée et disparue, qui reliait la gare de Châteaubriant en Loire-Atlantique à celle de Ploërmel dans le Morbihan. Elle constituait la ligne 463000 du réseau ferré national.

Tracé[modifier | modifier le code]

La ligne est constituée de deux sections, de la gare de Châteaubriant à la gare de Messac sur la ligne de Rennes à Redon et de Messac à la gare de Ploërmel via la gare de Guer qui desservait le camp militaire de Coëtquidan.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne de Châteaubriant à Ploërmel, par ou près Bain et Messac, est inscrite sous le numéro 66 dans la loi Freycinet du 17 juillet 1879[1]. La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le 20 avril 1882[2],[3]. Elle est concédée à titre définitif par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 17 juillet 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[4]. La compagnie des chemins de fer de l'Ouest concessionnaire la met en service le 9 août 1896. La mise en service de la section de Messac à Ploërmel permet l'ouverture de la totalité de la ligne le 5 avril 1903.

La fermeture du service voyageurs, sur la section de Châteaubriant à Messac, intervient le 2 octobre 1938, et le 6 mars 1939 pour la section de Messac à Ploërmel.

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • De La Thébaudais (garage) à Messac (PK 373,300 à 395,170), le 12 novembre 1954[5].
  • De Guer à Ploërmel (PK 426,500 à 448,900), le 19 octobre 1967[6].
  • De Rougé à La Thébaudais (garage) (PK 371,350 à 373,300), le 29 octobre 1970[7].
  • De Messac à Guer (PK 398,730 à 426,500), le 9 décembre 1992[8].
  • De Chateaubriant à Rougé (PK 356,280 à 371,350), le 18 juillet 2000[9].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Emprise et voie[modifier | modifier le code]

La voie est déferrée sur la totalité de son tracé, certains tronçons ont été aménagés en voie verte. Le principal ouvrage d'art est le pont[10] sur la Vilaine.

Gares et haltes[modifier | modifier le code]

  • Gare de Châteaubriant
  • Gare de Ruffigné
  • Gare de Rougé
  • Halte de La Thébaudais
  • Gare d'Ercé - Teillay[11]
  • Halte de La Robinais
  • Gare de Bain-de-Bretagne[12]
  • Gare de Messac
  • Halte de Guipry
  • Gare de Pipriac - Lohéac
  • Gare de Maure-de-Bretagne
  • Halte de Les Brulais[13]
  • Gare de Guer, est devenue l'office du tourisme[14], le château d'eau est conservé, il supporte la sirène des pompiers.
  • Halte de Porcaro, (conservée, habitation privée)
  • Gare d'Augan, (conservée, habitation privée)
  • Gare de Ploërmel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  2. « N° 11900 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement du chemin de fer de Châteaubriant à Ploërmel : 20 avril 1882 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 24, no 699,‎ , p. 810 - 811 (lire en ligne).
  3. Revue générale des chemins de fer, volume 5, Dunod, 1882 p. 399 extrait
  4. « N° 14218 - Loi qui approuve la convention passée, le 17 juillet 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 359 - 367 (lire en ligne).
  5. Journal Officiel de la République française du 12 novembre 1954, p. 10 676.
  6. Journal Officiel de la République française du 5 novembre 1967, p. 10 878 .
  7. Journal Officiel de la République française du 18 novembre 1970, p. 10 609.
  8. Journal Officiel de la République Française du 11 décembre 1992, p. page 16 900.
  9. Journal Officiel de la République française du 26 juillet 2000, p. 11 501.
  10. Site patrimoine.region.bretagne.fr, Bretagne - Ille-et-Vilaine - Guipry : Port (le) - Pont de chemin de fer lire (consulté le 13 juin 2011).
  11. Site topic-topos.com, Ancienne gare, Teillay lire (consulté le 13 juin 2011).
  12. Site topic-topos.com, Abri à voyageurs, Bain de Bretagne lire (consulté le 13 juin 2011).
  13. Site patrimoine.région-bretagne.fr, Halte des Brûlais (la) lire (consulté le 13 juin 2011).
  14. Site brocéliande.guer-coetquidan-tourisme.com, La voie verte lire (consulté le 13 juin 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]