Effets secondaires (film, 2013)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Side Effects et Effet secondaire.
Effets secondaires
Titre original Side Effects
Réalisation Steven Soderbergh
Scénario Scott Z. Burns
Acteurs principaux
Sociétés de production 1984 Private Defense Contractors
Di Bonaventura Pictures
Endgame Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller psychologique
Durée 106 minutes
Sortie 2013

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Effets secondaires (Side Effects) est un film américain réalisé par Steven Soderbergh et sorti en 2013. Ce thriller psychologique est centré sur la psychopharmacologie.

Le film est sélectionné en compétition pour l'Ours d'or du meilleur film lors du 63e festival de Berlin.

Résumé[modifier | modifier le code]

Mise en place des éléments de l'intrigue[modifier | modifier le code]

Martin Taylor retrouve sa femme Emily après avoir purgé une peine de quatre ans de prison pour délit d'initié. Peu de temps après, Emily fait une tentative de suicide.

Elle consulte alors le psychiatre Jonathan Banks, qui lui prescrit des médicaments de type ISRS pour tenter de soigner sa dépression.

Les médicaments semblant sans effet bénéfique sur la maladie, Banks lui prescrit de l'Ablixa, une nouvelle molécule psychotrope — sur laquelle il est chargé par le laboratoire pharmaceutique de mener une étude clinique —, qui semble agir parfaitement sur les troubles d'Emily qui tombe dès lors dans la phase d'hyperactivité de son trouble bipolaire, accompagné d'épisodes de somnambulisme et d'absences.

Le drame et ses suites judiciaires[modifier | modifier le code]

Dans l'un de ses accès de somnambulisme Emily poignarde à mort son époux.

Découvrant le corps et appelant les secours, elle est interpellée par la police de New York qui la soupçonne de meurtre. Ses avocats, aidés de Banks qui s'entretient avec le précédent médecin-psychiatre traitant d'Emily, la Dr Victoria Siebert, suspectent que la molécule est responsable de l'état d'Emily et qu'elle ne peut être condamnée pour meurtre en raison de son trouble mental au moment des faits.

Cependant, la presse qui s'empare de l'affaire, entache petit à petit la réputation de médecin de Jonathan Banks rendu responsable de la poursuite d'un traitement dangereux sur sa patiente. Il se voit lâché par son entourage professionnel et sa nouvelle compagne. Emily est internée dans une institution psychiatrique mais bénéficie d'un non-lieu pour l'inculpation d'homicide volontaire.

Entraîné dans une spirale qui prend toutes les apparences d'un délire paranoïaque, associé à une pseudo-théorie du complot, Jonathan Banks perd pied. Il ne sait comment interpréter une série d'éléments troublants et d'indices qui lui font penser qu'Emily a inventé toute l'histoire.

Poursuivant son enquête, il découvre que le docteur Siebert lui a menti sur certains faits et connaissait les effets secondaires de l'Ablixa pour avoir publié à leur propos. Il constate également d'étranges variations des cours des actions des entreprises pharmaceutiques à la suite du scandale.

Dénouement et révélations finales[modifier | modifier le code]

Les coïncidences deviennent si fortes que Jonathan décide de soumettre sa patiente à un pseudo-test de vérité, étant toujours son psychiatre traitant. Emily confirme son récit mais, vaseuse, s'endort à la fin de l'interrogatoire, sous les effets secondaires annoncés de la drogue employée. Jonathan Banks ne lui a pourtant injecté que du sérum physiologique

Convaincu dès lors du complot mis en place par Emily et le Dr Siebert, il ourdit à son tour une machination en réussissant à faire croire à la jeune femme que le docteur Siebert la double pour profiter financièrement de la situation avec lui. Emily se confie et lui avoue les dessous de sa relation amoureuse avec Victoria Siebert, du plan pour éliminer son mari, jouer à la victime d'une erreur médicale, et engranger des bénéfices sur des ventes opportunes d'actions. Banks et elle font tomber Victoria Siebert et, jouant sur tous les tableaux, il réussit également à faire interner sa patiente qui l'avait abusé.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF) sur AlloDoublage[5] et RS Doublage[6] ; Version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[7]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Scott Z. Burns développe son scénario 10 ans environ avant la sortie du film, alors qu'il est l'un des scénaristes de la série télévisée médicale Wonderland. Il veut alors écrire un thriller atypique. Il rencontre alors Sasha Bardey, à cette époque directeur-adjoint du service psychiatrique d'un hôpital que le scénariste visite. Scott Z. Burns envisage initialement de le mettre lui-même en scène, avant que le poste de réalisateur revienne à Steven Soderbergh. Les deux hommes avaient déjà collaboré pour The Informant! (2009) et Contagion (2011)[8].

Pour l'ambiance new-yorkaise, Steven Soderbergh s'est fortement inspiré de films comme Liaison fatale (Adrian Lyne, 1987) et Klute (Alan J. Pakula, 1971), bien que leurs sujets soient très différents. Il se base par ailleurs sur un court métrage de 4 minutes, Side Effects May Include, écrit et réalisé en 2008 par Shad Clark[8].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Blake Lively a d'abord été évoquée pour le rôle principal d'Emily Taylor[9], tout comme Emily Blunt, Amanda Seyfried, Michelle Williams[8]. Le rôle a finalement été attribué à Rooney Mara[10].

Comme à son habitude, Steven Soderbergh s'entoure d'acteurs et actrices avec lesquels il a déjà travaillé : Jude Law (Contagion), Channing Tatum (Piégée et Magic Mike) ou encore Catherine Zeta-Jones (Traffic et Ocean's Twelve).

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté en avril 2012, à New York[11]. Il se déroule notamment à Manhattan (Chelsea, Conservatory Garden, Park Avenue, High Line) et dans le Queens (Kew Gardens, Flushing). Le réalisateur Steven Soderbergh a voulu privilégier des décors naturels pour accroitre le réalisme de son film : « J'ai décidé que l'important, c'était que les lieux semblent naturels dans le film. Il n'y a pas de montage. Je ne vais pas là où l'un de mes personnages n'a pas été. » Quelques scènes ont ainsi tournées dans un centre psychiatrique encore en activité, le Manhattan Psychiatric Center (en), au milieu de véritables patients[8]. Le reste du tournage s'est déroulé dans l'État de New York : la prison pour femmes Taconic Correctional Facility (en) de Bedford Hills, à Yonkers, Tarrytown, Oyster Bay ou encore dans le comté de Broome[12].

Musique[modifier | modifier le code]

Side Effects
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de Thomas Newman
Sortie
Genre musique de film
Label Varèse Sarabande

La bande originale est composée par Thomas Newman, qui a déjà travaillé avec Steven Soderbergh sur Erin Brockovich, seule contre tous et The Good German. L'album est publié par Varese Sarabande le .

Liste des titres[13]
No Titre Durée
1. Acute Parasomnia 0:41
2. Very Sick Girl (Main Title) 2:25
3. Houston Free Meds 2:22
4. Relativity 1:22
5. Past Behaviour 1:28
6. Another Acquittal 3:27
7. Knife 1:20
8. Hopelessness 1:22
9. Allison Finn 2:27
10. Dark & Stormy 1:10
11. Poisonous Fog 2:29
12. Salt Water 2:00
13. Conduct Review 2:09
14. Double Jeopardy 0:46
15. Malingering 5:42
16. St. Luke's 1:23
17. Take Back Tomorrow (End Title) 2:21
18. The Forgotten People (interprété par Thievery Corporation) 3:12
77:55

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques plutôt positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il obtient 83% d'opinions favorables, pour une note moyenne de 7,3/10 et 201 critiques[14]. Sur Metacritic, il décroche une moyenne de 75/100 pour 39 critiques[15].

En France, les critiques sont également plutôt positives. Le site Allociné propose une note moyenne de 3,6/5, pour 27 titres de presse recensés[16].

Box-office[modifier | modifier le code]

Effets secondaires rencontre un succès commercial correct lors de sa sortie en salles. Tourné avec un budget de 30 millions de dollars, il totalise 63 372 757 $ de recettes mondiales, dont 32 172 757 $ rien qu'aux États-Unis et au Canada[17].

Pour autant, il s'agit d'une contre-performance au box-office pour Effets secondaires par rapport au précédent film de Steven Soderbergh, Magic Mike sorti en juin 2012 qui, tourné avec un budget de sept millions de dollars, avait cumulé 167 221 571 $ de recettes mondiales[18].

En France, le film totalise 485 823 entrées[19], étant — avec le Royaume-Uni — l'un des deux pays étrangers où le long-métrage à le mieux marché en salles[17], permettant à Steven Soderbergh de faire oublier les échecs commerciaux de Piégée (161 222 entrées[20]) et Magic Mike (285 400 entrées[21]) sur le territoire français.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  2. Steven Soderbergh est toujours crédité en tant que Peter Andrews pour la photographie et Mary Ann Bernard pour le montage de ses films. Ce sont les noms de ses parents.
  3. Visa d'exploitation no 136238 sur Centre National du Cinéma
  4. Side Effects sur BBFC
  5. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 7 mars 2013
  6. « Deuxième fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, consulté le 4 septembre 2013
  7. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 20 mars 2013
  8. a, b, c et d Secrets de tournage - Allociné
  9. (en)Oliver Lyttelton, « Exclusive: Blake Lively, Jude Law & Channing Tatum Will Lead Steven Soderbergh's 'The Side Effects' », indieWire, (consulté le 29 janvier 2012)
  10. A.S., « Rooney Mara remplace Blake Lively dans le nouveau Soderbergh », Elle, (consulté le 4 février 2012)
  11. (en) Bitter Pill, starring Channing Tatum and Jude Law, filming underway in NYC! - OnLocationVacations
  12. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  13. (en) « Side Effects (Original Motion Picture Soundtrack) », sur Discogs.com (consulté le 4 juin 2017)
  14. (en) « Side Effects review », sur Rotten Tomatoes (consulté le 4 juin 2017)
  15. (en) « Side Effects review », sur Metacritic (consulté le 4 juin 2017)
  16. « Effets_secondaires - critiques presse », sur Allociné (consulté le 4 juin 2017)
  17. a et b (en) « Side Effects », sur Box Office Mojo (consulté le 15 août 2015).
  18. (en) « Magic Mike », sur Box Office Mojo (consulté le 20 mai 2013).
  19. « Effets Secondaires », sur Jp's Box-office (consulté le 20 mai 2013).
  20. « Piégée », sur Jp's Box-office (consulté le 20 mai 2013).
  21. « Magic Mik », sur Jp's Box-office (consulté le 20 mai 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]