Che, 2e partie : Guerilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guérilla (homonymie).
Che, 2e partie : Guerilla
Description de cette image, également commentée ci-après

Le célèbre portrait Guerrillero Heroico du Che, pris en 1960 par Alberto Korda

Titre original Che: Part Two
Réalisation Steven Soderbergh
Scénario Peter Buchman
Benjamin A. van der Veen
Acteurs principaux
Sociétés de production Estudios Picasso
Morena Films
Telecinco
Laura Bickford Productions
Section Eight
Wild Bunch
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Film biographique
Durée 135 minutes
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Che, 2e partie : Guerilla (Che: Part Two) est un film franco-américano-espagnol réalisé par Steven Soderbergh, sorti en 2008.

C'est la deuxième partie du diptyque Che, débuté avec Che, 1re partie : L'Argentin et racontant une tranche de la vie de Che Guevara. Benicio del Toro, qui interprète le rôle principal, a obtenu le Prix d'interprétation masculine lors du 61e festival de Cannes.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la suite de la révolution cubaine, Che Guevara est en pleine gloire. En 1964, il se rend à New York pour s'adresser de manière enflammée aux Nations unies, pour affirmer son combat pour le tiers-monde face à la toute-puissance américaine. Il devient ainsi une figure célèbre de la scène internationale. Mais il disparait soudainement. Personne ne sait où il se trouve. De nombreuses rumeurs de sa mort circulent. Mais il réapparait méconnaissable en Bolivie, où il prépare secrètement la Révolution latino-américaine avec ses camarades cubains et quelques Boliviens. Cette campagne montre toute sa détermination et son abnégation. Elle explique en partie le symbole et le héros populaire qu'est resté au fil du temps le « Che ». L'échec de cette révolution marquera sa mort..

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

L'équipe du film au festival de Cannes 2008

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Alors que la première partie était basé sur Souvenirs de la guerre révolutionnaire, ce second film est adapté du Journal de Bolivie, autre œuvre littéraire d'Ernesto Guevara.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Steven Soderbergh et Benicio del Toro s'étaient déjà croisé en 2001 dans Traffic pour lequel ils avaient reçu respectivement les Oscars du meilleur réalisateur et du meilleur acteur dans un second rôle.

Matt Damon apparaît brièvement dans cette deuxième partie. Il tient le rôle M. Schwartz, un prêtre allemand représentant les intérêts américains en Bolivie. Matt Damon est déjà apparu dans d'autres films du réalisateur : Ocean's Eleven (2001), Ocean's Twelve (2004), Ocean's Thirteen (2007), The Informant! (2009).

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné principalement en Espagne (Huelva, Los Navalucillos, ...) et quelques scènes à La Paz en Bolivie[3].

Steven Soderbergh a voulu dès le début du projet tourner le film entièrement avec la lumière naturelle. Il a utilisé pour cela la caméra RED, un tout nouveau prototype de caméra numérique haute performance. Grâce à sa légèreté (4,5 kg), la caméra a pu être très facilement maniée et a offert de grande liberté à l'équipe. Alors que la première partie est filmée en CinemaScope (soit un ratio de 2,35:1), la 2e partie est tournée en panoramique (1,85:1). Soderbergh explique ce choix car il voulait que la première partie montre une grande victoire, plus épique, avec une image plus large, alors qu'il souhaitait que la deuxième partie ait un aspect plus documentaire, moins raffiné, etc.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film a été présenté en intégralité, soit 4h15, au festival de Cannes le .
  • Lorsque Benicio del Toro a obtenu le Prix d'interprétation masculine à Cannes, il a salué la mémoire de Che Guevara et l'a fait applaudir par le public.
  • Le passage du Che au Congo est absent dans la chronologie du film biographique. En effet, le budget était déjà très limité pour la production des deux films et ne permettait pas de traiter la révolution que Guevara a tenté de mener au Congo belge, avant d'aller en Bolivie. Steven Soderbergh a cependant déclaré qu'en cas de succès du diptyque (« au moins 100 millions de dollars de recettes »), il pourrait réaliser un troisième volet[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le directeur de la photographie du film s'appelle Peter Andrews. il s'agit en fait de Steven Soderbergh lui-même, qui a souvent recours à ce pseudonyme dans ses génériques.
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  4. Secrets de tournage - AlloCiné