The Informant!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Informant.
The Informant!
Description de cette image, également commentée ci-après

Mark Whitacre en 2008

Titre québécois L'infiltré!
Titre original The Informant!
Réalisation Steven Soderbergh
Scénario Scott Z. Burns
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Participant Media
Groundswell Productions
Section Eight
Jaffe / Braunstein Enterprise
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 108 minutes
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The Informant! ou L'infiltré! au Québec est un film américain réalisé par Steven Soderbergh, sorti en 2009. C'est l'adaptation du livre du même nom publié en l'an 2000 par le journaliste américain Kurt Eichenwald (en). Ce dernier avait enquêté sur la société agroalimentaire Archer Daniels Midland.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1992 à Decatur, Mark Whitacre, président de la division BioProducts au sein de la grande société agroalimentaire, Archer Daniels Midland, découvre des malversations financières au sein de son entreprise. Il va alors se « confesser » à un agent du FBI, notamment à propos d'une entente sur les prix de la lysine. Mark va alors devenir une « taupe », tout en tentant de protéger certains de ses propres intérêts.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Producteurs délégués : George Clooney, Michael London et Jeff Skoll
Coproducteur : Michael Polaire
Drapeau de l'Italie Italie : (Mostra de Venise 2009)
Drapeau de la France France : (Festival du cinéma américain de Deauville)
Drapeau du Canada Canada, Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau de la France France :

Distribution[modifier | modifier le code]

Matt Damon et Steven Soderbergh en 2009
Source et légende : version française (VF) sur Voxofilm[4]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le film est basé sur le livre de non-fiction The Informant (en) de Kurt Eichenwald (en), un ancien journaliste du New York Times, qui s'est lui-même inspiré de faits réels. Le réalisateur Steven Soderbergh a exprimé son souhait d'adapter The Informant dès la fin du tournage d'Ocean's Eleven en 2002.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Pour endosser le rôle de Mark Whitacre, Matt Damon a pris plus d'une dizaine de kilos. Steven Soderbergh explique ce choix : « Matt est crédible en toute occasion. Il a un côté “jeune homme propre sur lui” qui ne s'imite pas. C'était déterminant, car il fallait que le spectateur croie en Mark du début à la fin, surtout lorsqu'il affirme “C'est ça, je vous ai tout dit”. Matt, avec son charme juvénile et son inaltérable optimisme, y parvient à chaque fois. Connaissant son courage, je savais qu'il assumerait toutes les facettes de Whitacre, y compris les moins glorieuses, et qu'il se fondrait sans réticence dans le look du personnage[5]. »

Eddie Jemison, qui incarne Kirk Schmidt, avait déjà été dirigé par Steven Soderbergh : dans Schizopolis (1996) puis dans Ocean's Eleven (2001), Ocean's Twelve (2004) et Ocean's Thirteen (2007) où il tenait le rôle de Livingston Dell. Quant à Matt Damon, il a déjà tourné avec Soderbergh dans la Trilogie Ocean et dans Che, 2e partie : Guerilla (2008).

Voulant conserver une ambiance de comédie, le réalisateur Steven Soderbergh a demandé à sa directrice de casting Carmen Cuba d'engager plusieurs comiques du stand-up, comme Tom Papa (en), Thomas F. Wilson, Rick Overton, Tony Hale, Patton Oswalt, Paul F. Tompkins (en) ou encore les Smothers Brothers. Le producteur Gregory Jacobs raconte : « Steven s'est dit que l'histoire était tellement insensée et ses péripéties si délirantes qu'il serait bon d'engager des comiques, qui joueraient cela sans y mettre le moindre effet, mais en imprimant aux personnages leur propre marque[5] ».

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté en mai 2008 à Decatur dans l'Illinois. Certaines scènes ont été tournées dans le manoir de Mark Whitacre, l'informateur du FBI, à Moweaqua (en), à quelques kilomètres de Decatur. Certains extérieurs ont été tournés à Mesa dans l'Arizona[6]. La plupart des lieux réels de l'hitoire ont été utilisé. Le producteur Gregory Jacobs a été surpris de l'accueil réservé à l'équipe : « C'est encore une cité industrielle dont le destin est étroitement lié à cette société. N'allions-nous pas donner une mauvaise image de la ville ? On pouvait craindre certains malentendus. Mais tout le monde - les actuels dirigeants d'ADM inclus - a compris que nous parlions d'une époque révolue, et que nous ne visions ni l'ADM actuelle ni le Decatur d'aujourd'hui. De fait, la ville s'est montrée extrêmement accueillante[5] ».

Musique[modifier | modifier le code]

The Informant!
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de Marvin Hamlisch
Sortie 2009
Durée 36:16
Genre musique de film
Label New Line Records
Critique

La musique du film est composée par Marvin Hamlisch, qui signe ici sa dernière composition pour le cinéma avant son décès en 2012. Le réalisateur Steven Soderbergh a souhaité collaboré avec lui après avoir revu Bananas (1971) de Woody Allen[5].

Liste des titres
  1. The Informant
  2. Meet Mark
  3. Car Meeting
  4. The Raid
  5. Multi-Tasking
  6. Polygraph
  7. Boxes
  8. After Car
  9. Trust Me (instrumental)
  10. Sellout
  11. Triplets
  12. Golf
  13. Trust Me (feat. Steve Tyrell)
  14. The Informant (Solo Piano)

Sortie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le film reçoit des critiques plutôt positives[8]. Sur l'agrégateur Rotten Tomatoes, le film obtient 79% d'opinions favorables, pour une note moyenne de 6,810 pour 215 critiques[9]. Sur Metacritic, The Informant! décroche une moyenne de 66100 pour 37 critiques[8].

Le célèbre critique américain Roger Ebert donne au film une note de 4 étoiles sur 4 possibles, en écrivant notamment « The Informant! est fascinant dans sa façon de réveler deux niveaux d'évènements, par toujours visibles pour les autres personnages ou le public »[10]. Dans Rolling Stone, le film obtient une note 3,54 alors que le journaliste Peter Travers apprécie la tonalité comique du film[11]. Todd McCarthy de Variety souligne quant à lui la performance de Matt Damon, décrivant son personnage de Mark Whitacre comme « le petit frère farfelu d'Erin Brockovich », dont la vie a elle aussi été portée à l'écran par Steven Soderbergh dans Erin Brockovich, seule contre tous (2000)[12].

En France, les critiques sont aussi plutôt positives. Sur le site Allociné, qui compile 23 titres de presse, le film obtient une moyenne de 35[13]. Du côté des avis favorables, Pascal Mérigeau écrit notamment dans le Le Nouvel Observateur « c'est une comédie à l'ancienne, embrouillée à souhait, portée à bout de bras par un acteur carrément génial ». Dans Les Inrockuptibles, Jean-Marc Lalanne écrit quant à lui « à la fois misérable et grandiose, ce personnage d'affabulateur fascine ». Caroline Vié de 20 Minutes souligne la « complicité évidente du comédien et du réalisateur » qui « insuffle une atmosphère potache à un thriller destiné aux amateurs de divertissements sophistiqués »[13].

Certains journalistes français sont cependant beaucoup élogieux avec le film. Dans Le Parisien, Alain Grasset trouve l'intrigue « trop confuse » mais apprécie la performance de Matt Damon qu'il juge « remarquable », tout comme Danielle Attali du JDD qui ponte du doigts des « rebondissements artificiels et [un] rythme élastique » tout en pensant que Matt Damon est « curieux en antihéros ». François Forestier de Le Nouvel Observateur fustige quant à lui le film : « le gars est gras, le film est lent, l'enjeu sans intérêt, la réalisation peu inspirée, les dialogues répétitifs ». Vincent Malausa du site Chronic'art ironise « thriller-champagne a des vieux goûts de moisi ». Nicholas Elliott des Cahiers du cinéma écrit quant à lui « la révélation est tardive, comme la plupart des rebondissements, parachutés »[13].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 258 338 entrées[14]
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
33 316 821 $[2] [15] 13
Alt=Image de la Terre Mondial 41 771 168 $[2] - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter Andrews est un pseudonyme de Steven Soderbergh qu'il utilise quand il est directeur de la photographie d'un de ses films, en clin d’œil à son père.
  2. a, b et c (en) « The Informant! », sur Box Office Mojo (consulté le 11 juin 2017)
  3. (en) Dates de sortie - Internet Movie Database
  4. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm
  5. a, b, c et d « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 11 juin 2017).
  6. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  7. (en) [http://www.allmusic.com/album/mw0001331959 Marvin Hamlisch The Informant!] sur AllMusic
  8. a et b (en) « The Informant! (2009): Reviews », sur Metacritic (consulté le 11 juin 2017)
  9. (en) « The Informant! Movie Reviews, Pictures », sur Rotten Tomatoes (consulté le 11 juin 2017)
  10. (en) « The Informant! Review – Roger Ebert », sur Chicago Sun-Times, (consulté le 25 septembre 2009)
  11. Travers, Peter" (October 1, 2009), "Shhh! Top Secret". Rolling Stone. (1088):83
  12. (en) Todd McCarthy, « The Informant! », sur Variety,
  13. a, b et c « Critiques presse », sur Allociné (consulté le 11 juin 2017).
  14. « The Informant! », sur JP box-office.com (consulté le 11 juin 2017)
  15. (en) « The Informant! - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 11 juin 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]