Dubonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la vigne et le vin
Cet article est une ébauche concernant la vigne et le vin.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Publicité murale « Dubo Dubon Dubonnet » à La Teste-de-Buch (Gironde), en 2009.


Dubonnet est une marque de vermouth aromatisé essentiellement au quinquina, qui se décline en rouge et blanc. Elle a été créée par le chimiste français Joseph Dubonnet[1] (1818-1871).

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à Paris, en 1846, à côté de l'opéra Garnier, que Joseph Dubonnet élabore son vin de quinquina. Pour lutter contre le paludisme, il met au point ce médicament au goût amer, qu'il masque avec une décoction d'herbes et d'épices à forte saveur. Les soldats de la Légion étrangère l'utilisent dans un premier temps dans les marécages infestés de moustiques en Afrique du Nord[1]. Puis l'épouse de Joseph sert la première la potion en apéritif auprès de ses amis, et le bouche à oreille assure la popularité du Dubonnet.

Depuis 1976, la marque Dubonnet est la propriété du groupe Pernod Ricard[1] qui continue sa commercialisation.

Le dimanche 1er juin 2014, la publicité qui s'affichait encore sur un mur de la place Sainte-Anne à Rennes revit pour une soirée. Un son et lumières est projeté devant plusieurs centaines de nostalgiques de cette boisson. La destruction de la publicité est due à la construction de la ligne B du métro rennais[2].

Fin 2014, le Dubonnet élevé en foudres de chêne (16 % vol. - 100 cl) n'est plus disponible et ne semble plus commercialisé[3]. Le Dubonnet élevé en fûts de chêne (14.8 % vol. - 75cl) avec un goût de vin plus prononcé reste quant à lui toujours disponible.

Élaboration[modifier | modifier le code]

Le Dubonnet est élaboré à partir de moûts de raisin provenant de cépages de Grenache noir et de Carignan pour les rouges et de Muscat, Grenache blanc et Macabeu pour les blancs. Ces moûts sont mutés à l'alcool neutre à 96° pour empêcher toute fermentation et conserver ainsi les arômes de fruits. On obtient ainsi des mistelles rouges et des mistelles blanches qui composent Dubonnet. Les mistelles rouges, très colorées, donnent à Dubonnet ses arômes et son corps. Les mistelles blanches, très liquoreuses, donnent à Dubonnet sa rondeur et sa douceur.

Ces mistelles sont mélangées à des vins blancs (dits vins de base) sélectionnés pour leurs qualités (neutres, secs, peu acides) qui viennent enrichir l'assemblage. Ce dernier est élevé plus d'un an en foudre de chêne après unification par millésime (utilisation des vins d'une même année). À l'issue de ce vieillissement, le vin de base Dubonnet est prêt.

L'aromatisation de Dubonnet s'effectue par infusions naturelles et macération dans une partie du vin de base. Le concentré aromatique ainsi obtenu est ensuite ajouté à l'ensemble de ce vin de base. Le dosage des aromates et des plantes reste le secret de Dubonnet.

Publicité[modifier | modifier le code]

La marque « Quinquina Dubonnet » apparaît dès la fin du XIXe siècle dans des affiches publicitaires lithographiées par des artistes comme Jules Chéret ou Giuseppe Boano.

Dans les années 1930, elle est connue pour le slogan publicitaire élaboré par Cassandre pour sa promotion, « Dubo, Dubon, Dubonnet[1] », modèle de publicité simple et épurée.

Des années 1950 à 1970, les voyageurs du métro parisien voyaient défiler les affichettes rectangulaires de Dubonnet collées sur les parois des tunnels entre deux stations : des rectangles successifs portent les mentions « Dubo, Dubon, Dubonnet »[4].

Fernandel apparaît dans une publicité télévisée pour la marque destinée aux marchés britannique et américain en 1965[1].

Culture[modifier | modifier le code]

Le Dubonnet est la boisson consommée le plus couramment par les personnages du roman Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines de Jack Kerouac et William S. Burroughs (1945)[5].

Le titre du premier one-man-show de Franck Dubosc Du beau... Du bon... Dubosc! (1998) n'est pas sans rappeler le slogan publicitaire créé par Cassandre « Dubo... Dubon... Dubonnet ! »

Dans l'émission Secrets d'histoire sur Élisabeth II (diffusée le 29 mai 2012), Stéphane Bern détaille la composition du cocktail préféré de la reine du Royaume-Uni : un tiers de Dubonnet et deux tiers de gin.

Dans le film Une femme est une femme de Jean-Luc Godard, Angela et Alfred (Jean-Paul Belmondo) boivent du Dubonnet lors d'une discussion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Alexandre Debouté, « Dubo, Dubon, Dubonnet », Le Figaro économie, mardi 16 août 2011, page 26.
  2. Mur Dubonnet à Rennes. En vidéo : un dernier hommage en son et lumière, Ouest-France, 02/06/2014
  3. Web, http://www.granitbleu.com/catalog/dubonnet - consulté le 14 septembre 2014 - « Dubonnet - Grand Apéritif de France - Dubonnet est obtenu par macération d'aromates naturels dans des vins de cépages sélectionnés. Aromatisé par des plantes et des épices. Il se savoure nature et frais (8° à 10°), avec ou sans glace, en cocktail ou en long drink. (16 % vol - 100 cl) - Profitez-en, ce produit va disparaître à jamais ! »
  4. Voir sur loopy.vefblog.net.
  5. 2012, éd. Gallimard

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]