David Dellinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
David Dellinger
Image dans Infobox.
Portrait de David Dellinger lors de son arrestation en 1943 pour avoir refusé de servir dans l'armée.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
MontpelierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Syndicaliste, militant pour la paixVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinction
Prix pour la paix de la Ligue des résistants à la guerre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

David Dellinger () est l'un des militants pacifistes et non violents les plus influents du XXe siècle aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille fortunée à Wakefield (Massachusetts), David Dellinger est le fils de Raymond Dellinger, un diplômé de l'Université Yale et avocat réputé, sympathisant du Parti républicain et ami du président Calvin Coolidge, et de Maria Fiske[1]. Sa grand-mère maternelle, Alice Bird Fiske, était une membre active des Daughters of the American Revolution[2][3].

Comme son père, il fait ses études supérieures à l'Université Yale, avant de les poursuivre en Angleterre, à Oxford. Il étudia la théologie à l'Union Theological Seminary avec l'intention de devenir un ministre congrégationaliste[4]. A Yale, Dellinger est un camarade et ami de l'économiste Walt Rostow. Rejetant son milieu aisé, il quitte momentanément Yale pour vivre avec les SDF durant la période de la Grande Dépression. Pendant sa période à l'université d'Oxford, il visite l'Allemagne nazie et conduit une ambulance durant la guerre civile en Espagne contre Franco : « After Spain, World War II was simple. I wasn't even tempted to pick up a gun to fight for General Motors, U.S. Steel, or the Chase Manhattan Bank, even if Hitler was running the other side »[5] (« Après l’Espagne, la 2nd Guerre Mondiale fut facile. Je n'étais même pas tenté de prendre un pistolet pour combattre pour General Motors, U.S. Steel ou la Chase Manhattan Bank, même si Hitler était de l'autre côté »).

À la fin des années 1930, il devient membre du Parti socialiste d'Amérique[6] et sera également actif au sein de la War Resisters League (en) (Internationale des résistants à la guerre).

En 1940, comme sept autres objecteurs de conscience, il refuse d'effectuer le service militaire et est emprisonné pendant un an. Au cours d'un autre emprisonnement pour insoumission en 1943, il est instigateur d'une grève de la faim contre la ségrégation des prisonniers noirs et blancs et le système carcéral en général[7].

Au cours des années 1950 et 1960, il participe à de nombreuses marches dans le Sud et conduit des grèves de la faim en prison. Au fur et à mesure que les États-Unis s'enfoncent dans la Guerre du Viêt Nam, Dellinger applique les principes de non-violence édictés par Gandhi dans son engagement au sein du mouvement d'opposition à la guerre, dont le point d'orgue est le procès des « Chicago Seven ».

Dellinger entretient des contacts et amitiés avec diverses personnalités comme Eleanor Roosevelt, Hô Chi Minh, Martin Luther King, Abbie Hoffman, A.J. Muste, Greg Calvert, David McReynolds, ainsi que plusieurs membres des Black Panthers, dont Fred Hampton auquel il voue une grande admiration[8]. Comme président du Fifth Avenue Vietnam Peace Parade Committee, il travaille avec de nombreuses organisations anti-guerre et est notamment l'organisateur de la marche sur le Pentagone du que Norman Mailer a racontée dans son livre Les Armées de la nuit.

Procès des "Chicago Seven"[modifier | modifier le code]

Dans les années 60, tandis que l'Amérique s'impliquait davantage dans le conflit avec le Vietnam, Dellinger appliqua les principes de non-violence de Gandhi dans son mouvement anti-guerre. Un paroxysme a été atteint durant le procès des Chicago Seven où Dellinger et d'autres personnalités ont été soupçonnés de conspiration contre le pays avec l'intention de provoquer des émeutes, en lien avec les protestations qui ont interrompu la Convention Nationale Démocratique de 1968[9],[10]. Le procès a évolué vers une sphère plus médiatique, avec la remise en question de la pertinence de la guerre du Vietman. En février 1970, ils ont été acquittés de la charge de conspiration, mais cinq accusés dont Dellinger ont été condamnés pour les émeutes.

La manière dont le juge Julius Hoffmann a conduit le procès et le fait que le FBI ait mis les avocats de la défense sur écoute ont permis d'obtenir l'annulation des condamnations deux ans plus tard. Bien que les citations pour outrage ont été confirmés, personne n'a été condamné[11],[12].

Activités subséquente au procès des "Chicago Seven"[modifier | modifier le code]

Dellinger a participé à la réunion de décembre 1971 sur la musique et les opinions politiques en faveur de John Sinclair, emprisonné.

A la fin des années 70, Dellinger a passé deux ans comme enseignant dans le Goddard College's Adult Degree Programm et au Vermont College[13]. En 2001, Dellinger a été invité à donner le discours d'ouverture à la classe de diplômés du programme résidentiel de premier cycle de Goddard[14].

En 1986, durant la 50ème réunion de sa classe de Yale (promo 1936), il écrivit sur le livre d'or : "Lest my way of life sounds puritanical or austere, I always emphasize that in the long run one can't satisfactorily say no to war, violence, and injustice unless one is simultaneously saying yes to life, love, and laughter." pouvant être traduit par "De peur que mon mode de vie ne semble puritain ou austère, je souligne toujours qu'à long terme, on ne peut pas dire non à la guerre, à la violence et à l'injustice de manière satisfaisante si on ne dit pas simultanément oui à la vie, à l'amour et au rire."[15]

Pour son engagement en tant que porte-parole d'un mouvement prônant des valeurs pacifistes, Dellinger fut récompensé du Peace Abbey Courage of Conscience en Septembre 1992.

En 1996, durant la première Convention Démocratique tenu à Chicago depuis les évènements du procès des Chicago Seven, Dellinger et son petit-fils ont été arrêtés avec d'autres personnalités durant un sit-in au Chicago's Federal Building.

En 2001, il fut membre actif d'un groupe de jeune activistes de Montpelier (dans le Vermont) et de la Ville de Québec qui protesta contre la création d'une zone de libre échange.

Mort[modifier | modifier le code]

Il mourut à Montpelier, dans le Vermont, en 2004 après un long séjour à la Heaton Woods Nursing Home[10].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Revolutionary Nonviolence: Essays by Dave Dellinger (1970)
  • More Power Than We Know: The People's Movement Towards Democracy (1975) (ISBN 0-385-00162-2)
  • Vietnam Revisited: Covert Action to Invasion to Reconstruction (1986), (ISBN 0-89608-320-9)
  • From Yale to Jail: The Life Story of a Moral Dissenter (1993) (ISBN 0-679-40591-7)
  • « Why I Refused to Register in the October 1940 Draft and a Little of What It Led To » (1999), dans Gara, Larry et Lenna Mae Gara (dir), A Few Small Candles: War Resistors of World War II Tell Their Stories, Kent, OH. Kent State University Press. (ISBN 0-87338-621-3).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Michael T. Kaufman, « David Dellinger, of Chicago 7, Dies at 88 (Published 2004) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020)
  2. Hunt, Andrew E., David Dellinger : the Life and Times of a Nonviolent Revolutionary., NYU Press, (ISBN 978-0-8147-9083-0 et 0-8147-9083-6, OCLC 779828416, lire en ligne)
  3. (en) Daughters of the American Revolution, Directory of the National Society of the Daughters of the American Revolution, Memorial continental hall, (lire en ligne)
  4. « Lifelong Protester David Dellinger Dies (washingtonpost.com) », sur www.washingtonpost.com (consulté le 25 octobre 2020)
  5. « A quote from From Yale to Jail », sur www.goodreads.com (consulté le 25 octobre 2020)
  6. Andrew E. Hunt 2006, p. 30-31
  7. Sebastian Kalicha et Daniel Grunewald (Illustrations) (trad. de l'allemand par Gaël Cheptou), Anarchisme non-violent et pacifisme libertaire : une approche théorique et historique, Lyon, Atelier de création libertaire, , 276 p. (ISBN 978-2-35104-148-2 et 2-35104-148-8, OCLC 1229035610, lire en ligne), p. 150-152
  8. Andrew E. Hunt 2006, p. 211
  9. « The Chicago Seven go on trial - HISTORY », sur www.history.com (consulté le 19 octobre 2020)
  10. a et b « David Dellinger », sur ecotaf.net (consulté le 19 octobre 2020)
  11. (en-GB) Michael Carlson, « Obituary: David Dellinger », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020)
  12. (en) « United States v. Dellinger », sur Center for Constitutional Rights (consulté le 19 octobre 2020)
  13. Duffy, John J., Hand, Samuel B., 1931- et Orth, Ralph H., The Vermont encyclopedia, University Press of New England, (ISBN 1-58465-086-9 et 978-1-58465-086-7, OCLC 52251135, lire en ligne)
  14. « Commencement Address by David Dellinger - Dec. 15, 2001 », sur Vimeo (consulté le 17 octobre 2020)
  15. (en) McMarthy, Colman, « A Man Who Didn't Obey », The Progressive,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]