Erica Chenoweth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Erica Chenoweth
Erica Chenoweth.png
Fonction
Professeure
Université Harvard
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Site web
Distinctions
Œuvres principales
Why Civil Resistance Works: The Strategic Logic of Nonviolent Conflict (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Erica Chenoweth, née le 22 avril 1980, est une politologue américaine, professeure à l'Université Harvard.

Au sein de la communauté des chercheurs, elle est connue pour son travail sur les mouvements de résistance civile non-violents[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

De 2008 à 2012, Erica Chenoweth a travaillé à l'Université Wesleyenne. De 2012 à 2018, elle a été professeure à l'École des études internationales Josef Korbel de l'Université de Denver.

Depuis 2018, elle est professeure de politique publique à la John F. Kennedy School of Government et au Radcliffe Institute for Advanced Study de l'Université Harvard.

Travaux[modifier | modifier le code]

En 2011, Maria Stephan (du Département d'État des États-Unis) et Erica Chenoweth ont publié le livre Why Civil Resistance Works: The Strategic Logic of Nonviolent Conflict (« Pourquoi la résistance civile fonctionne : la logique stratégique du conflit non-violent »), qui a ensuite reçu plusieurs prix[2],[3].

Avec leur équipe de chercheurs internationaux, elles ont étudié les principales campagnes, violentes et non violentes, pour des changements gouvernementaux dans le monde au XXe siècle (entre 1900 et 2006).

Erica Chenoweth et Maria Stephan ont analysé plus de 200 révolutions violentes et plus de 100 campagnes non-violentes. Leurs résultats montrent que 26 % des révolutions violentes ont été couronnées de succès, alors que 53 % des campagnes de résistance civile non-violentes ont réussi[3].

Selon les données de recherche qu'elles ont réunies, toutes les campagnes qui ont obtenu la participation active et durable d'au moins 3,5 % de la population ont réussi (et beaucoup ont réussi avec moins)[1],[3],[4]. Toutes les campagnes qui ont atteint ce seuil étaient non-violentes.

Erica Chenoweth admet que, lorsqu'elle a commencé ses recherches, elle doutait que les actions non-violentes pouvaient être plus puissantes que les conflits armés. Constatant l'absence de revue systématique, elle a effectué ces recherches et a été surprise par ses propres résultats[3].

Ces résultats ont influencé la stratégie du mouvement Extinction Rebellion[1],[5].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Editorial, « The Guardian view on Extinction Rebellion: numbers alone won’t create change », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Le livre a été précédé de la publication d'un article scientifique portant le même titre en 2008: Erica Chenoweth et Maria Stephan, "Why Civil Resistance Works: The Strategic Logic of Nonviolent Conflict", International Security, volume 33, pages 7-44, 2008.
  3. a b c et d (en) David Robson, « The '3.5% rule': How a small minority can change the world », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en) Erica Chenoweth, « It may only take 3.5% of the population to topple a dictator – with civil resistance », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. (en) Roger Hallam, « Now we know: conventional campaigning won’t prevent our extinction », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]