Résistance non violente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La marche du sel, en Inde, le 12 mars 1930

La résistance non violente ou action non violente ou résistance passive est la pratique d'utiliser le pouvoir non violent pour accomplir des objectifs socio-politiques au travers de protestations symboliques, non-coopération économique ou politique, désobéissance civile ou d'autres méthodes.

Cela implique une résistance par inertie, opposée à un antagonisme actif. Le « satyagraha » est une variété de résistance non violente développée par Mohandas Gandhi.

Les formes de la résistance non violente sont extrêmement variées. Elles incluent par exemple la guerre de l'information (de l'édition de tracts à celle de journaux), l'art protestataire (graphique, musique, poésie), lobbying pour impliquer la communauté, la résistance fiscale, le boycott, la lutte via la diplomatie, le sabotage matériel ne mettant pas en danger la santé d'autrui, le chemin de fer clandestin, le refus de récompense ou honneurs, le piquet de grève non violent et/ou la grève générale.

Parmi les théoriciens de la résistance non violente, il faut mentionner les Américains Richard Gregg et Gene Sharp, l'Anglais Adam Roberts (en), l'Allemand Theodor Ebert (de) et les Français Jean-Marie Muller et Jacques Sémelin.

Resistencia Venezuela 8-001

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]