Cosaques zaporogues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Zaporoguie en 1751, territoire figurant en violet.

Les Cosaques zaporogues (en ukrainien : Запорозькі козаки) ou simplement Zaporogues (en ukrainien : Запорожці), sont des Cosaques qui vivaient au-delà des Rapides du Dniepr (c'est-à-dire en amont), dans la région historique de l'Ukraine centrale dénommée Zaporoguie (en ukrainien : Запоріжжя). De nos jours, une grande partie de ce territoire est arrosée par le réservoir de Kakhovka.

Des serfs fuyant la République des Deux Nations s'installèrent dans la région, sur l'île de Khortytsia et créèrent la Sitch zaporogue qui s'est constituée en une entité politique très respectée dotée d'un système de gouvernement parlementaire. Au cours des 16e, 17e et 18e siècles, les Cosaques zaporogues sont une force politique et militaire forte qui a défié l'autorité de la République des Deux Nations, du Tsarat de Russie et du Khanat de Crimée.

Les troupes cosaques ont traversé une série de conflits et d'alliances impliquant les trois puissances, notamment en soutenant un soulèvement au 18e siècle. Leur chef a signé un traité avec les Russes. Ce groupe a été dissous de force à la fin du XVIIIe siècle par l'Empire russe, la majeure partie de la population ayant été transférée dans la région du Kouban, à l'extrémité sud de l'Empire russe. Les cosaques ont joué un rôle précieux en conquérant les tribus du Caucase et jouissaient en retour d'une liberté considérable accordée par les tsars.

Le nom Zaporogue vient de l'emplacement de leur forteresse, la Sitch, à Zaporijjia : "terre au-delà des rapides", de l'ukrainien za "au-delà" et poróhy "rapides".

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La région steppique située en deça des rapides du Dniepr a longtemps été appelée Zaporoguie. C'est ici, à la frontière entre la forêt et la steppe sauvage, à la jonction entre les slaves sédentaires et la vie débauchée des nomades, que les cosaques zaporogues sont nés et se sont renforcés.

En 1397, le khan de la Horde d'or Tokhtamych a remis des terres de la Horde (la région de Kiev, la Podolie, la région de Tchernihiv et une partie de la Zaporoguie dite « Terrain sauvage ») au prince lituanien Vytautas en échange d'une protection contre Tamerlan. Le reste des terres a longtemps été considéré comme un no man's land destiné uniquement au nomadisme.

Dans les premières mentions, le mot turc «kozak» signifiait « gardien » ou à l'inverse, « voleur ».

Les premiers souvenirs de ces cosaques remontent à 1489. Lors de la marche du roi polonais Jean Ier Albert Jagellon sur les Tatars, le chemin de son armée en Podolie a été indiqué par les cosaques chrétiens. La première expédition connue des cosaques ukrainiens sur les mouettes a eu lieu en 1492 à la forteresse de Tyagin (ancien château de Tyagin du Grand-Duché de Lituanie, de Russie, de Samogite et d'autres terres, qui a ensuite été repris par les Tatars), où ils ont capturé et coulé un navire turc. Par la suite, les griefs du khan contre les attaques cosaques devinrent plus fréquentes.

Selon Lytvyn, étant donné la fréquence à laquelle cette désignation est utilisée dans les documents de l'époque, il est possible de déduire que les cosaques étaient connus depuis des décennies, au moins à partir du milieu du XVe siècle. Selon des études sur le polymorphisme du chromosome Y au début du XXIe siècle, les Cosaques appartenaient ethnogénétiquement au type méridional des Slaves de l'Est, ce qui réfute les hypothèses antérieures de certains historiens et ethnographes sur leurs possibles origines caucasienne ou asiatique, ou bien qu'il y ait eu une part importante de ces types dans les formations cosaques.

Organisation[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une des premières organisations cosaques. Avant eux, les premiers cosaques attestés, entre autres par le Codex Cumanicus, firent leur apparition aux alentours de la ville russe de Riazan, puis le long de la Volga.

La Sitch Zaporogue[modifier | modifier le code]

L'armée zaporogue est née d'une volonté de repousser les invasions tatares des territoires ukrainiens, ceux-ci étaient alors inclus dans le grand-duché de Lituanie. Les Zaporogues défièrent les autorités de différents états selon les périodes : la Pologne à la suite de l'union de Lublin, la Russie et l'Empire ottoman. Tous voulurent les soumettre, sans succès jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Ils se placèrent sous la protection de la Russie en 1654 en souscrivant au traité de Pereïaslav.

Le tout premier ataman zaporogue fut le prince Dmytro Vychnevetsky. Il créa un camp principal sur l'île de Khortytsia, sur les rives du Dniepr, connu sous le nom de sitch.

L'Hetmanat cosaque[modifier | modifier le code]

La fin de l'Hetmanat cosaque[modifier | modifier le code]

Le camp zaporogue fut plusieurs fois déplacé, puis supprimé par Catherine II en 1775. Les Zaporogues chassés se mêlèrent aux communautés de la mer Noire et furent à l'origine de la création des Cosaques du Kouban.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]