Dominique Belpomme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le scientifique de fiction, voir Pif le chien#Personnages de l'univers Pif.

Dominique Belpomme, né le à Rouen, est un médecin et professeur de cancérologie. Il est président de l’ARTAC, Association pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse, fondée en 1984.

Carrière[modifier | modifier le code]

Controverses[modifier | modifier le code]

Il a dénoncé l'utilisation du chlordécone aux Antilles dans un rapport controversé, ce qui lui valut d'être auditionné par une commission parlementaire d'enquête[2]. Initiateur de l'Appel de Paris en 2004[3] il avançait qu'on pouvait « considérer que 80 à 90 % des cancers sont causés par la dégradation de notre environnement »[4]. Cette affirmation suscita des critiques chez certains de ses pairs, tel que le professeur David Khayat[5] et l'affaire fut spécialement traitée dans un rapport de l'Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques[6].

En juin 2010 est publiée l'étude Karuprostate[7], qui montre que l'exposition aux pesticides organochlorés est associée à une plus forte fréquence des cancers de la prostate constatés aux Antilles. Le caractère cancérigène étant dû à la perturbation du système endocrinien, il est possible que ces pesticides aient un rôle dans d'autres cancers hormono-dépendants comme le cancer du sein.

Les Antilles françaises étant peuplées d'environ un million d'habitants et ayant été fortement exposées à ces pesticides organochlorés, elles se présentent comme un cas d'étude scientifique où les informations sanitaires sont bonnes tout en conservant des caractéristiques tropicales.

Le professeur Belpomme est à l'affiche de deux films documentaires traitant des problèmes liés aux pesticides : Nos enfants nous accuseront (2008) de Jean-Paul Jaud, et Sous les pavés, la terre (2009) de Thierry Kruger et Pablo Girault. Il apparait aussi dans Les sacrifiés des ondes (2012) un film documentaire de Jean-Yves Bilien sur une enquête de Maxence Layet sur l'effet potentiellement néfaste des ondes électromagnétiques créées par l'homme.

Le 15 février 2004, il a affirmé sur France Inter que l'allongement de l'espérance de vie humaine estimée non pas à la naissance, mais à partir de 60 ans était quasiment nul[réf. nécessaire]. Certains ont vu une confirmation de cette affirmation dans les résultats préliminaires publiés par le CDC des États-Unis concernant l'espérance de vie (à la naissance) en 2008 dans ce pays[8], résultats contredits par les statistiques définitives[9] et par la hausse continue de l'espérance de vie observée aux États-Unis depuis[10].

Il expose son point de vue sur les conséquences sur la santé dans une interview publiée le 6 avril 2016[11]. L'AFIS réfute ces affirmations en expliquant que les déclarations de Belpomme à Télérama seraient de « 70 % à 90 % à côté de la plaque[12] ».

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. ECERI Administrative Board (en anglais)
  2. « Pesticide aux Antilles : le rapport Belpomme décrédibilisé », Libération.fr, mis en ligne le 8 novembre 2007
  3. L'appel de Paris : Présentation, artac.info
  4. Améliorer l'environnement pour lutter contre le cancer, Paul Benkimoun, Journal Le monde du 3 juillet 2009
  5. « Au sujet de Dominique Belpomme, par le Professeur David Khayat », Agriculture & Environnement, mis en ligne le 27 novembre 2005
  6. OPECST, rapport sur la Chlordécone, http://www.senat.fr/rap/r08-487/r08-48714.html
  7. (en) Multigner L, Rodrigue Ndong J, Giustiet A. et al. « Chlordecone Exposure and Risk of Prostate Cancer » J Clin Oncol. 2010. DOI:10.1200/JCO.2009.27.2153
  8. L'espérance de vie recule aux États-Unis, notre-planete.info, 17 février 2011.
  9. « États-Unis : l'espérance de vie toujours en hausse » Alternatives Économiques no 306, octobre 2011.
  10. Espérance de vie à la naissance (aux États-Unis, en fonction de l'année de naissance) Statistiques compilées par la Banque mondiale.
  11. Dominique Belpomme, cancérologue : “70 à 90 % des cancers seraient liés à l'environnement”, Weronika Zarachowicz, Télérama, 6 avril 2016
  12. Dominique Belpomme dans Télérama : 70 % à 90 % à côté de la plaque, Afis-Média, 3 mai 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]