Communautés de l'Arche (Jean Vanier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Arche et Jean Vanier.
Ne doit pas être confondu avec Communautés de l'Arche (Lanza del Vasto).
Communautés de L'Arche
Logo de l’association
Cadre
But Lieux de vie pour et avec les adultes en situation de handicap mental
Zone d’influence Monde
Fondation
Fondation 1964
Fondateur Jean Vanier
Identité
Siège Paris, France
Site web www.arche-france.org

Les communautés de L'Arche sont des associations qui accueillent des adultes ayant un handicap mental. À L'Arche vivent et travaillent ensemble des femmes et hommes handicapés mentaux et ceux qui les accompagnent, appelés « assistants ».

L'Arche a été fondée par le Canadien Jean Vanier en 1964, à Trosly-Breuil dans le département de l'Oise. En 2018, L'Arche est présente sur tous les continents, dans 37 pays. La fédération internationale de L'Arche regroupe 154 communautés (36 en France, 30 au Canada) et plus de 10 000 membres. 1350 personnes avec un handicap vivent ou travaillent dans l'un des foyers de L'Arche en France.

À travers son activité, la mission de L’Arche est de faire connaître l'apport des personnes ayant un handicap intellectuel à la collectivité, à travers une vie quotidienne partagée, au sein de communautés, et de leur permettre de prendre leur juste place dans la société. Chaque communauté regroupe des lieux d’hébergement (les « foyers »), et de travail (accueil de jour, services d’aide par le travail, etc).

Historique[modifier | modifier le code]

Génèse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jean Vanier.

En 1964, Jean Vanier, un ancien officier de marine canadien, rencontre le monde du handicap intellectuel sur l'invitation du Père Thomas, aumônier du Val Fleuri, une résidence pour des personnes atteintes de handicap mental[1],[2].

Touché par leur détresse, Jean Vanier achète une petite maison de pierre blanche dans le village de Trosly-Breuil (proche du Val Fleuri) en juillet 1964, et invite deux personnes handicapées à s'installer avec lui. Il n'y a pas de salle de bains, pas d'eau chaude, et un seau dans le jardin fait office de toilettes. Son nom, L'Arche, est fixé un soir d'août 1964 avec Jacqueline d'Halluin. Le 5 août, Raphaël Simi et Philippe Seux deviennent les deux premiers résidents de L'Arche[3]. Pour l'assise juridique de L'Arche, Jean Vanier reprend les rênes de la Société pour l'instruction et la protection des enfants sourds-muets ou arriérés (Sipsa), association reconnue d'utilité publique et qui héberge L'Arche pour sa fondation[4].

Dans sa première lettre circulaire datée de fin août 1964, Jean Vanier définit l'orientation de L'Arche : un accueil pour des personnes handicapées intellectuellement et physiquement dans de petites maisons de type familial. Les infrastructures comprennent des ateliers, un centre culturel, une chapelle, un centre médical. La pratique de la religion est libre, et les résidents sont assistés par des bénévoles[5].

Très rapidement, des jeunes le rejoignent. L'engouement est tel à Trosly-Breuil que les habitants lancent une pétition contre l'invasion des « anormaux »[1]. En 1965, Jean Vanier reprend la gestion du Val Fleuri, où 32 personnes handicapées mentales résident[6]. Quelques mois plus tard, l'Arche absorbe le Val Fleuri, devenant un ensemble de 50 résidents répartis sur 2 foyers[7]. En 1968, à Trosly, ils sont 73 résidents à être accueillis, 112 en 1970, et 125 en 1972[8]. En 1971, d'autres foyers ouvrent à Cuise, Breuil, Compiègne. Au total 15 nouveaux foyers qui accueillent plus de 150 résidents sont ouverts en France en dix ans[9].

Croissance internationale[modifier | modifier le code]

Jean Vanier, fondateur de l'Arche, avec John Smeltzer, membre d'un foyer.

En 1969, L’Arche se développe à Toronto au Canada (Daybreak) et à Bangalore en Inde (Asha Niketan). Durant les années 1970, une charte est mise en place pour accompagner le développement international de L'Arche[6]. L'Arche Internationale, fédération internationale des communautés de L'Arche, est créée en 1978. Dans les années 1970, les communautés de l'Arche attirent une jeunesse en quête d'idéal et de solidarité en résonance avec les mouvances communautaires en vogue dans cette génération[2].

En 1971, Jean Vanier fonde avec Marie-Hélène Mathieu le mouvement Foi et Lumière qui, en parallèle des actions des communautés de L'Arche, réunit les personnes porteuses de handicap, leurs familles et leurs amis, pour des temps de partage, de célébration et de prière[10]. Le logo de Foi et Lumière est créé par Meb, un peintre trisomique résident de L'Arche[11].

Dans les années 1970, 45 communautés sont créées dans 14 pays : France (5), Canada (14), Inde (4), Danemark (1), Belgique (4), États-Unis (5), Royaume-Uni (5), Honduras (2), Haïti (1), Irlande (1), Burkina Faso (1), Côte d'Ivoire (1), Japon (1), Australie (1)[12]. En 1974, Thérèse Vanier, sœur de Jean Vanier, ouvre la première communauté de L'Arche en Grande-Bretagne, et assure ensuite le développement de l'association en Europe du Nord[13].

En 1975, Jean Vanier quitte le poste de coordinateur international de L'Arche. À partir de 1980, Jean Vanier quitte peu à peu ses fonctions au sein de l'organisme[1]. En 1981, la Fondation des Amis de L'Arche est créée pour assurer le financement des communautés en France et à l'international[14].

Dans les années 1980, 43 communautés sont créées, et L'Arche ouvre en Espagne, Italie, Suisse, République dominicaine, Mexique, Brésil, Allemagne, Philippines, Pologne. Dans les années 1990, 16 communautés sont créées, et L'Arche ouvre en Slovénie, Autriche, Syrie, Ouganda, Zimbabwe, Pays-Bas. Dans les années 2000, 25 communautés sont créées, et L'Arche ouvre en Égypte, Ukraine, Bangladesh, Corée du sud, Croatie, Argentine[12].

Le pape Jean-Paul II a été fortement influencé par la philosophie de L'Arche, surtout durant sa phase de déclin physique où le concept de piété dans la souffrance s'est alourdi de sens[15].

Développements récents[modifier | modifier le code]

À partir de 2009, L'Arche lance le colloque Fragilités interdites pour sensibiliser le grand public aux personnes en situation de fragilité, en particulier dans le monde de l'entreprise[16].

En mars 2013, lors d’une visite à L'Arche de Marseille, Jean-Jacques Goldman (qui soutient les actions de L'Arche[17]) participe à un lip dub sur la musique Je te donne avec les résidents du centre[18].

En 2014, L'Arche célèbre le cinquantième anniversaire de sa création. De mai à juillet, les communautés organisent des « M'Arches » et se rendent visite. Le 27 septembre, un grand rassemblement se tient à Paris. Un cortège festif avec une fanfare part de l'Hôtel de ville jusqu à la place de la République. Plus de 7.000 personnes y participent. Jean Vanier et Philippe Pozzo di Borgo, inspirateur du film Intouchables, y tiennent un discours commun, suivi d'un concert de Grégoire, qui chante pour la première fois la chanson Mon handicap[19],[20].

Le 8 décembre 2014, Jean-Pierre Crépieux, une des premières personnes accueillies à L'Arche en décembre 1964, reçoit la légion d'honneur des mains du président de la République François Hollande. C'est la première personne handicapée mentale à recevoir cette distinction[21].

En janvier 2015, L'Arche à Reims dispose d'un stand au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême pour présenter les créations sérigraphiées de ses résidents[22]. En décembre 2015, L'Arche lance la web série Je suis comme je suis qui propose de découvrir des témoignages de personnes en situation d'handicap mental dans le monde[23].

En 2016, L'Arche devient l'association Fil Rouge du programme Axa Atout Cœur. Dans le cadre de ce partenariat d'un an, 124 actions sont menées, et plus de 390.000 euros sont collectés[24]. En mai 2016, le pape François effectue une visite surprise à L'Arche Il Chicco à Rome dans le cadre des vendredis de la Miséricorde[25]. En avril 2018, la première dame Brigitte Macron visite les locaux de L'Arche à Paris[26]. En mars 2019, L'Arche de Dijon bénéficie de la vente aux enchères des pièces de charité du grand cru Nuits-Saint-Georges. Le commissaire-priseur de cette vente est le nageur français Camille Lacourt[27].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Objectif[modifier | modifier le code]

L'objectif de L'Arche est de créer et d'animer des communautés de vie qui accueillent des personnes ayant un handicap intellectuel. Ces personnes accueillies forment le cœur de la communauté et deviennent elles-mêmes les « accueillants » des assistants ou jeunes volontaires qui viennent vivre avec elles. Chaque communauté comprend plusieurs maisons de type familial avec une capacité d’hébergement limitée. Les fondamentaux sont le respect de chacun dans sa différence, la relation humaine et l'amitié partagée, la valorisation de la dignité et de la parole des personnes en situation de handicap, la finalité pour ses membres étant la réconciliation avec les autres et soi-même[28].

Selon le fondateur Jean Vanier, « l'accueil des fragilités de chacun est une voie essentielle pour construire une société plus humaine »[29].

Budget[modifier | modifier le code]

L'Arche bénéficie de financements publics provenant principalement des Conseils départementaux et des ARS pour assurer la prise en charge des personnes accueillies[30].

En France, la Fondation des Amis de L'Arche, reconnue d'utilité publique, se charge des collectes de fonds publics et privés pour financer la vie et les projets de l'organisation[30]. En juillet 2018, la Fondation rejoint l'union syndicale France Générosités qui représente les acteurs de la générosité auprès des pouvoirs publics en France[31].

En 2017, la répartition du budget de la fondation fut la suivante[30] :

  • Communautés françaises : 47%
  • Communautés étrangères : 16%
  • Fédération de L'Arche de France : 3%
  • Fédération de L'Arche Internationale : 19%
  • Frais de collecte : 8%
  • Frais de fonctionnement : 7%

Organisation[modifier | modifier le code]

L'Arche en France[modifier | modifier le code]

Chaque communauté est établie en association à but non lucratif (loi de 1901). De fait, elle dispose de différents organes décisionnaires : le conseil d'administration, l'assemblée générale et le conseil communautaire. Chaque communauté de France fait partie de la Fédération de L'Arche en France, qui fait elle-même partie de la Fédération internationale des communautés L'Arche. Chaque communauté est aussi directement affiliée à la fédération internationale[28].

Chaque association de communauté gère un ou plusieurs établissements médico-sociaux (foyers de vie ou d'hébergement, MAS ou FAM, LVA), un service d'accueil de jour ou centre d'activités de jour, et parfois un établissement ou service d'aide par le travail (11 ESAT en France). Les ESAT de L'Arche proposent des services manuels, ainsi qu'une production d'horticulture et de produits maraîchers issus de l'agriculture biologique[32]. L'ESAT de Troisly produit des savons naturels et enregistre une capacité de production annuelle de 20.000 pièces[33]. L'ESAT de La Rebellerie (Anjou) produit du vin.

L'Arche Internationale[modifier | modifier le code]

L'Arche Internationale regroupe 154 communautés dans 38 pays sur les 5 continents. Les pays comptant le plus de communautés sont la France, le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis[34].

En janvier 2015, L'Arche Internationale obtient un statut consultatif spécial au sein d'ECOSOC, organe de l'Onu pour le développement social et économique[35].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

  • Responsable France : Pierre Jacquand
  • Responsable international : Stephan Posner
  • Vice-responsable international : Stacy Cates-Carney
  • Responsable Canada : Louis Pilotte
  • Responsable États-Unis : Tina Bovermann
  • Responsable Royaume-Uni : John Sargent

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Prix Georges Pompidou[36]

Abus sexuels du père Thomas Philippe[modifier | modifier le code]

En avril 2014, la direction de L'Arche demande à l'Église de lancer une enquête canonique suite à plusieurs plaintes d'abus sexuels remontant aux années 1970 et 1980, et visant le père Thomas Philippe, prêtre accompagnateur de la communauté de l'Arche à Trosly, décédé en 1993. Quatorze témoignages sont recueillis entre décembre 2014 et mars 2015. Les conclusions de l'enquête confirment la véracité des faits commis pendant plus de 25 ans par le père Thomas[37]. L'association a engagé un ensemble de réformes structurelles et préventives pour éviter toute forme d'abus au sein des communautés[38].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c François Devinat, « L'Arche. Havre spirituel de la maladie mentale », sur Liberation.fr,
  2. a et b Henri Tincq, « L’Arche des saints et des fous », sur Vt.edu,
  3. Constant 2014, p. 110
  4. Constant 2014, p. 108
  5. Constant 2014, p. 118
  6. a et b (de) « Gründer der Arche-Gemeinschaften Jean Vanier verstorben », sur Kath.net,
  7. Constant 2014, p. 122
  8. Constant 2014, p. 2
  9. Constant 2014, p. 132
  10. « « Le pauvre nous transforme et nous guérit », rappelle Jean Vanier », sur Zenit.org,
  11. Constant 2014, p. 169
  12. a et b Constant 2014, p. 157
  13. « Thérèse VANIER, une grande dame au service des plus vulnérables », sur La-croix.com,
  14. « Statuts actuels approuvés par décret du 12 mars 1982 », sur Generosite.org
  15. Constant 2014, p. 208
  16. « Liberté, Égalité, Fragilité : revisiter la Fraternité ? », sur Jdpsychologues.fr,
  17. Anna Latron, « Jean-Jacques Goldman soutient (encore) l'Arche pour ses 50 ans », sur Lavie.fr,
  18. « Jean-Jacques Goldman & l’ARCHE : la vidéo qui fait le buzz ! », sur Aleteia.org,
  19. Emmanuelle Dal'Secco, « Vidéo : Grégoire compose une chanson, " Mon handicap " », sur Handicap.fr,
  20. « Grande fête pour les 50 ans de l'Arche », sur Leparisien.fr,
  21. « Jean-Pierre Crépieux, le premier handicapé mental a recevoir la Légion d'honneur », sur Francetvinfo.fr,
  22. « L'Arche au Festival de la bande dessinée d'Angoulême », sur Bdangouleme.com,
  23. Domitille Farret d'Astiès, « « Je suis comme je suis », la web-série qui montre l’humanité derrière le handicap », sur Aleteia.org,
  24. « L'association Fil Rouge », sur Axa-atoutcoeur.fr
  25. « Visite à la communauté Il chicco », sur Iubilaeummisericordiae.va,
  26. « La visite surprise de Brigitte Macron à L’Arche », sur Aleteia.org,
  27. Gael Rebourg, « Camille Lacourt fera monter les enchères pour L’Arche à Nuits », sur Dijonbeaunemag.fr,
  28. a et b « L'Arche », sur Catholique.org
  29. « Notre histoire », sur Arche-france.org
  30. a b et c « Missions de la fondation », sur Arche-france.org
  31. « La Fondation les Amis de l’Arche, nouvel adhérent de France générosités », sur Francegenerosites.org,
  32. « Les ESAT de L'Arche en France », sur Arche-france.org
  33. « Trosly-Breuil. Ils fabriquent un savon 100% naturel », sur Courrier-picard.fr,
  34. « Dossier de présentation », sur Arche-france.org,
  35. « Les Nations Unies accueillent L’Arche », sur Larche.org
  36. « Remise du Prix Pompidou 2014 à L'Arche », sur Georges-pompidou.org,
  37. « L’Arche fait la lumière sur la face cachée du P. Thomas Philippe », sur La Croix, (consulté le 14 mars 2019)
  38. « Père Thomas - News - L'Arche internationale », sur www.larche.org (consulté le 22 avril 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Vanier, L'histoire de L’Arche, Bayard, coll. « Novalis », (ISBN 978-2890887299)
  • Anne-Sophie Constant, Jean Vanier, Portrait d’un homme libre, Albin Michel, (ISBN 978-2226256942)
  • Kathryn Spink, Jean Vanier et l’aventure de L’Arche, Bayard, coll. « Novalis », (ISBN 9782895078517)
  • Thérèse Vanier, Autour d’une même table. Expériences oecuméniques dans les communautés de l'Arche, Bayard, coll. « Novalis Canada », (ISBN 978-2890889101)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]