Classe Independence (porte-avions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe Independence.

Classe Independence
image illustrative de l’article Classe Independence (porte-avions)
L'USS Independence le .
Caractéristiques techniques
Type Porte-avions léger
Longueur 189,7 m[1]
Maître-bau 33,3 m
Tirant d'eau 7,39 m
Déplacement 10 622 tonnes
Port en lourd 14 751 tonnes
Propulsion 4 arbres
Turbines General Electric
4 chaudières Babcock & Wilcox
Puissance 100 000 ch
Vitesse 31,6 nœuds (59 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 2 × 4, 8 × 2 canons de 40 mm
22 canons de 20 mm
Aéronefs En octobre 1944:
24 F6F Hellcat
9 TBF Avenger
Rayon d’action 13 000 milles marins (24 100 km) à 15 nœuds (28 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 1 569 hommes
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Naval Jack of Spain.svg Marine espagnole
Période de
construction
1942 - 1943
Période de service 1946 - 1970
Navires construits 9
Navires perdus 1
Navires démolis 8

La classe Independence est une classe de porte-avions légers convertis à partir de croiseurs légers de la classe Cleveland durant la Seconde Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

La décision de construire des porte-avions d'escadre légers rapides sur une base de coque de croiseur est antérieure à l'attaque de Pearl Harbour, l'idée est lancée par un courrier du président Franklin Delano Roosevelt (qui fut secrétaire adjoint à la Marine sous Josephus Daniels dans les années 1912/13); l'idée de reprendre les coques de croiseur de la classe Cleveland date de janvier 1942. Elle est motivée par le délai de réalisation des porte-avions de la classe Essex dont 5 sont déjà à divers stades de réalisation le 7 décembre 1941. Onze Essex sont d'ores et déjà autorisés dès le 16 août 1940 par le Two-Ocean Navy Act.

Les porte-avions légers de la classe Independence avaient une coque186 m longue de , protégée par une ceinture blindée atteignant 5 pouces (127 mm), a été surmontée d'un pont d'envol large de 32,7 m, et d'un hangar de type « ouvert », doté de deux ascenseurs axiaux, et de deux catapultes. Pour accroître la stabilité, deux caissons extérieurs (bulges) ont été fixés à la coque (ce qui en a accru la largeur de 1,5 m, la portant à 21,8 m), et lestés de ciment, pour compenser l'augmentation du poids dans les hauts. Ils étaient dotés d'un petit îlot sur tribord surmonté d'un mât en treillis, avec une grue à l'avant.
Ils gardaient leurs machines de croiseur, quatre chaudières Babcock & Wilcox alimentant des turbines à engrenages Westinghouse entraînant 4 hélices. Leur puissance de 100 000 ch assurait une vitesse maximale de 33 nœuds. Ils étaient dotés de quatre petites cheminées latérales à tribord.

Une artillerie de 4 pièces simples de 127 mm/38 Mk12[2] installée sur les premières unités a été retirée en raison de son poids excessif dans les hauts. La DCA rapprochée, comprenant deux affûts quadruples et 9 affûts doubles de 40 mm Bofors et 40 affûts simples de 20 mm Oerlikon, était dirigée par neuf postes de conduite de tir équipés de radars[3].

Ils pouvaient mettre en œuvre 44 appareils, et pouvaient en transporter le double en configuration de transport d'aviation. Leur parc aérien a compris initialement 24 “Wildcats” et 9 “Avengers”, puis ultérieurement, il n'y eut plus que des chasseurs, l'USS Independence devenant le premier « porte-avions de nuit », spécialisé pour faire opérer des chasseurs de nuit[4].

Leur transformation fut menée rondement de sorte que toute cette classe de porte-avions légers fut armée pour essais, et sept sur neuf admis au service actif, en 1943. Ils ont constitué 40 % des chasseurs et 36 % des bombardiers-torpilleurs de la Fast carrier Task Force (TF.58 puis TF.38) pendant les deux grandes batailles aéronavales de 1944. Il demeure que l'utilisation d'une coque de croiseur léger faisait que leur équipage s'y trouvait à l'étroit. La situation était un peu améliorée sur les deux porte-avions issus de la transformation de deux croiseurs lourds de la classe Baltimore, mais les USS Saipan et Wright n'ont été lancés qu'après la capitulation japonaise[5].


Les gros reproches concernant les Independence était surtout des conditions de vies extrêmement spartiates pour les personnels et une importante surcharge dans les hauts.

Unités de la classe[modifier | modifier le code]

  • Independence (CVL-22). Mis en chantier sous le nom d'Amsterdam (CL-59) en mai 1941, reclassé en porte-avions léger en janvier 1942; lancé en août 1942; opérationnel en janvier 1943.
  • Princeton (CVL-23). Mis en chantier sous le nom de Tallahassee (CL-61) en juin 1941; reclassé en porte-avions léger en février 1942; lancé en octobre 1942; opérationnel en février 1943. Détruit lors d'une attaque aérienne japonaise le 24 octobre 1944 pendant la bataille du golfe de Leyte.
  • Belleau Wood (CVL-24). Mis en chantier sous le nom de New Haven (CL-76); reclassé en porte-avions léger en février 1942; lancé en décembre 1942; opérationnel en mars 1943. Versé en réserve en janvier 1947. Transféré à la Marine Nationale française et rebaptisé Bois Belleau (R97) en juin 1951. Rendu à l'U.S. Navy en septembre 1960.
  • Cowpens (CVL-25). Mis en chantier sous le nom de Huntington (CL-77) en novembre 1941 ; reclassé en porte-avions léger en mars 1942; lancé en janvier 1943; opérationnel en mai 1943.
  • Monterey (CVL-26). Mis en chantier sous le nom de Dayton (CL-78) en décembre 1941; reclassé en porte-avions léger en mars 1942; lancé en février 1943; opérationnel en juin 1943.
  • Langley (CVL-27). Mis en chantier sous le nom de Fargo (CL-85); reclassé en porte-avions léger en mars 1942 sous le nom de Crown Point; lancé en avril 1942; rebaptisé Langley en novembre 1942; lancé en mai 1943; opérationnel en août 1943. Mis en réserve en 1947 et transféré à la Marine Nationale française et rebaptisé La Fayette (R96) le 2 juin 1951. Rendu à l'U.S. Navy en 1963.
  • Cabot (CVL-28). Mis en chantier sous le nom de Wilmington (CL-79) en mars 1942; reclassé en porte-avions léger en juin 1942; lancé en avril 1943; opérationnel en juillet 1943. Transféré à la marine espagnole sous le nom de Dédalo (R01) le 30 août 1967.
  • Bataan (CVL-29). Planifié sous le nom de Buffalo (CL-99); reclassé en porte-avions léger en juin 1942; lancé en août 1943; opérationnel en novembre 1943.
  • San Jacinto (CVL-30). Planifié sous le nom de Newark (CL-100); reclassé en porte-avions léger en juin 1942 sous le nom de Reprisal ; lancé en octobre 1942; rebaptisé San Jacinto en janvier 1943; lancé en septembre 1943.

Histoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Independence light aircraft carriers » sur navypedia
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées navweaps: Mark 12
  3. Lenton 1968, p. 115-117
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Preston 1980_p=134
  5. Lenton 1968, p. 120-121

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All the World's Fighting Ships (1922-1946), [détail de l’édition]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]