Étrave

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Etrave du MS Deutschland à Bergen

L'étrave est dans la marine en bois une pièce ou un ensemble de pièces de charpente de la coque d'un navire permettant l'assemblage de l'avant du bordé. Elle reçoit, dans une rablure, l'extrémité avant des bordages. Elle prolonge la quille, quand elle existe, à la proue.

Description[modifier | modifier le code]

L'étrave peut être doublée par une contre-étrave, complétée en partie basse par un taillemer renforçant la liaison avec l'éperon quand il existe[1], en partie haute par une guibre, renforcée latéralement par des apôtres. L'assemblage à la quille peut être renforcé au moyen d'un massif. Dans le cas d'une construction en bois cet assemblage constitue, avec l'assemblage de l'étambot, un des deux principaux points de faiblesse dans l'étanchéité de la coque, qui nécessite l'utilisation d'une cheville coupe-eau.

Le terme est issu du norrois stafn par l'intermédiaire de l'ancien normand estable, estrave > normand étable, étrave. Elle a d'autres appellations plus locales : establure, establie, rode de proue (issu de l'italien), capion de proue à Marseille, estante à Boulogne-sur-Mer[1].

L'étrave peut être convexe (la partie haute tend à la verticale) ou à guibre.

Dans les constructions modernes, la pièce devient un simple renfort, ou disparait : dans ce dernier cas, l'étrave ou plus exactement ligne d'étrave désigne alors la ligne de rencontre des deux bordés. L'étrave peut être pourvue d'un bulbe afin d'améliorer l'hydrodynamique du bateau et faciliter son avancement.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Etrave d'un voilier moderne : Le Banque Populaire VIII
L'étrave inversée du Bourbon Orca.
Étrave sur la réplique de l'Hermione

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jan Fennis, Trésor du langage des galères : Dictionnaire exhaustif, avec une introduction, des dessins originaux de René Burlet et des planches de Jean-Antoine de Barras de la Penne, un relevé onomasiologique et une bibliographie, Volumes 61 à 63 de Lexicographica - Séries Maior, Éditeur Walter de Gruyter, 1995, (ISBN 9783110914221), 1012 pages

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :