Chlorure de magnésium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chlorure de magnésium
image illustrative de l’article Chlorure de magnésium
Identification
Nom UICPA chlorure de magnésium
No CAS 7786-30-3 (anhydre)
7791-18-6 (hexahydrate)
No ECHA 100.029.176
No EINECS 232-094-6
Code ATC A12CC01 B05XA11
No E E511
Apparence solide de formes variables, inodore, déliquescent, blanc[1].
Propriétés chimiques
Formule brute Cl2MgMgCl2 (anhydre)
MgCl2.6H2O (hexahydrate)
Masse molaire[2] 95,211 ± 0,005 g/mol
Cl 74,47 %, Mg 25,53 %, 203,31 g/mol (hexahydrate)
Propriétés physiques
fusion 712 °C (chauffage rapide)[1]
ébullition 1 412 °C[1]
Solubilité Dans l'eau : 542 g·l-1 (20 °C),
727 g·l-1 (100 °C)[3]
Dans l'éthanol : 74 g·l-1 (30 °C).
Masse volumique 2,32 (solide anhydre à 20 °C)
1,57 (solide hexahydraté à 20 °C)[3]
Cristallographie
Structure type CdCl2
Géométrie
et coordination
Octaèdre, coordination 6
Précautions
SIMDUT[4],[5]
Chlorure de magnésium :

Produit non contrôlé

Chlorure de magnésium hexahydraté :

Produit non contrôlé
Directive 67/548/EEC
Irritant
Xi


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le chlorure de magnésium est un composé chimique de formule MgCl2 (un cation magnésium Mg2+ et deux anions chlorure Cl-). C'est un composé ionique très soluble dans l'eau. C'est un acide de Lewis faible, ce qui explique qu'il s'hydrolyse facilement sous l'action de la chaleur pour donner du chlorure de magnésium hexahydraté.

Le chlorure de magnésium peut être extrait de la saumure ou de l'eau de mer, on en tire alors le magnésium (sous forme de métal) par électrolyse.

Propriétés chimiques[modifier | modifier le code]

Le chlorure de magnésium permet de former d'autres composés du magnésium, par exemple par précipitation :

MgCl2(aq) + Ca(OH)2(aq) → Mg(OH)2(s) + CaCl2(aq)

Il est électrolysé pour donner le métal de magnésium :

MgCl2(l) → Mg(l) + Cl2(g)

Ces deux réactions sont utilisées dans le procédé Dow pour produire le magnésium métallique[6].

Utilisations diverses[modifier | modifier le code]

Le chlorure de magnésium est utilisé dans de nombreux domaines, en plus de l'extraction du magnésium métallique. Il sert aussi dans la fabrication de textiles, papier, agents ignifugeants, ciments[6], etc. Bien qu'on ne le recommande pas pour réduire la poussière des routes, le chlorure de magnésium est un abat-poussière de remplacement utilisé sur les piles de matériel, l'accotement des routes ou les bassins servant au transfert de matériel[réf. nécessaire].

Utilisations alimentaires[modifier | modifier le code]

Il est aussi utilisé dans l'alimentation :

Comment et où en trouver ?[modifier | modifier le code]

Le sel alimentaire naturel contient naturellement du chlorure de magnésium. Le sel raffiné en contient beaucoup moins. On peut extraire le chlorure de magnésium de l'eau de mer (teneur : 1,3 kg/m3)

Le chlorure de magnésium se présente sous forme de paillettes ou de poudre blanche soluble dans l'eau. Sa couleur peut varier mais reste sans incidence sur ses propriétés.

Sous forme de poudre blanche[modifier | modifier le code]

Le chlorure de magnésium est vendu en magasins biologiques (en sachets de 100 g et 1 kg) et en pharmacie (en sachets de 20 g). Il peut aussi se trouver au détail dans certaines pharmacies.

Sous forme de paillettes : le nigari[modifier | modifier le code]

Paillettes de nigari

Au Japon, nigari est le nom traditionnel donné au chlorure de magnésium, dérivé du mot japonais signifiant amer. Présenté sous forme de poudre blanche ou de cristaux, il sert de coagulant pour la préparation du tofu à partir du lait de soja.

Le nigari est, en fait, du chlorure de magnésium naturel, c’est-à-dire qui n'est pas complètement raffiné (il contient jusqu'à 5 % de sulfate de magnésium et minéraux divers). Le nigari étant d'origine japonaise, il arrive que l'on croie qu'il est extrait d'une algue du même nom. Il s'agit d'un complément alimentaire bon marché apportant du magnésium, d'où son intérêt au regard d'un déficit généralisé dans notre consommation actuelle[8]. Pour être en pleine santé, le corps humain doit bénéficier d'un équilibre entre le calcium et le magnésium.

Précautions d'utilisation[modifier | modifier le code]

La consommation excessive de chlorure de magnésium est éliminée naturellement par l'organisme dans les urines chez un individu parfaitement sain. Son effet secondaire le plus fréquent est la diarrhée, à partir de 350 mg par jour[9].

Il y a un risque de déshydratation s'il y a une surconsommation prolongée. Il est totalement à proscrire chez ceux présentant une insuffisance rénale, un état hémolytique (anémie)[10], chez les hémophiles[11], les comateux, et en cas de maladie grave du myocarde[12].

L'insuffisance rénale pouvant survenir justement en état de fatigue accrue, il est conseillé de ne pas surdoser. En effet, un excès dans le sérum sanguin de magnésium entraîne un hypermagnésiémie et dans les concentrations suivantes :

  • vers 4 mEq/l, on constate une absence généralisée de réflexes (hyporéflexie)
  • entre 5 et 10 mEq/l on constate de l'arythmie cardiaque
  • au-delà de 13 mEq/l l'arrêt cardio-circulatoire est constaté.

Dans le cas d'insuffisance rénale sévère due à des calculs rénaux, les sels de magnésium peuvent en excès, participer à la formation de nouveaux calculs de struvite.

En général on note un état de fatigue généralisée, des vomissements et états nauséeux, une décalcification (hypocalcémie), de l'hypotension, des troubles respiratoires, de l'arythmie et de l'asystolie[13],[14].

Propriétés médicinales[modifier | modifier le code]

Le chlorure de magnésium est traditionnellement prescrit comme anti-acide ou comme laxatif.[15].

En 1915, le chirurgien Pierre Delbet a mis en évidence qu'une application sous-cutanée de chlorure de magnésium stimulait significativement la phagocytose, et il en a promu l'usage comme complément ou substitut aux antiseptiques sur les plaies.

Il a également produit des recherches concluant que, appliqués par voie sous-cutanée, le chlorure de magnésium et les sels halogénés de magnésium en général avaient une action prophlactique sur les cancers et limitaient le développement des tumeurs.

Les recherches ultérieures sur l'usage du chlorure de magnésium dans la lutte contre le cancer sont rares et n'ont pas pu confirmer pleinement ces résultats : bien qu'un effet positif soit constaté dans les leucémies lymphatiques[16], le lien entre les compléments alimentaires à base de magnésium et l'inhibition des cancers est parfois confirmé[17], parfois nuancé[18],[19],[20].

Une étude de 1967 suggère que le chlorure de magnésium augmente le potentiel infectieux de certains virus[21].

En application cutanée, il est quasiment impossible pour les ions magnésium de passer la barrière cutanée[22]. Le chlorure de magnésium permet néanmoins d'accélérer la réparation de cette barrière[23],[24].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Handbook of Chemistry and Physics, 71st edition, CRC Press, Ann Arbor, Michigan, 1990.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c CHLORURE DE MAGNESIUM, fiche(s) de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée(s) le 9 mai 2009
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. a et b Entrée du numéro CAS « 7786-30-3 » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 16 novembre 2008 (JavaScript nécessaire)
  4. « Chlorure de magnésium » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  5. « Chlorure de magnésium hexahydraté » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  6. a et b Hill, Petrucci, McCreary, Perry, "General Chemistry", 4th ed., Pearson/Prentice Hall, Upper Saddle River, New Jersey, USA.
  7. (en) Noms de catégorie et système international de numérotation des additifs alimentaires - Codex Alimentarius
  8. http://www.lanutrition.fr/bien-comprendre/les-complements-alimentaires/les-principaux-complements-alimentaires/les-complements-correcteurs-de-l-alimentation/le-magnesium/les-francais-manquent-de-magnesium.html
  9. (en)Magnesium: The cure to all disease?, Scott Gavura, septembre 2012
  10. Magnésium, carence généralisée
  11. [1]
  12. (en) Magnesium Chloride: Side Effects, Dosages, Treatment, Interactions, Warnings
  13. Mosby's Medical Dictionary, 8th edition. © 2009, Elsevier.
  14. Dorland's Medical Dictionary
  15. (en) Magnesium basics, J. Jahnen-Dechent, M. Ketteler, Clin. Kidney J. 2012;5:i3–i14. doi: 10.1093/ndtplus/sfr163
  16. (en)Leuko- and oncogenesis in the light of studies on the metabolism of magnesium and its turnover in biocenosis, ALEKSANDROWICZ, J.; BLICHARSKI, J.; DZIGOWSKA, A.; LISIEWICZ, J., Acta Medica Polona 1970 Vol.11 No.4 pp.289-302
  17. (en)The role of calcium, magnesium, and zinc in carcinogenesis, KS Kasprzak, MP Waalkes - Essential nutrients in carcinogenesis, 1986 - Springer
  18. The effect of magnesium on immune response and carcinogenesis, AB Skotnicki - Journal of Nutritional Immunology, 1994 - Taylor & Francis
  19. Revue vétérinaire et Journal de médecine vétérinaire et de zootechnie réunis, janvier 1935, Christophe Lombard citant traitement magnésien chez les carnivores, Planchais
  20. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6243583q/f13.item.r=chlorure%20de%20magn%C3%A9sium Action du chlorure de magnésium sur le cancer greffé de la souris blanche, A. Kotzareff, J. De Morsier, A. Morin, Bulletin de l'Académie nationale de médecine, 2 juillet 1929
  21. Dobrocká E, Mayer V. Enhancement of tick-borne encephalitis virus plaques in the presence of magnesium chloride. Acta Virol. 1967 Nov;11(6):557-8.
  22. (en)Myth or Reality—Transdermal Magnesium?, Uwe Gröber,Tanja Werner, Jürgen Vormann, Klaus Kisters, Nutrients, août 2017
  23. (en) Methodology to improve epidermal barrier homeostasis: how to accelerate the barrier recovery?, M. Denda, Int J Cosmet Sci. 2009 Apr;31(2):79-86. doi: 10.1111/j.1468-2494.2008.00487.x.
  24. (en)Some magnesium salts and a mixture of magnesium and calcium salts accelerate skin barrier recovery, M. Denda, C. Katagiri, N. Maruyama, Arch Dermatol Res 291, 560-563, 1999