Trichlorure d'uranium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trichlorure d'uranium
Image illustrative de l’article Trichlorure d'uranium
__ U3+     __ Cl
Maille cristalline du trichlorure d'uranium
Identification
Nom UICPA trichloro-uranium
Synonymes

chlorure d'uranium(III)

No CAS 10025-93-1
PubChem 167444
SMILES
InChI
Apparence solide cristallin vert
Propriétés chimiques
Formule brute Cl3UUCl3
Masse molaire[1] 344,388 ± 0,006 g/mol
Cl 30,88 %, U 69,12 %,
Propriétés physiques
fusion 837 °C[2]
ébullition 1 657 °C[2]
Masse volumique 5,5 g·cm-3[2]
Précautions
Matériau radioactif
Composé radioactif
SGH[3]
SGH06 : ToxiqueSGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Danger
H300, H330, H373, H411,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le trichlorure d'uranium, également appelé chlorure d'uranium(III), est un composé chimique de formule UCl3 qui se présente sous la forme d'un solide cristalline de couleur verte. Il est notamment formé lors du traitement du combustible nucléaire usé. On peut le synthétiser de deux façons différentes à partir du tétrachlorure d'uranium UCl4 :

3 UCl4 + U → 4 UCl3,
2 UCl4 + H2 → 2 UCl3 + 2 HCl.

Le trichlorure d'uranium réagit avec le tétrahydrofurane (THF) et le méthylcyclopentadiène sodium pour donner divers complexes métallocènes d'uranium (uranocène). UCl3 est également utilisé comme catalyseur de la réaction entre le tétrahydruroaluminate de lithium LiAlH4 et les alcènes pour donner des aluminates d'alkyles.

Le trichlorure d'uranium fondu est la forme principale sous laquelle l'uranium des combustibles nucléaires usagés est recyclé dans le cadre des procédés pyrochimiques (ces procédés utilisent des sels chlorure fondu à haute température en tant que solvant). Néanmoins, ces procédés ne sont utilisés au mieux qu'à des échelles pilotes, le recyclage des combustibles irradiés étant majoritairement réalisé par des procédés hydrométallurgiques, comme le procédé PUREX mis en œuvre en France dans l'usine de la Hague.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a b et c webElements
  3. a et b Entrée « Uranium compounds » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 14 septembre 2011 (JavaScript nécessaire)