Chasseur de primes (Lucky Luke)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasseur de primes (homonymie).
Chasseur de primes
58e histoire de la série Lucky Luke
Scénario René Goscinny
Dessin Morris
Genre(s) BD franco-belge
Aventure

Personnages principaux Lucky Luke
Elliot Belt
Bronco Forthworth
Tea Spoon

Éditeur Dargaud
Lucky Comics
Première publication no 658 de Pilote (1972)
ISBN 2-205-00604-5
Nb. de pages 44

Prépublication Pilote (1972)
Albums de la série Lucky Luke
Précédent Ma Dalton Le Grand Duc Suivant

Chasseur de primes est la cinquante-huitième histoire de la série Lucky Luke par Morris (dessin) et René Goscinny (scénario). Elle est publiée pour la première fois du no 658 au no 679 du journal Pilote. Puis est publiée en album en 1972 aux éditions Dargaud.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Lucky Luke
  • Le shérif
  • Elliott Belt
  • Tea Spoon
  • Bronco Fortworth
  • Thelma Fortworth
  • Le chef du village cheyenne

Elliot Belt, le chasseur de primes, a les traits de Lee Van Cleef[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Pour éviter le risque d'une injustice, Lucky Luke décide de retrouver un cheval appartenant à Bronco Fortworth. Mais Fortworth, persuadé que le voleur est le cheyenne Tea Spoon, lance un avis de recherche et une récompense de 100 000 dollars à qui ramènera l'Indien. Le chasseur de primes Elliot Belt (qui ressemble trait pour trait à l'acteur de westerns Lee Van Cleef) est intéressé par l'offre. Il propose à plusieurs reprises à Lucky Luke de s'associer, mais le cow-boy solitaire décline son offre.

Tandis que Lucky Luke cherche à retrouver Tea Spoon en premier, craignant que cette histoire n'entraîne une guerre indienne, Elliot Belt est obnubilé par la récompense qu'il pourrait percevoir. Il réunit plusieurs autres chasseurs de primes pour attaquer le village cheyenne et retrouver Tea Spoon. Cet incident est près de causer une guerre indienne. Néanmoins Tea Spoon a accepté de se constituer prisonnier, tout en proclamant son innocence, si bien que le pire est évité.

Sur le chemin de retour vers la petite ville de Cheyenne Pass, Luke et Tea Spoon découvrent le cheval de Bronco Fortworth, qui vivait en liberté. Ils le ramnèent en ville alors que le procès de Tea Spoon vient de commencer. Un coup de théâtre a lieu : Thelma, l'épouse de Fortworth, vient témoigner à la barre et avouer que c'est elle qui a libéré le cheval, jalouse de l'affection que Fortworth portait à l'animal. Le couple Fortworth, qui s'était séparé, se réconcilie. Tea Spoon est innocenté. Fortworth offre la récompense aux Cheyennes.

À la sortie du tribunal, Belt tente de tuer Lucky Luke pour se venger mais son projet échoue. Luke apprend alors que Belt est recherché contre récompense pour « avoir tenté de provoquer une guerre indienne ». La tête de Belt étant mise à prix, Luke laisse Belt s'échapper : à son tour, il va être traqué par des chasseurs de primes.

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Cet album a été adapté dans la série animée Lucky Luke, diffusée pour la première fois en 1991.

Il apparaît également dans deux épisodes Lucky Luke contre Lucky Luke et Pour une poignée de Dalton des nouvelles aventures de Lucky Luke de 2001.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Broom icon.svg
Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

La scène où Elliot enfant se dénonce à son père pour avoir abattu un cerisier est inspiré d'un mythe concernant George Washington[2].

Dans l'avant-dernière case de l'album, le cheval de Lucky Luke, Jolly Jumper, dit à haute voix qu'il trouve son cow-boy « bien léger », parce que son revolver est vide. Dans l'album, Lucky Luke tire avec son revolver :

  • lorsqu'il protège le chasseur de primes d'un jeune homme qui voulait se venger de lui (planche 5),
  • lorsqu'il empêche, en tirant dans la gabardine (même gabardine que Blondin dans Le Bon, la Brute et le Truand), le chasseur de primes de sortir son arme (planche 32),
  • lorsqu'il tire à trois reprises pour faire fuir le groupe de six chasseurs de primes (planche 33),
  • lorsqu'il empêche le chef indien de fracasser le crâne de Bronco Forthworth (planche 40),
  • lorsqu'il désarme Elliot Belt qui voulait l'assassiner (planche 42).

Ainsi Jolly Jumper ne se trompe pas : Lucky Luke a bien vidé son barillet.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Morris (dessin) et Goscinny (scénario), Chasseur de primes, Lucky Comics, septembre 2009 (ISBN 978-2884-71258-3), p. 2 (préface de Gotlib).
  2. George Washington, un mythe national