L'Homme qui tua Lucky Luke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Homme qui tua Lucky Luke
One-shot
Auteur Matthieu Bonhomme
Couleurs Matthieu Bonhomme
Genre(s) Western

Personnages principaux Lucky Luke
Doc Wednesday
Anton Bone
Lieu de l’action Froggy Town

Pays Drapeau de la France France
Langue originale Français
Éditeur Lucky Comics
Première publication
ISBN 9-782-8847-1363-4
Nb. de pages 64

Prépublication Spirou
Casemate

L'Homme qui tua Lucky Luke est un one-shot de Matthieu Bonhomme se déroulant dans l'univers de la série Lucky Luke créée par Morris. Il est sorti le en album. L'histoire se déroule entre les tomes Daisy Town et Fingers, et on y découvre pourquoi Lucky Luke arrête de fumer[CM 1].

Très bien accueilli par la critique, cet album a reçu le prix Saint-Michel du meilleur album en septembre 2016 et le prix du public Cultura du festival d'Angoulême en janvier 2017.

Genèse[modifier | modifier le code]

Pour Matthieu Bonhomme, écrire un Lucky Luke était un rêve d'enfant qu'il ne lâchait pas : « À chaque visite chez Dargaud, pour Le Marquis d'Anaon, je leur disais que j'étais prêt pour l'aventure. Sans écho[CM 1]. » Mais en 2008, son éditeur lui demanda une planche pour La Galerie des illustres[CM 1], galerie privée. Une courte histoire où Lucky Luke s'invite chez lui, à sa table. Il n'ose pas toucher au western par la suite. Cela lui paraît un domaine interdit, même s'il s'y rapproche avec sa série Esteban, où l'on peut voir des Amérindiens, « donnant un petit air de Western à l'aventure[CM 1] ». Il a également peur que l'on lui reproche d'être un « sous-auteur », de ne pas partir sur quelque chose de nouveau[CM 1].

Tout commence en 2014, où, lors d'un déjeuner avec son éditrice Pauline Mermet (chargée de gérer les célébrations des 70 ans de Lucky Luke), il lui parle de son projet[CM 1]. Il lui envoie par la suite quelques illustrations du personnage fait à sa manière[CM 1]. Il en reçoit un accord pour un one-shot à la manière de Goscinny[CM 1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Par une nuit orageuse, Lucky Luke arrive dans la ville de Froggy Town, ville minière du Far West. Du fait de sa réputation, les habitants lui demandent d'enquêter sur le vol récent de l'or des mineurs. Aidé de Doc Wednesday, Lucky Luke mène son enquête malgré la présence des frères Bone qui font régner leur loi à Froggy Town.

Clins d’œils et références[modifier | modifier le code]

  • Le titre de l'album fait référence au film L'homme qui tua Liberty Valance[1].
  • La ville où se déroule l'action se nomme Froggy Town. Frog signifie grenouille en anglais, grenouilles que l'on peut voir en abondance dans la ville la nuit de l'arrivée de Lucky Luke. On retrouve également des références aux batraciens dans les insultes du père d'Anton Bone.
  • On retrouve le personnage de Laura Legs, une danseuse précédemment vue dans les albums Le Grand Duc et La Corde du pendu et autres histoires.
  • Dans le cimetière de Froggy Town, une tombe porte le nom de Morris from Bevere en hommage à Morris de son vrai nom Maurice de Bevere.
  • Dans ce même cimetière, une autre tombe porte l'inscription Here lies Charly Hutter Four slugs from a 44 no less no more faisant référence à la tombe de Lester Moore au cimetière de Tombstone (en). Le nom Charly Hutter fait peut-être référence à Charles H. Utter, personnalité de la conquête de l'Ouest.
  • Lors de la partie de poker, Lucky Luke a la main du mort (deux as noirs et deux 8 noirs), main qu'avait Wild Bill Hickok lors de son assassinat à Deadwood. Il est à noter que Wild Bill Hickok était un ami de Charlie Utter.
  • Le personnage de Doc Wednesday fait référence à Doc Holliday.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Cahier spécial : L'Homme qui tua Lucky Luke : 19 planches commentées par Matthieu Bonhomme », Casemate, no 89,‎ , p. I à XXXII :
  1. a, b, c, d, e, f, g et h Page II à IV : L'adieu aux clopes