Rue Cail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec rue Lacaille.

10e arrt
Rue Cail
Image illustrative de l’article Rue Cail
Rue Cail depuis la place T/10, rond-point situé au-dessus des voies ferrées de la gare de l'Est.
Situation
Arrondissement 10e
Quartier Saint-Vincent-de-Paul
Début 19, rue Philippe-de-Girard
place T/10
Fin 212, rue du Faubourg-Saint-Denis
2, rue Perdonnet
Morphologie
Longueur 167 m
Largeur 12 m
Historique
Création 1866
Dénomination 20 juillet 1868
Géocodification
Ville de Paris 1415
DGI 1419

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Cail

La rue Cail est une voie du 10e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Cail est orientée globalement est-ouest, dans le nord du 10e arrondissement de Paris. Elle débute à l'est au niveau du 19, rue Philippe-de-Girard, au croisement de la rue Louis-Blanc sur la place Jan-Karski (anciennement place T/10), et se termine 167 m[1] à l'ouest au niveau des 212, rue du Faubourg-Saint-Denis et 2, rue Perdonnet.

Outre ces voies, la rue Cail n'est rejointe ou traversée par aucune autre rue.

La rue est située entre les voies de la gare du Nord (à l'ouest) et de la gare de l'Est (à l'est, où la place Jan-Karski sur laquelle elle donne est située au dessus des voies).

La plupart des commerces de la rue sont des restaurants, épiceries ou commerces indiens ou sri-lankais, la rue étant située au coeur du quartier appelé parfois la « petite Jaffna »[2] et qui regroupe une forte communauté sri-lankaise[3] tamoule.

Historique[modifier | modifier le code]

La rue a été ouverte en 1866[1] et a pris sa dénomination actuelle le 20 juillet 1868[1]. Elle est nommée d'après Jean-François Cail[1] (1804-1871), un entrepreneur et industriel français dans les sucreries et le matériel ferroviaire sous le Second empire. Il avait dans cette rue construit des logements pour ses ouvriers de la gare du Nord[4], gare mise en service une vingtaine d'années plus tôt.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

La rue Cail comporte les édifices remarquables suivants :

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Paul Gauguin (1848-1903), dans ses œuvres de jeunesse, peindra deux tableaux Les Usines Cail et le quai de Grenelle (1875) et Le Pont roulant au bord de la Seine, avec à l’arrière-plan les usines Cail et le quai de Grenelle, dans une série de peintures réalisées aux abords de son domicile d'alors, au 54, rue de Chaillot à Paris. Les usines Cail mentionnées étaient celles de la société J.F Cail & Cie créée par Jean-François Cail, l'homme qui a donné son nom à la rue dans laquelle Gauguin a habité quelques années plus tard.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d La rue Cail sur le site de la ville de Paris.
  2. « Paris : le voleur à l’arraché roué de coups et poignardé par des témoins », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  3. (en) Peter Reeves, The Encyclopedia of the Sri Lankan Diaspora, éditions Didier Millet (lire en ligne), p. 129.
  4. La rue Cail sur le site parisrues.com.
  5. « Acte de naissance no 9/1372/1892 », sur Archives numérisées de l'état-civil de Paris (consulté le 12 janvier 2018).
  6. René Huyghe, Le Carnet de Paul Gauguin, vol. 1, Quatre Chemins-Editart, , 177 p. (lire en ligne), p. 107.
  7. « Boucherie », notice no PA00086482, base Mérimée, ministère français de la Culture.