Chandrayaan-2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chandrayaan-2
Sonde spatiale
Données générales
Organisation ISRO
Domaine Étude de la Lune
Type de mission Orbiteur et rover
Lancement octobre 2018
Lanceur GSLV-MkII
Durée 2 ans (prévu)
Identifiant COSPAR [1]
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 3 290kg
Contrôle d'attitude Stabilisé 3 axes
Source d'énergie Panneaux solaires
Orbite lunaire
Altitude 100 km
Principaux instruments
TMC-2 Caméra
CLASS Spectromètre rayons X
XSM Mesure rayonnement X solaire
ChACE-2 Spectromètre de masse
SAR Radar à synthèse d'ouverture
IIRS Spectromètre infrarouge
OHRC Caméra
ILSA Sismomètre (atterrisseur)
ChaSTE Mesure propriétés thermiques du sol (atterrisseur)
RAMBHA Mesure densité du plasma (atterrisseur)
LIBS Spectroscope laser (rover)
APXS Spectromètre rayons X (rover)

Chandrayaan-2 est une sonde spatiale lunaire de l'agence spatiale indienne, l'ISRO, programmée pour octobre 2018. Elle comprend un orbiteur qui doit se placer en orbite autour de la Lune, un atterrisseur qui doit se poser à la surface de notre satellite et qui pourrait embarquer un rover de 30 à 100 kg ainsi que des pénétrateurs.

La mission[modifier | modifier le code]

Chandrayaan-2 d'une masse d'environ 3 tonnes[1] sera lancé par une fusée indienne de type GSLV et mis à poste sur une orbite elliptique terrestre (18024 000 km)[1]. L'ensemble sera peu après injecté sur une orbite de transfert vers la Lune, puis l'atterrisseur se séparera de l'orbiteur pour se poser sur la surface de la Lune[1].

Le site d'atterrissage pourrait être situé sur la face cachée de la Lune, voire dans le vaste bassin d'impact Aitken (cratère)[1], près du pôle Sud. Le rover devrait opérer en surface pendant un mois[1].

Développement[modifier | modifier le code]

Le , un accord de coopération est signé entre l'ISRO et l'agence spatiale russe Roskosmos au terme duquel l'agence spatiale indienne développe l'orbiteur et le rover tandis que la Russie développe l'atterrisseur qui doit déposer le rover indien sur le sol lunaire[2] . La mission est budgétée par le gouvernement indien le 18 septembre 2008[3]. En aout 2009, la conception de la sonde spatiale est finalisée avec la participation de scientifiques des deux pays[4],[5]. À la suite de l'échec de la mission russe Phobos-Grunt, les participants russes annoncent à leurs partenaires indiens qu'ils ne pourront respecter l'échéance fixée jusque-là à 2013 ni même celle de 2015 car l'atterrisseur russe utilise certains composants mis en cause dans l'échec de la sonde martienne. En conséquence, l'agence spatiale indienne décide en janvier 2013 de poursuivre seule le développement de Chandrayaan-2[6] dont le lancement est repoussé à fin 2016/début 2017. Après une programmation en avril 2018, un nouveau report programme la mission pour octobre 2018[7].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Chandrayaan-2 dont la masse totale est de 2 650 kg au décollage comprend trois composants :

  • l'orbiteur d'une masse d'environ 1 400 kg doit se placer en orbite autour de la Lune ;
  • l'atterrisseur qui doit déposer sur le sol le rover lunaire a une masse de 1 250 kg avec celui-ci ;
  • le rover est équipé de panneaux solaires. Il embarque des instruments scientifiques pour l'étude du sol lunaire.

Instrumentation scientifique[modifier | modifier le code]

L'orbiteur embarque cinq instruments scientifiques[8] :

  • un spectroscope-imageur infrarouge IIRS pour la cartographie de la Lune sur une large bande spectrale afin d'étudier les minéraux, les molécules d'eau et les hydroxyles présents ;
  • une caméra TMC2 (Terrain Mapping Camera2) permettant de réaliser des cartes tridimensionnelles pour l'étude de la minéralogie et de la géologie de la Lune ;
  • un spectromètre de masse neutre ChACE2 pour l'étude détaillée de l'exosphère de la Lune ;
  • un spectromètre à rayons-X à bande large (CLASS) et un détecteur de rayons X XSM pour relever les principaux éléments présents à la surface de la Lune ;
  • un radar à synthèse d'ouverture SAR émettant en bande L et S pour analyser les couches superficielles de la Lune sur une épaisseur de quelques dizaines de mètres. L'objectif est de confirmer la présence d'eau dans les régions situées en permanence à l'ombre.

Le rover de son côté emporte deux instruments[8] :

  • un spectroscope à laser (LIBS) ;
  • un spectroscope X à particule alpha (APIXS).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Gilles Dawidowicz, « L'Inde prépare Chandrayaan-2 », L'Astronomie, no 12,‎ , p. 6 (ISSN 0004-6302)
  2. (en) « India, Russia to expand n-cooperation, defer Kudankulam deal », Earthtimes.org,
  3. (en) « Cabinet clears Chandrayaan-2 », Chennai, India, The Hindu,
  4. (en) « ISRO completes Chandrayaan-2 design news », domain-b.com,
  5. (en) « India and Russia complete design of new lunar probe »,
  6. (en) R. Ramachandran, « Chandrayaan-2: India to go it alone », sur The Hindu,
  7. http://www.astronomy.com/news/2018/04/chandrayaan-2-will-now-launch-in-october-2018
  8. a et b (en) Gunter Dirk Krebs, « Chandrayaan 2 », sur Gunter's Page (consulté le 24 septembre 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]