Zond 5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zond (homonymie).
Représentation d'une sonde Zond.

Zond 5 est une sonde spatiale soviétique de 5 375 kg du programme Zond, lancée le à 21:42:11 TU. Elle a été placée sur orbite terrestre avant le contournement de la Lune pour son retour sur Terre.

Historique[modifier | modifier le code]

Timbre commémoratif de la mission Zond 5.

Le 7e lancement d’un vaisseau Soyuz 7K-L1 (en) par une fusée Proton équipée d'un étage de type Bloc D le depuis le cosmodrome de Baïkonour est conçu comme un précurseur d'un engin lunaire habité[1].

La sonde Zond 5 contenait entre autres un mannequin équipé d'un compteur de radiations et une charge biologique de deux tortues de Horsfields, de mouches, de vers de farine, de plantes, de graines, de bactéries, etc. Ce fut la première sonde à emporter des êtres vivants aussi près de la Lune[2],[3].

Le lancement est parfait : le 1er étage se sépare et le 2e s'allume à T+126 secondes à 42 km d'altitude, la tour de sauvetage est éjectée à T+185 secondes, le 2e étage se sépare et le 3e s'allume à T+338 secondes à 130 km, le 3e étage s'éteint à T+481 secondes à 161 km d'altitude, le bloc D brûle durant 108 secondes et place Zond 5 sur une orbite d'attente très précise (à 400 m du périgée prévu, à 200 m de l'apogée prévu). Après 56 minutes en orbite, le bloc D s'allume à nouveau et place le vaisseau sur une trajectoire translunaire avec un survol photographique de la Lune à 1 960 km d'altitude le . Elle a pris des photographies de haute qualité de la Terre à une distance de 90 000 km.

Avant la rentrée sur Terre, une panne au centre de contrôle entraîne une perte de liaison avec le gyroscope de bord et le vaisseau entame une trajectoire balistique à 20G empêchant l'atterrissage prévu au Kazakhstan.Le à 15h54 GMT, la capsule fit sa rentrée dans l'atmosphère terrestre, freinée aérodynamiquement et par des parachutes déployés à une altitude de 7 km. La capsule plongea dans l'océan Indien à 16h08 aux coordonnées géographiques 32° 38′ S, 68° 33′ E et fut récupérée avec succès. Les navires soviétiques la transportèrent au port de Bombay d’où elle prit l’avion pour rentrer en URSS[4].

Son contenu biologique était intact. Si les tortues avaient perdu 10 % de leur poids, elles restaient en bonne santé et ne montrèrent aucune perte d'appétit.

Cette mission panique les responsables du programme Apollo lorsque l'observatoire anglais de radioastronomie de Jodrell Bank intercepte dans la nuit du 18 au une conversation entre les cosmonautes Pavel Popovitch et Vitali Sevastianov à bord, semble-t-il, de Zond 5 et le centre de contrôle des vols d'Evpatoria (Ukraine). La NASA se rend compte au bout d'un moment que les cosmonautes sont à Terre et testent la chaîne de communications[5]. James Webb, l'administrateur de la NASA estime que la mission est « la plus importante démonstration spatiale faite par une nation à ce jour » [5] et les États-Unis, qui pensent que le prochain lancement sera habité, avancent la date du vol Apollo 8[6].

La sonde est exposée au musée RKK Energia.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « The Zond That Pushed Apollo to the Moon », sur https://www.seeker.com/, (consulté le 30 mai 2017).
  2. (en) Tara Gray,, « A Brief History of Animals in Space », sur NASA, (consulté le 30 mai 2017).
  3. (en) « Who Was First in the Race to the Moon? The Tortoise », sur The Atlantic, (consulté le 30 mai 2017).
  4. « Zond V récupéré intact dans l'Océan Indien à l'endroit prévu pour son amerrissage », La Liberté du Morbihan,‎ (lire en ligne).
  5. a et b A la conquête de la lune, p. 117.
  6. En dépit du manque de maturité du lanceur Saturn V, une série de réunions se déroule du 9 au à l'initiative de George Low, responsable de l'Apollo Spacecraft Program Office, et décide d'intervertir les lancements en LEO du LEM par ceux du module de commande en orbite circumlunaire, non pas au début 1969 mais le . À l'issue du succès du lancement d'Apollo 7, le , le président des États-Unis Lyndon Johnson pense qu'il est possible avant la fin 1968 d'effectuer un vol circumlunaire, voire de se poser sur la Lune.