Betsy Jolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une compositrice image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une compositrice française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Betsy Jolas
Description de cette image, également commentée ci-après

Betsy Jolas en 2006

Naissance (89 ans)
Paris Drapeau de la France France
Activité principale Compositrice
Style Musique contemporaine
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Darius Milhaud et Olivier Messiaen
Récompenses 1974 Grand prix national de la musique
1981 Grand prix de la ville de Paris,
1982 Grand prix de la SACEM
1992 Prix international Maurice Ravel,
Distinctions honorifiques 1985 Commandeur des Arts et des Lettres
1997 Chevalier de la Légion d'honneur

Betsy Jolas est une compositrice française née le à Paris. Ses parents sont l'écrivain américain d'origine lorraine Eugene Jolas et la traductrice américaine Maria McDonald. Elle est la mère du trompettiste de jazz Antoine Illouz[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1940 Betsy Jolas s'établit aux États-Unis avec ses parents. Là-bas, elle étudie l'harmonie et le contrepoint avec Paul Boepple, l'orgue avec Carl Weinrich et le piano avec Hélène Schnabel. Elle obtient le diplôme du Bennington College tout en poursuivant des activités de pianiste, choriste et organiste pour les concerts des Dessoff Choirs. Elle revient à Paris en 1946 pour compléter ses études avec Darius Milhaud, Simone Plé-Caussade et Olivier Messiaen au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. De 1971 à 1974, elle remplace Olivier Messiaen avant d'être nommée à sa propre classes d'analyse en 1975 et de composition en 1978. Elle enseigne également dans les universités américaines de Yale, Harvard, Berkeley, USC, San Diego, ainsi qu'à la chaire Darius Milhaud du Mills College.

Tout en côtoyant l’univers effervescent de l’avant-garde de la génération d’après guerre — certaines de ses œuvres sont créées au Domaine Musical —, Betsy Jolas reste une figure indépendante. Dans une époque où, comme elle l'affirme elle-même (Preuves, n°178, décembre 1965), « il fallait voter sériel ou s’abstenir », elle résiste à l’emprise du sérialisme « pur et dur » qui touche toute une génération de compositeurs. Betsy Jolas refuse la rupture et, dans son enseignement comme dans son œuvre, défend une conception de l’histoire comme évolution stylistique continue . Aussi les appuis issus de la tradition fondent constamment chez elle l’acte d’invention.

Betsy Jolas a été lauréate du Concours de Besançon en 1953. Elle est membre de l'Académie américaine des arts et des lettres depuis 1995.

En mai 1995 eut lieu à l'Opéra de Lyon la création mondiale de son opéra en trois actes, Schliemann, mis en scène par Alain Françon et dirigé par Kent Nagano.

Anecdote : ses parents avaient été locataires de « La Boisserie » à Colombey-les-Deux-Églises avant son achat par le Général de Gaulle en juin 1934[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Pour violoncelle
    • Scion, écrit en 1973, pièce pour violoncelle seul, 1993.
  • Quatuors
    • Quatuor nº 3: Quatuor III - 9 études: pour quatuor à cordes, 1973. Durée : 17 min
    • Quatuor nº 4: Quatuor IV - Menus propos, 1989. Durée : 2 min 30 s
    • Quatuor nº 5: Quatuor V, 1993. Durée : 23 min
  • Pièces pour alto à cordes et piano
    • Quatre duos (1979), Quoth the raven (1993, d'après Edgar Allan Poe, version pour alto et piano), Ruht wohl (2011)[3]
  • Pour piano
    • Pièce pour, Pièce pour Saint-Germain (1981), B for Sonata (1974)
  • Pour alto solo
    • Épisode sixième (1984)

Orchestre - Ensembles[modifier | modifier le code]

  • Quatre plages pour 14 violons, quatre altos, quatre violoncelles, deux contrebasses, 1967. Durée : 6 min 30 s
  • Concerto pour alto Point d'aube (1968)
  • Quatre psaumes de Schütz, 1996. Durée : 12 min 40 s
  • B Day, 2006. Durée : 16 min
  • Tales of the summer sea, 1977. Durée : 15 min 30 s
  • Well Met 04, 2004. Durée : 55 min
  • L'ascension du Mont Ventoux (motet IV et interludes), 2004. Durée : 55 min

Discographie[modifier | modifier le code]

  • B for Betsy, Géraldine Dutroncy (piano), Laurent Calmatte (alto), Hortus099, 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Betsy Jolas, Molto espressivo, textes rassemblés, présentés et annotés par Alban Ramaut, Éditions l'Harmattan, 1999 (ISBN 2-7384-7974-X)
  • Betsy Jolas, « D’un opéra de voyage », entretien avec Bruno Serrou, Cig'art, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Illouz sur Myspace
  2. Jean Lacouture, De Gaulle. 1, Le rebelle, 1984, p. 187
  3. « Repose en paix » (litt. : Repose bien), premiers mots du chœur final de la Passion selon Saint-Jean, de J.S. Bach

Liens externes[modifier | modifier le code]