John Ashbery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
John Ashbery
Description de cette image, également commentée ci-après

John Ashbery en 2010 au Brooklyn Book Festival (en)

Nom de naissance John Lawrence Ashbery
Naissance
Rochester, État de New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 90 ans)
Hudson, État de New York, États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Mouvement École de New-York

Œuvres principales

  • Autoportrait dans un miroir convexe

John Lawrence Ashbery[1], né le à Rochester dans l'État de New York et mort le [2], [3] à Hudson dans le même État américain, est un poète, essayiste, critique littéraire, dramaturge, traducteur et professeur d'université américain, un des fondateurs de l'École de New-York. Il fut élu chancelier de l'Academy of American Poets[4] (1988 / 1999), il fut également membre de American Academy of Arts and Sciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

John Ashbery est né à Rochester, dans l'état de New York (USA) , fils de Chester, un fermier et de Helen Lawrence Ashbery, une professeur de biologie. Son jeune frère, Richard, est mort à l'âge de 9 ans de la leucémie. Il a décrit son père comme étant sujet à des mouvements d'humeur violente, qui ont rythmé la vie à la ferme. Les périodes les plus heureuses de son enfance étaient celles qu'il a passé avec ses grands  parents maternels à Rochester et à leur chalet d'été au bord du lac de Pultneyville.

À l'âge de 16 ans il a été envoyé comme pensionnaire à la Deerfield Academy[5] , une école privée du Massachusetts. Là , il a commencé à écrire de la poésie sérieusement, inspiré principalement par WH Auden et Octavio Paz . Après il entre à l' Université de Harvard, où il obtiendra son Bachelor of Arts en 1949, il passera son Master of Arts (littérature anglaise) à la Columbia University en 1951.

Lors de ses études universitaires, il a rencontré des auteurs comme W.H Auden[6], Kenneth Koch[7] et Frank O'Hara[8] , ces deux derniers deviendront amis pour la vie de John Ashbery et se regrouperont avec James Schuyler[9] , pour créer ce qui allait être connu sous le nom de l'École de New York.

Bénéficiant d'une bourse Fulbright, il part en 1955 en France, il y restera jusqu'en 1957[10].

Son premier recueil de poèmes Turandot and other poems est publié en 1953. Ce sera le début de nombreuses publications. Parmi ses oeuvres remarquables nous pouvons retenir  : Self-Portrait in a Convex Mirror (1975) qui a remporté trois grands prix : le Pulitzer, National Book Award, et le Circle Award National Book, Your Name Here (2000), Chinese Whispers (2002), Where Shall I Wander (2005), A Worldly Country (2007), Notes from the Air : Selected Later Poems (2007), et Collected Poems 1956-1987 (2008). 

En tant que critique littéraire, il écrit ses premiers articles en 1957, il sera rédacteur en chef de New Art de 1965 à 1972, critique d'art pour le New York Magazine de 1978 à 1980 et pour Newsweek de 1980 à 1985. Il écrira également des articles de critiques littéraires pour The New York Herald-Tribune in Europe, Partisan Review,[11] etc. Une sélection de ses écrits d'art a été publié par les éditions Knopf en 1989 sous le titre de Reported Sightings, Art Chronicles, 1957-1987 et publié en livre de poche par Harvard University Press en 1991. 

Son roman A Nest of Ninnies a été publié en 1969 et fut réédité à plusieurs reprises, la dernière réédition datant de 2008.

Il écrit trois pièces de théâtre Three Plays (1978) dont The Heroes, qui a été créé la première fois à New York par le Living Theater en 1952.

Enfin il fit de nombreuses traductions d'auteurs français : Arthur Rimbaud, Raymond Roussel, Max Jacob, Alfred Jarry, Antonin Artaud, Pierre Reverdy, Stéphane Mallarmé, etc. Ses diverses traductions sont rassemblées dans deux livres : Collected French Translations : Poetry (2014) et Collected French Translations : Prose (2014).

Ses principaux essais sont rassemblés dans Selected Prose (2004).

Les données sur sa vie privée sont quasiment absente, Ashbery est très avare de détails, on sait qu'il fut conscient très jeune de son homosexualité[12] , homosexualité qu'il dut cacher pendant longtemps[13] dans l’Amérique puritaine des années 1950[14] , il cachera son homosexualité jusque dans les années 1980, il donnera une interview à Christophe Hennesy, interview publiée dans le livre Our Deep Gossip[15] exposant son rapport à son homosexualité et des rapports de celle-ci à sa poésie. .

Son travail a été traduit en plus de vingt langues. 

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Poésies[modifier | modifier le code]

  • Commotion of the Birds : New Poems, éd . Ecco Press, 2016,
  • Breezeway: New Poems, éd . Ecco Press, 2015,
  • Quick Question: New Poems, éd. Ecco Press, 2012,
  • Planisphere , éd. Ecco press, 2009[16],
  • Collected Poems, 1956-1987, éd. Library of America, 2008,
  • Notes from the Air : Selected Later Poems, éd. Ecco Press, 2007, (Prix international « Griffin Poetry » en 2008)[17],
  • A Worldly Country, éd. Ecco Press, 2007
  • Where Shall I Wander, éd. Ecco Press, 2005,
  • Chinese Whispers, éd. Farrar Straus & Giroux, 2003,
  • The Vermont Notebook, éd. Granary Books, 2001,
  • As Umbrellas Follow Rain, éd. Qua Books, 2001,
  • Your Name Here, éd. Farrar Straus & Giroux, 2000,
  • Girls on the Run, éd. Farrar Straus & Giroux, 1999,
  • Wakefulness, éd. Farrar Straus & Giroux, 1998,
  • The Mooring of Starting Out, éd. Ecco, 1997,
  • Can You Hear, Bird, éd. Farrar Straus & Giroux, 1995,
  • And the Stars Were Shining, éd. Farrar Straus & Giroux, 1994,
  • Three Books, éd. Puffin, 1993,
  • Hotel Lautreamont, éd. Farrar Straus & Giroux, 1992,
  • Flow Chart, éd. Farrar Straus & Giroux, 1991,
  • The Ice Storm, éd. Hanuman Books, 1987,
  • April Galleons, éd. Farrar Straus & Giroux, 1987,
  • A Wave, éd. Farrar Straus Giroux, 1984 (Prix Lenore Marshall Poetry et Prix Bollingen de l'Université Yale),
  • Shadow Train, éd. Penguin Books, 1981,
  • As We Know, éd.  Penguin Classics, 1979,
  • Houseboat Days, éd. Farrar Straus Giroux, 1977,
  • Self-Portrait in a Convex Mirror, éd.  Penguin Books, 1975 (Prix Pulitzer, National Book Award et National Book Critics Award),
  • Three Poems, éd. Puffin, 1972,
  • The Double Dream of Spring, éd. Ecco Press, 1970,
  • Selected Poems, éd. Penguin Books, 1967,
  • Rivers and Mountains, éd. Ecco press, 1966 (National Book Award Finalist for Poetry de 1967)
  • The Tennis Court Oath, éd. Wesleyan, 1962,
  • Some Trees, éd. Ecco Press, 1956 (prix Yale Series of Younger Poets Competition),
  • Turandot and other poems, éd.  Editions of the Tibor de Nagy Gallery, 1953.

Essais et autres écrits[modifier | modifier le code]

  • Selected Prose, éd. University of Michigan Press, 2004,
  • John Ashbery in Conversation with Mark Ford, éd. Between the Lines Productions, 2003,
  • Other Traditions: the Charles Eliot Norton Lectures, éd. Harvard University Press, 2000,
  • Reported Sightings, Art Chronicles, 1957-1987, éd. Alfred A. Knopf, 1989,
  • The Best American Poetry 1988, (anthologie), éd. MacMillan Publishing, 1988,
  • David Schubert: Works & Days, éd. Quarterly Review of Literature, 1983,
  • Three Plays, éd. Sun and Moon Press, 1978,
  • Avant-garde Art, éd. Collier Books, 1971,
  • A Nest of Ninnies, éd. Dutton, 1969.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Collected French Translations : Poetry, éd. Farrar, Straus and Giroux, 2014,
  • Collected French Translations : Prose, éd. Farrar, Straus and Giroux, 2014,
  • Illuminations, d'Arthur Rimbaud, éd.  W. W. Norton Company, 1975

Œuvres traduites en Français[modifier | modifier le code]

Ses oeuvres ont été publiées en plus de 20 langues[18], dont le français.

  • Fragment : Clepsydre : poèmes français, trad. de Michel Couturier, Paris, Seuil, 1975, 90 p.
  • Quelqu'un que vous avez déjà vu, trad. de Pierre Martory et Anne Talvaz, Paris, POL, 1993, 214 p.
  • Heure locale, trad. d'Anne Talvaz, Bordeaux, Un bureau sur l'Atlantique, 1997, [29] p.
  • Autoportrait dans un miroir convexe, trad. d'Anne Talvaz, Saint-Pierre-la-Vieille, Atelier La Feugraie, 2004, 163 p.
  • Trois poèmes, trad. de Franck André Jamme et Marie-France Azar, Marseille, Al Dante, 2010, 131 p.
  • Le Carnet du Vermont, illustré par Joe Brainard, traduction française par Olivier Brossard, Joca Seria, 2013
  • Le serment du Jeu de paume, traduction française et postface par Olivier Brossard, Éditions Corti, "Série américaine", 2015

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Etudes, articles et interviews autour de John Asberry[modifier | modifier le code]

  • John Ashbery Dead: 5 Fast Facts You Need to Know, par Danilo Castro pour "Heavy"[29], 2017[30],
  • John Ashbery’s Convex Mirror, par Katy Waldman pour Slate, 2017[31],
  • John Ashbery, esteemed and inventive poet, dies at 90, par Corinne Segal pour "PBS NewsHour", 2017[32],
  • Décès de John Ashbery, maître de la poésie américaine, par Thomas Romanacce pour le Figaro, 2017[33],
  • Post script, John Ashbery, par Dan Chiasson pour le New Yorker, 2017[34],
  • How Should We Grieve John Ashbery ?, par Evan Kindley pour New Republic, 2017[35],
  • Remembering JA, par  David Lehman pour "The American Scholar"[36], 2017[37],
  • Listening to John Ashbery, par Christian Lorentzen pour la revue "Vulture"[38], 2017[39],
  • John Ashbery' whisper out of time, par Ben Lerner pour le New Yorker, 2017[40],
  • John Ashbery Is Dead at 90; a Poetic Voice Often Echoed, Never Matched, par David Orr et Dinitia Smith pour le New York Times, 2017[41],
  • John Ashbery, un miroir s'éteint, par Elisabeth Franck-Dumas et Olivier Lamm pour Libération, 2017[42],
  • John Ashbery a changé les règles de la poésie américaine, par Gabriel Hassan pour le Courrier International, 2017[43],
  • « John Ashbury, poète américain », in Le Monde, Disparitions & carnet, 6 septembre 2017, p. 24.
  • Poet John Ashbery dies age 90, article du Guardian, 2017[44],
  • “The end of friendship with self alone”: Autobiographical Erasures in John Ashbery’s “Fragment”, par Antoine Cazé pour la Revue électronique d’études sur le monde anglophone, 2007[45],
  • The Instruction Manual, How to read John Ashbery, par .Meghan O'Rourke pour Slate, 2005[46],
  • Antoine Cazé, John Ashbery : à contre-voix de l'Amérique, Paris, Belin, 2000, 127 p,
  • John Ashbery in conversation, interview menée par John Tranter pour la revue Jacket2[47], 1988[48],
  • John Ashbery, interview menée par John Tranter pour la revue Jacket2, 1985[49],
  • John Ashbery, The Art of Poetry No. 33, interview menée par  Peter A. Stitt pour la Paris Review, 1983[50]

Audios et vidéos[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en) « John Ashbery | American poet », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne)
  2. Olivier Brossard (maître de conférence à l'université Paris-Est-Marne-la-Vallée), « Mort de John Ashbery, poète américain », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  3. « Le poète américain John Ashbery est mort », sur Le Huffington Post, (consulté le 8 septembre 2017)
  4. (en) aapone, « chancellors », sur chancellors, (consulté le 8 septembre 2017)
  5. (en) « Home », Deerfield Academy,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « W. H. Auden », sur Poetry Foundation, (consulté le 8 septembre 2017)
  7. (en) « Kenneth Koch », sur Poetry Foundation, (consulté le 8 septembre 2017)
  8. (en) Frank O'Hara, « Frank O'Hara », sur Frank O'Hara, (consulté le 8 septembre 2017)
  9. (en) « James Schuyler », sur Poetry Foundation, (consulté le 8 septembre 2017)
  10. « Ashbery Resource Center: A narrative biography of John Ashbery », sur www.flowchartfoundation.org (consulté le 8 septembre 2017)
  11. (en) « John Ashbery, Pulitzer-Prize winning poet, dies at 90 », The Telegraph,‎ 3 september 2017 • 11:33pm (lire en ligne)
  12. (en) Nicholas Wroe, « Parallel lines », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  13. (en) Belinda Luscombe, « 10 Questions for John Ashbery », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne)
  14. « Gay writer John Ashbery remembered from emotional, groundbreaking poetry », sur Washington Blade: Gay News, Politics, LGBT Rights, (consulté le 9 septembre 2017)
  15. (en) « our deep gossip »
  16. (en) « Fiction Book Review: Planisphere by John Ashbery, Author . Ecco $24.99 (143p) ISBN 978-0-06-191521-5 », PublishersWeekly.com,‎ reviewed on: 11/16/2009 release date: 12/01/2009 (lire en ligne)
  17. (en) « From the Air to the Page: The Poetry of John Ashbery - NewsHour Poetry Series », sur Poetry Foundation, (consulté le 9 septembre 2017)
  18. a et b (en) « Griffin Poetry Prize | John Ashbery », sur Griffin Poetry Prize (consulté le 8 septembre 2017)
  19. « THE RAYMOND ROUSSEL SOCIETY PAYS TRIBUTE TO JOHN ASHBERY | www.furtherfield.org », sur www.furtherfield.org (consulté le 12 septembre 2017)
  20. « John Ashbery, 2011 Distinguished Contribution to American Letters, National Book Foundation, Presenter of National Book Awards », sur www.nationalbook.org (consulté le 12 septembre 2017)
  21. (en) « Robert Creeley Foundation  » Award – Robert Creeley Award », sur robertcreeleyfoundation.org (consulté le 12 septembre 2017)
  22. « Frost Medalists - Poetry Society of America », sur www.poetrysociety.org (consulté le 12 septembre 2017)
  23. « Prix Antonio-Feltrinelli », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  24. (en) aapone, « Lenore Marshall Poetry Prize », sur Lenore Marshall Poetry Prize, (consulté le 12 septembre 2017)
  25. (en) « John Ashbery | The Bollingen Prize for Poetry », sur bollingen.yale.edu (consulté le 12 septembre 2017)
  26. (en) Modèle:Global.authorName, « [[:Modèle:(global.pageOgTitle) ? global.pageOgTitle : global.pageTitle]] », sur www.pulitzer.org (consulté le 12 septembre 2017)
  27. « John Ashbery, Winner of the 1976 Poetry Award for Self-portrait in a Convex Mirror, National Book Awards, National Book Foundation », sur www.nationalbook.org (consulté le 12 septembre 2017)
  28. (en) « National Book Critics Circle: awards », sur bookcritics.org (consulté le 12 septembre 2017)
  29. (en) « Heavy.com », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  30. (en) Danilo Castro, « John Ashbery Dead: 5 Fast Facts You Need to Know », Heavy.com,‎ (lire en ligne)
  31. (en) Katy Waldman, « John Ashbery’s Convex Mirror », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne)
  32. (en) « John Ashbery, esteemed and inventive poet, dies at 90 », PBS NewsHour,‎ september 3, 2017 at 6:32 pm edt (lire en ligne)
  33. « Décès de John Ashbery, maître de la poésie américaine », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  34. « Postscript: John Ashbery », sur The New Yorker (consulté le 9 septembre 2017)
  35. (en) « How Should We Grieve John Ashbery? », New Republic,‎ (lire en ligne)
  36. (en) « The American Scholar », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  37. (en) David Lehman, « Remembering JA », The American Scholar,‎ (lire en ligne)
  38. (en) « Vulture: Entertainment News », sur Vulture (consulté le 9 septembre 2017)
  39. (en) Christian Lorentzen, « Listening to John Ashbery », Vulture,‎ (lire en ligne)
  40. « John Ashbery’s Whisper Out of Time », sur The New Yorker (consulté le 9 septembre 2017)
  41. (en) David Orr et Dinitia Smith, « John Ashbery Is Dead at 90; a Poetic Voice Often Echoed, Never Matched », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  42. « John Ashbery, un miroir s’éteint », Libération.fr,‎ 4 septembre 2017 à 18:56 (lire en ligne)
  43. « Disparition. John Ashbery a changé les règles de la poésie américaine », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  44. (en) Associated Press, « Poet John Ashbery dies age 90 », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  45. (en) Antoine Cazé, « “The end of friendship with self alone”: Autobiographical Erasures in John Ashbery’s “Fragment” », E-rea. Revue électronique d’études sur le monde anglophone, no 5.1,‎ (ISSN 1638-1718, DOI 10.4000/erea.176, lire en ligne)
  46. (en) Meghan O'Rourke, « The Instruction Manual », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne)
  47. (en) « Jacket2 », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  48. (en) « Jacket 2 — John Ashbery interviewed by John Tranter, 1988 », sur www.jacketmagazine.com (consulté le 8 septembre 2017)
  49. (en) « Jacket 2 — John Ashbery interviewed by John Tranter, 1985 », sur www.jacketmagazine.com (consulté le 8 septembre 2017)
  50. (en) Interviewed by Peter A. Stitt, « John Ashbery, The Art of Poetry No. 33 », The Paris Review,‎ (lire en ligne)
  51. « PennSound: John Ashbery », sur writing.upenn.edu (consulté le 9 septembre 2017)